Avertir le modérateur

Science

  • Souvenirs du CNRS par Liliane Lurçat

    Une chercheuse acceptée avec des pincettes au CNRS

    Wallon1.jpgLa bonne idée suggérée par François : « deviens chercheur, aucun des patrons actuels en psychologie ne te conviendra » est arrivée avec un an de retard : Henri Wallon venait de démissionner de sa fonction de président de la commission de psychologie pour des raisons de santé

    Les professeurs de philosophie recyclés en chercheurs scientifiques voulaient prouver leur scientificité en se servant de statistiques. Leur projet était de faire passer la psychologie des sciences de l'homme aux sciences de la nature.

    Pour cela, il fallait singer la physique : travailler en équipe sur des sujets imposés par le patron et manier les statistiques : la preuve réside dans la fréquence des phénomènes. Wallon s'en méfiait. Pour lui, les cas extrêmes permettent de comprendre les processus réels. La statistique, sous forme de pourcentages, les élimine.

    Cette démarche analytique fut réfutée au nom de la vraie science. Les nouveaux patrons se sentaient supérieurs à Wallon, rejeté dans un archaïsme désormais désuet.

    Wallon s'inquiétait pour moi: il avait bien raison : je ne fus pas accueillie avec des fleurs mais avec des tomates. Cinq sessions de suite, ma candidature fut refusée. On m'accepta comme stagiaire de recherche débutante, sans tenir compte de mes publications personnelles et des cinq publications. co-signées avec Wallon.

    sorbonne.jpg


    Lire la suite

  • En souvenir d’Henri Wallon, par Liliane Lurçat

    liliane lurçat,henri wallon,psychologie"J'ai travaillé avec Henri Wallon pendant 11 ans, de décembre 1951 à décembre 1962, jusqu'à la veille de sa mort. J'avais 23 ans quand il m'a engagée, il en avait 72. Il était retraité, mis à la retraite d'office.

    Au cours de ces onze années de collaboration, j'ai travaillé sur ses recherches, et il m'a permis de commencer les miennes.

    A l'approche de sa mort, Henri Wallon  se désespérait du sort de la psychologie : « La psychologie française entre dans un tunnel » disait-il ; il ne s'était pas trompé.

    J'ai essayé de rester fidèle à sa manière de travailler, tout au long de ma vie professionnelle et au-delà. J'ai souvent lu et relu ses publications. Je n'ai jamais oublié mon vieux patron de recherches.


    A présent, c'est ma vie qui s'achève, longue, bousculée, traversée par des catastrophes, des drames subis et vécus. Ma vie se termine, ma discipline est entrée dans un tunnel, un cul de sac sans issue.

    liliane lurçat,henri wallon,psychologie

    Henri Wallon, pour son quatre-vingtième anniversaire, entouré d'Hélène Gratiot-Alphandéry, Irène Lézine, Germaine Bernyer, Lucette Merlette, et Liliane Lurçat (à droite)

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu