Avertir le modérateur

desinformation

  • Prêts à tout pour taper sur le CRIF, par Victor Perez

    portrait_richard_prasquier.jpgThierry Reboud, dans un article publié sur les sites ‘’bien pensants’’ que sont Médiapart et Rue89, a décidé de s’en prendre aux Juifs à travers le président du Crif Richard Prasquier. L’écrit en question, publié les 21 et 22 décembre, intitulé « Prasquier (CRIF) n'en rate pas une » (1) et « Prasquier et Hamouri : le Crif n'en rate pas une » (2) est fort instructif en ce sens car il rappelle indirectement, de façon subliminale au ‘’bon’’ quidam, lecteur de ces sites, que la communauté juive est soit mal représentée, soit est complice de la ‘’félonie’’ de l’association par ses prises de positions inconsidérées. (Les commentaires des internautes sur Médiapart sont édifiants à ce sujet).

     

    En fait de quoi s’agit-il ?

     

    Dans un éditorial intitulé « Salah Hamouri et Gilad Shalit » (3), Richard Prasquier avait repris comme introduction un extrait de la dépêche de l’agence Reuters informant sur les premières déclarations de Salah Hamouri à sa libération : « Ovadia Yosef mérite la mort ». Un éditorial rapidement repris, nous dira au passage Thierry Reboud, « sur de nombreux sites de soutien inconditionnel à la politique israélienne (juif.org, israel7.com, guysen.com, etc.) ». Presse indubitablement ‘’propagandiste’’, à le croire, car diffusant des termes attribués à tort, selon l’auteur, au ‘’palestinien’’ libéré.

     

    Pour en démonter la réalité il cite à l’appui la dépêche de Reuters en date du mardi 20 décembre « Libre, le Franco-Palestinien Salah Hamouri reste inflexible » (4) où ne figurent point, effectivement, ces ‘’vœux’’ de bonne année 2012 pour le rabbin.

     

    De surcroît, il reprend à son compte le communiqué du comité de soutien (5) à Salah Hamouri, qui assure n’avoir « jamais dit ni pensé cela. Il (Salah) a fait d’ailleurs une mise au point immédiatement en ce sens. Mais non seulement lui, mais les journalistes de l’agence Reuters qui l’ont interviewé, démentent aussi, enregistrement à l’appui, les propos attribués à Salah ».

     

    Lire la suite

  • Propagande : quand l’AFP agite le spectre de la « théocratie » en Israël

    Chronique de la désinformation ordinaire

    afp.jpgAlors que la menace de la « flottille de la haine » et de nouveaux affrontements coûteux pour Israël en termes d’image s’estompe, grâce aux efforts diplomatiques couronnés de succès de Binyamin Nétanyahou et de son ministre des Affaires étrangères, les médias français cherchent désespérément d’autres moyens de calomnier et de diffamer l’Etat juif… L’observateur attentif de la désinformation aura d’ailleurs remarqué que c’est souvent dans les périodes d’accalmie que les journalistes occidentaux commettent leurs plus « beaux » chefs d’œuvre de propagande anti-israélienne, comme si l’actualité n’était qu’un prétexte pour accomplir leurs basses œuvres. C’est dans ce contexte que s’inscrit la dépêche publiée hier par l’Agence France Presse, signée Marius Shattner, sous le titre « Israël, le spectre de la théocratie ».

    L’idée que l’Etat hébreu serait une fausse démocratie ou encore une démocratie fragile menacée par le « spectre de la théocratie » n’est certes pas nouvelle, et d’autres propagandistes l’ont souvent agitée bien avant M. Shattner. Mais il faut reconnaître que c’est fort à propos que celui-ci ressort de derrière les fagots ce marronnier d’une certaine presse, alors que les médias français regorgent d’articles faisant l’éloge du « printemps arabe » et de la démocratisation en cours des pays arabo-musulmans (y compris, hélas, la récente tribune d’un grand rabbin fort peu lucide). L’idée qui sous-tend la dépêche est donc que le Moyen-Orient serait soumis à deux tendances contraires : démocratisation et laïcisation des pays arabes, et « théocratisation » en Israël…

    rav lior.jpgLe prétexte à ce morceau de bravoure de l’AFP est la récente affaire du rabbin Dov Lior, ou pour reprendre les termes de la dépêche, « le défi lancé à la justice par des rabbins ultranationalistes, minoritaires mais influents » qui « fait planer le spectre de la théocratie en Israël ou la religion n’a jamais été séparée de l’Etat »… On pourrait consacrer plusieurs pages d’analyse à ces quelques lignes, dignes de l’ancienne Pravda, mais je me contenterai de quelques remarques. Tout d’abord, notons le procédé cousu de fil blanc qui consiste à parler de « rabbins minoritaires mais influents », tout en reconnaissant quelques lignes plus bas que « le camp ultra-orthodoxe ne partage pas en règle générale les opinions radicales des deux rabbins »…

    Lire la suite

  • Vous avez dit Abou Ghraib ? Pas de vacances pour la désinformation… P.I.Lurçat

    "Scandale de type Abou Ghraib en Israël", titre le site France 2, citant Ha'aretz. France 24 est plus explicite " "Une officier israélienne se met en scène aux côtés de prisonniers palestiniens"… En fait de mise en scène, la soldate en question, Eden Abergel, s'est contentée de se faire photographier devant des prisonniers palestiniens – assis sur des parpaings les yeux bandés – et de publier les photos sur son profil Facebook. Quel rapport avec Abou Ghraib ?

     

    Comme le rappelle justement le site Rue89, l'affaire Abergel est "beaucoup moins choquante" que celle de la soldate américaine Lyndie England, qui avait posé en compagnie de détenus torturés dans la prison américaine d'Abou Ghraib. A Abou Ghraib, il s'agissait effectivement de sévices et d'humiliations (ah… la fameuse humiliation arabe !) et de photos obscènes, prises par des soldats aux tendances sadiques.

     

    Rien de tout cela dans "l'affaire Abergel" : Eden Abergel est simplement une soldate israélienne qui, dans un moment de désœuvrement, a pris des photos où elle pose devant des prisonniers palestiniens, qui ne sont ni torturés ni humiliés et qui ont l'air aussi bien portants qu'un Gazaoui ventripotent en période de "siege"… Le seul 'crime' d'Eden Abergel est d'avoir posté ses photos sur Facebook, qui est – comme chacun sait – un endroit public où tout est partagé.

    Ce qui est choquant dans ce "petit Abou Ghraib" [selon Rue89], c'est l'empressement avec lequel les journalistes occidentaux accusent Israël de tous les maux et établissent des comparaisons injustifiées, sans même prendre la peine de vérifier les faits, uniquement pour le 'plaisir' de critiquer l'Etat juif. Rue89 écrit à ce sujet, citant un bloggeur, qu'Eden Abergel, comme Lyndie England, est devenue un visage pour la "banalité du mal" (allusion au nazisme, reprenant une expression fameuse de la philosophe juive allemande Hannah Arendt). Voila le fin mot de l'histoire : comment une banale affaire de photos innocentes postées sur Facebook devient un acte d'accusation contre Israël, émule des Nazis…

     LIRE LA SUITE SUR UPJF.ORG

    http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-18750-114-2-avez-dit-abou-ghraib-pas-vacances-desinformation-pilurcat.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu