Avertir le modérateur

djihad

  • Des “loups solitaires” de Daesh et de l’incapacité conceptuelle de l’Occident à penser l’islam radical, Pierre Lurçat

    “Plus que jamais, Daech continue d'inspirer des «loups solitaires radicalisés»” : le titre du Figaro au lendemain de l’assassinat d’un couple de policiers français et de l’attentat meurtrier d’Orlando - tous deux commis par des terroristes musulmans se réclamant de l’Etat islamique - nous apprend sans doute plus sur le regard que portent les médias et les élites françaises sur le phénomène djihadiste, qu’il ne nous renseigne sur la nature véritable de l’islam radical.

    Flag_of_Majlis.png

     

     

    La presse française se caractérise aujourd’hui par son uniformité et par la pauvreté du débat sur les sujets essentiels que sont l’islam et l’offensive qu’il mène contre l’Occident depuis plusieurs décennies. Au-delà même des clichés et des raccourcis journalistiques *, l’emploi d’expressions comme “loups solitaires” ou “auto-radicalisation” témoigne d’une incapacité conceptuelle à appréhender la réalité politique et historique de l’islam radical.

     

    Quand deux terroristes arabes palestiniens ont tiré à bout portant sur des civils israéliens attablés à un café à Sarona, quartier de commerce et de loisirs au coeur de Tel-Aviv, l’AFP a écrit que cet attentat ne visait pas des civils à une table de café, mais le quartier général de Tsahal, la “Kyria”, qui se trouve à quelques centaines de mètres de Sarona. Le fait que les terroristes palestiniens n’aient jamais eu la moindre intention de s’en prendre aux soldats de la Kyria n’y change rien : pour l’AFP, il était essentiel de disculper les auteurs de l’attentat (tout comme il était important pour la diplomatie française d’adopter le narratif arabe mensonger sur Jérusalem à l’UNESCO).

     

    daesh,etat ilslamique,islam radical,djihad,kepelOn peut bien entendu déplorer l’hypocrisie et la veulerie de cette politique du quai d’Orsay et de l’AFP, qui n’a rien de nouveau. Pourtant, la France, les Etats-Unis et l’Occident en général sont aujourd’hui en première ligne, face à la nouvelle vague de l’islam conquérant. Ce que les Israéliens ont prédit depuis des lustres, en répétant que le combat d’Israël contre le Fatah, le Hamas et le Hezbollah préfigurait celui du monde libre contre le totalitarisme vert, est aujourd’hui en train de se réaliser sous les yeux incrédules des Occidentaux, anesthésiés par des décennies de propagande et d’auto-intoxication.

     

    L’effet le plus néfaste de cette propagande aura sans doute été d’endormir les Occidentaux eux-mêmes, plus encore que d’infester les esprits de millions d’ennemis d’Israël à travers le monde. Car ce sont les élites françaises elles-mêmes qui succombent aujourd’hui à leurs propres mensonges. Quand un islamologue français réputé, auteur d’un ouvrage important sur le djihad, paru il y a une vingtaine d’années, publie aujourd’hui des livres renvoyant dos-à-dos l’islam radical et la droite américaine **, cela illustre le phénomène d’auto-intoxication et de trahison intellectuelle, dont nous n’avons pas eu d’illustration aussi flagrante depuis la fin de la Deuxième guerre mondiale.

     

    Lire la suite

  • Djihad et haine des Juifs - Le lien troublant entre islamisme et nazisme

    M. KUNTZEL.jpgQuel est le lien entre le nationalisme arabe – et palestinien en particulier – , le nazisme et l'idéologie du djihad, qui connaît un regain d'intensité depuis le 11 septembre 2001 ? La réponse à cette question se trouve dans un livre important du chercheur Matthias Küntzel [photo ci-contre], qui vient d'être traduit en français. Professeur à l'université de Hambourg et chercheur à l'université hébraïque de Jérusalem, Küntzel étudie depuis de nombreuses années l'antisémitisme et ses formes contemporaines, et les liens historiques entre l'islamisme et le nazisme. Il y a quelques années, une conférence qu'il devait donner dans une université anglaise fut annulée au dernier moment, car son intitulé comportait l'expression "antisémitisme islamique", qui fut jugée offensante pour les musulmans...

     

     

    Un sujet tabou en Europe aujourd'hui

     

    Le thème des recherches de Küntzel est en effet un sujet tabou en Europe aujourd'hui, et c'est un pan totalement occulté de l'histoire du vingtième siècle que son livre révèle au lecteur francophone : celui du "lien troublant entre islamisme et nazisme", qui se trouve "à la racine du terrorisme international", comme l'explique le sous-titre du livre. Ayant moi-même écrit sur le sujet de l'islamisme, j'ai pu constater combien la littérature en français était pauvre sur ce sujet, et combien les livres existants – y compris les meilleurs – étaient marqués par une vision politiquement correcte de l'histoire récente. Ainsi, le chercheur Gilles Kepel, qui dirige la chaire Moyen-Orient à l'école des sciences politiques et a consacré plusieurs ouvrages éclairants à l'islam contemporain, occulte souvent le discours antijuif des principaux idéologues des Frères musulmans, au point d'omettre dans sa bibliographie de Sayid Qutb le fameux opuscule "Notre combat contre les Juifs" (dont le titre rappelle celui du Mein Kampf d'Hitler).

     

    Si le lien entre islamisme et nazisme est un secret aussi bien caché par les auteurs français, c'est que ceux-ci présentent souvent sous un jour positif l'islamisme, considéré comme un mouvement progressiste ou tiers-mondiste (c'est la thèse des livres de François Burgat et, dans une moindre mesure, de ceux d'Olivier Roy). Récemment encore, il était difficile de trouver des ouvrages en français abordant les liens entre l'islam et l'Allemagne nazie, à l'exception du livre pionnier des journalistes Roger Faligot et Rémi Kauffer, Le croissant et la croix gammée, paru il y a près de vingt ans et jamais réédité. Le livre de Matthias Küntzel, préfacé par Pierre-André Taguieff, vient combler cette lacune (il a été traduit auparavant dans une dizaine de langues, y compris l'hébreu).

     

    La lecture de ce livre est enrichissante, à la fois pour comprendre l'histoire et pour éclairer l'actualité la plus brûlante. L'auteur aborde, de manière synthétique et documentée, les thèmes suivants : les Frères musulmans et la Palestine, l'islamisme égyptien de Nasser à nos jours, le djihad du Hamas et le 11 septembre et Israël. La première partie montre comment le thème de la Palestine et de la lutte contre le sionisme et contre les Juifs a occupé une place essentielle dans la rhétorique des Frères musulmans, dès la création (en 1928) du mouvement islamiste égyptien, matrice des principales organisations islamistes contemporaines, du Hamas jusqu'à Al-Qaida. L'homme qui a servi de lien entre les Frères égyptiens et la Palestine n'est autre que le tristement célèbre Amin al-Husseini, le "grand Mufti" de Jérusalem, fondateur du nationalisme palestinien et ami d'Adolf Hitler.

     

    Une haine métaphysique et rédemptrice

     

    KUNTZEL.jpgLoin d'être purement fortuit ou circonstanciel, le lien consubstantiel entre islamisme et nazisme s'est en effet perpétué depuis le début des années 1930 et jusqu'à nos jours. Küntzel montre comment l'antisémitisme radical occupe une place essentielle dans la doctrine politico-religieuse des Frères musulmans et de toute la mouvance islamiste issue des Frères. Il s'agit, selon l'auteur, de la clef de voûte de l'idéologie islamiste, qui se structure – tout comme le nazisme à son époque – autour de la haine des Juifs. Après avoir passé la plus grande partie de la guerre à Berlin, où il animait les émissions en arabe de la radio nazie, Al-Husseini put échapper aux procès de l'après-guerre grâce à la complicité du quai d'Orsay. Un des plus fameux disciples du mufti pronazi sera son petit-neveu, Yasser Arafat, qui fut membre des Frères musulmans et militant islamiste avant d'adopter la rhétorique du "nationalisme laïc" palestinien, pour mieux séduire la gauche et l'extrême-gauche occidentale, avec le succès que l'on sait.

     

    L'antisémitisme radical des islamistes n'a rien à voir avec la politique israélienne, ni avec l'occupation de territoires "arabes" en 1967 : il s'agit d'une haine quasi-métaphysique, à caractère exterminationniste et rédempteur. Aux yeux de Qutb, d'Al-Banna (fondateur des Frères musulmans et grand-père de Tariq Ramadan) ou de Ben Laden, les Juifs doivent être exterminés pour que l'islam triomphe, et cet impératif s'inscrit dans une vision eschatologique de l'ultime combat contre les Juifs, qui doit précéder l'instauration de l'islam sur toute la terre... On comprend dès lors l'inanité de toute tentative de négocier ou de trouver un modus vivendi avec les islamistes du Hamas ou d'Al-Qaida. On ne peut pas signer d'accord de paix avec les islamistes, mais tout au plus une trêve provisoire (comme celle conclue par Mahomet lorsqu'il se trouva en situation d'infériorité). Et l'islamisme – tout comme le nazisme dont il a recyclé une grande partie de l'idéologie – ne peut qu'être totalement vaincu.

    Itshak LURCAT

     

    Matthias Küntzel, Jihad et haine des Juifs, éditions L'Œuvre, Paris 2009.

     

    (ARTICLE PARU DANS VISION D'ISRAEL)

  • Attentat meurtrier a Jerusalem

    JERUSALEM a nouveau endeuillée par un atroce attentat, commis par un ouvrier arabe avec un bulldozer.

    Images de la 2e chaine de TV israelienne

    נגן וידאו
     
    http://www.keshet-tv.com/VideoPage.aspx?MediaID=40183&CatID=334
     
    Sur cette vidéo on voit le jeune soldat en permission (en bleu)
    qui grimpe sur le bulldozer, apres s'etre emparé de l'arme d'un policier,
    et qui parvient a liquider le terroriste arabe...
    Par son courage et son sang froid, le jeune soldat a sauvé des vies humaines.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu