Avertir le modérateur

tsahal - Page 2

  • Tsahal, armée la plus morale du monde ? - Pierre Itshak Lurçat

    Sans être un fervent lecteur du journal Ha'aretz – pain quotidien des élites israéliennes postsionistes – je dois reconnaître que le commentateur militaire Amos Harel a raison lorsqu'il écrit, au sujet de la réponse d'Israël aux accusations calomnieuses du rapport Goldstone, que "l'affirmation répétée comme un mantra selon laquelle Tsahal serait l'armée la plus morale du monde" est problématique. Non pas certes, comme le pense sans doute Harel, qu'elle soit fausse... Au contraire ! Où a-t-on vu dans le monde une armée qui envoie des SMS aux habitants des immeubles qu'elle s'apprête à bombarder ? Si cette invention israélienne avait pu être utilisée à Londres, à Dresde ou à Hiroshima, elle aurait épargné la vie de millions d'être humains pendant la Seconde Guerre mondiale.

     

    humains trop humains5.jpg

    Cette affirmation est problématique précisément parce qu'elle est vraie. Elle pose un problème important, sans doute crucial, qui est celui de la morale et de la guerre. Nous autres Juifs, avons une fâcheuse tendance à nous complaire dans la posture de la victime, cédant ainsi à une tendance inhérente à la tradition juive (ou judéo-chrétienne). Nous avons certes le droit de nous flatter d'avoir une armée composée de soldats au visage humain, et non de soudards, qui est aussi efficace – sinon plus – pour sauver des vies humaines au Népal que pour lutter contre le Hamas à Gaza. Mais cela ne doit pas nous faire perdre de vue que le but premier de Tsahal, comme de toute armée au monde, est de défendre et de protéger nos citoyens et notre Etat, et pas de gagner d'improbables concours de moralité…

     

    Cette problématique n'est pas nouvelle, loin s'en faut. Dans un article éclairant paru après la Deuxième Guerre du Liban dans la défunte revue Forum Israël, Eliezer Shargorodski avait montré comment les penseurs et dirigeants sionistes avaient depuis longtemps été écartelés entre deux conceptions de la morale. La première, d'inspiration judéo-chrétienne, abhorrait le recours à la force qu'elle considérait comme un danger mortel pour les "valeurs juives". Cette conception, autrefois très minoritaire, était défendue par des intellectuels juifs allemands renommés, comme Martin Buber et Hermann Cohen. Elle s'incarna dans un courant sioniste-pacifiste, dont les représentants furent à l'origine de la création de l'Université hébraïque de Jérusalem. Ces intellectuels poussèrent leur logique jusqu'à ses conséquences ultimes : Buber, un temps proche de Herzl, s'éloigna de lui pour soutenir la création d'un Etat binational, préférable selon lui à un Etat juif pour ne pas léser les droits des habitants arabes.

     

    israel,tsahal,guerre,morale

     

    Lire la suite

  • Un parachutiste de Tsahal raconte la guerre contre le Hamas

    tsahal,gaza,parachutistes,hamasC'était il y a trois ans exactement... Tsahal menait sa première guerre contre le Hamas, et à l'époque l'infanterie était entrée à l'intérieur de la bande de Gaza. Dans une interview à Israël Magazine, un jeune parachutiste, Oren Y., m'avait raconté sa guerre. Témoignage qui n'a rien perdu de son intérêt aujourd'hui, alors que l'opération Colonne de Nuée vient de s'achever et que le prochain round se profile déjà à l'horizon...

    En première ligne à Gaza

    Les préparatifs de l’offensive contre le Hamas à Gaza incluaient notamment la « guerre en terrain construit » (lohama be-shetah banoui) – domaine dans lequel Tsahal a développé depuis plusieurs années une expertise reconnue dans le monde entier –  les ratissages de maisons et le détectage des mines et autres pièges. Tsahal était parfaitement informée du fait que le Hamas avait piégé de nombreuses maisons, miné les routes, creusé des tunnels et disposé des tireurs d’élite, en vue d’une éventuelle attaque israélienne. Les parachutistes du Palsar et les soldats des autres unités combattantes s’étaient préparés en conséquence, et l’unité du génie militaire a joué un rôle important dans la guerre. Mais Tsahal a aussi été aidée par la découverte inespérée de cartes du Hamas, indiquant avec précision l’emplacement des mines, des pièges et des tireurs, dans la région d’Al-Atatra (près de Gaza) où se sont battus les paras. Cette carte, saisie dans les premiers jours de l’offensive, a été immédiatement traduite en hébreu et s’est avérée très précieuse pour Tsahal, comme l’a révélé le chef des Renseignements militaires.

     

    Oren me raconte à présent comment s’est déroulée la guerre elle-même. La première semaine, consacrée principalement aux frappes aériennes, a été pour les soldats de l'infanterie une période d’attente et de préparation. C’est seulement le deuxième shabbat, une semaine après le début de l’offensive, que l’ordre d’entrer dans Gaza a été donné. L’offensive terrestre a constitué une surprise et un choc psychologique pour le Hamas, qui avait fini par croire – intoxiqué par sa propre propagande – que les "Juifs" n’oseraient jamais entrer dans Gaza avec des forces d’infanterie… L’entrée dans la bande de Gaza a eu lieu la nuit du samedi au dimanche. Je demande à Oren quel était son état d’esprit à ce moment. « Un mélange d’émotion et d'appréhension salutaire qui nous rend très vigilants, mais aucune peur », me répond-il avec franchise.

     ____________________________________________________________________________________

    Devenir agent immobilier en Israël: c'est possible!

    Attention: le programme de l'examen d'agent immobilier vient de changer! Il inclut désormais la jurisprudence des tribunaux israéliens.

     

    Pour la septième année consécutive, PIL FORMATION organise une préparation à l'examen d'agent immobilier israélien destinée aux francophones. Le taux de réussite depuis 2007 est de plus de 75 %!


    La formation débutera en septembre 2014 à Tel-Aviv.

    Inscriptions dès maintenant par email à l'adresse

    pierre22@012.net.il

    Lire la suite

  • Roni Daniel, le "Monsieur Tsahal" de la télévision israélienne, par Pierre Itshak Lurçat

    Roni Daniel, TsahalNB J'avais interviewé Roni Daniel en juillet 2010 dans le cadre de ma rubrique "Rencontres israéliennes" dans ISRAEL MAGAZINE. Relisant cette interview aujourd'hui, je constate qu'elle demeure toujours actuelle... Extraits. P.I.L

     

    En Israël, pays où la guerre fait pour ainsi dire partie de la vie quotidienne depuis 60 ans, le travail d'un commentateur militaire ne s'arrête pas à la fin des hostilités… Menaces de guerre, commissions d'enquête sur la dernière guerre, nouvelles armes ou problèmes de budget : tous ces sujets, et bien d'autres, constituent le pain quotidien d'un journaliste spécialiste des affaires militaires. Le visage de baroudeur de Roni Daniel, commentateur militaire de la deuxième chaîne de télévision israélienne depuis 1994, est connu de tous les téléspectateurs du pays. Il m'a donné rendez-vous au café situé en bas de l'immeuble de Tel-Aviv où se trouve son bureau. Le commentateur de la 2e chaîne, qui donne rarement des interviews, s'est confié en exclusivité à Israël Magazine.

     

    D'entrée de jeu, je lui demande comment il est devenu correspondant militaire. Il m'explique qu'il a commencé sa carrière de journaliste il y a presque 40 ans, en tant que correspondant chargé des questions d'agriculture et de circulation à Kol Israël… Mais très vite – à l'occasion de la Guerre du Kippour – il a abandonné les chats écrasés pour se consacrer à sa passion : l'armée. Roni Daniel est en effet un soldat avant d'être un journaliste : il a servi dans le bataillon 906 du Na'hal, s'est battu sur le front égyptien pendant la guerre des Six Jours, a été blessé et est revenu au combat. En 1973, il était le premier correspondant militaire qui a gravi le mont Hermon, sous le feu des canons syriens. "J'ai fait toutes les guerres [depuis 1967]… Cela m'a rendu résistant", me confie-t-il avec la franchise d'un soldat. Comme beaucoup de téléspectateurs, j'ai gardé à l'esprit les images de la guerre contre le Hamas à Gaza, l'an dernier, quand Roni Daniel poursuivait son reportage, imperturbable, malgré l'alerte aux missiles, et quand il courait entre les balles du Hamas ("Je ne baisse jamais la tête face à l'ennemi", me dira-t-il au cours de notre entretien).

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu