Avertir le modérateur

sionisme - Page 2

  • État juif ou « monstre froid » ? Israël après la tempête de neige, par Pierre Itshak Lurçat

     jabotinsky,nietzsche,sionismeL'État, c'est le plus froid de tous les monstres froids. Il ment froidement et voici le mensonge qui rampe de sa bouche : « moi l'État, je suis le peuple ».
    C'est un mensonge !

    Partout où il y a encore du peuple, il ne comprend pas l'État et il le déteste comme le mauvais œil et une dérogation aux coutumes et aux lois. »

    Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

    L’État est-il un monstre froid, comme le pensait Friedrich Nietzsche, le plus intelligent et le plus mal compris des philosophes occidentaux du 19e siècle ? Cette question m’est revenue à l’esprit au lendemain de la tempête de neige qui a frappé Israël et paralysé le pays pendant plusieurs jours, laissant des milliers de familles privées d’électricité, de Jérusalem à la Galilée et à la Samarie. Notre Premier ministre a certes prétendu, non sans raison, que d’autres grands pays occidentaux avaient rencontré les mêmes situations et ne s’en étaient pas mieux sortis…

     

    jabotinsky,nietzsche,sionisme

    La route Jérusalem Tel-Aviv enneigée


    L’argument est plausible, mais il ne me convainc guère. Une semaine après la fin de la tempête, en effet, les trottoirs de la capitale étaient encore impraticables pour les piétons, obligés de marcher sur la chaussée, à leurs risques et périls… La jeune Shira Metzger, habitante du quartier de Talpiot, a payé un prix terrible pour cette incurie : elle a eu les deux jambes écrasées par les roues d’un chauffard ! On aurait pu attendre des services de voirie municipaux qu’ils s’emploient non seulement à dégager les routes, ce qui a été plus ou moins fait, mais aussi à permettre aux piétons de se déplacer normalement, sans prendre de risques pour leur vie…

    Au-delà du fait divers, cet accident pose la question de la responsabilité de l’État et de ses obligations envers les plus faibles, qui sont les premières victimes en cas d’intempéries. Trop souvent, en Israël, on a l’impression pénible que l’État est injuste et cruel avec les plus faibles : les survivants de la Shoah qui n’ont pas de quoi payer leurs médicaments ; les classes défavorisées qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, pendant que nos dirigeants se vantent des performances de notre économie ; ou encore les personnes âgées, qui vivent et meurent dans l’isolement total, privées de chaleur humaine, alors qu’elles appartiennent souvent à la génération qui a construit le pays (et cette liste n'est pas exhaustive, on doit y ajouter Jonathan Pollard qui croupit dans une prison américaine...).

     

    jabotinsky,nietzsche,sionisme

    Cruel avec les faibles: manifestation de survivants de la Shoah à Jérusalem

    ______________________________________________________________________________

    Devenir agent immobilier en Israël: c'est possible!

    NOUVEAU : FORMATION A L'EXAMEN D'AGENT IMMOBILIER A PARIS!


    Vous êtes agent immobilier en France et souhaitez développer votre activité en Israël, élargir votre clientèle ou pour découvrir le marché israélien. Vous avez un projet d'alyah à court ou moyen terme et vous souhaitez partir avec un métier en main, qui vous permettra de gagner votre vie dès votre arrivée en Israël.

    Pour la première fois, il vous est possible de suivre une formation à Paris, étalée sur 12 semaines, et de passer l'examen d'agent immobilier en Israël en avril 2015. Cette formation débutera au mois de janvier 2015 et s'achèvera fin avril 2015.

    Les cours auront lieu à Paris, une fois par semaine (en matinée ou en fin de journée, selon des horaires à convenir qui seront adaptés à vos possibilités).


    Il n'est pas nécessaire d'être citoyen israélien pour obtenir la carte d'agent immobilier! C
    ette formation a lieu en Israël depuis 2006 et elle a également eu lieu à Paris en 2008 et 2009 sous l'égide de l'Agence juive. Plusieurs centaines d'élèves venus de France exercent aujourd'hui la profession d'agent immobilier en Israël, après avoir suivi cette formation.



    Si vous souhaitez plus d'informations sur la formation ou sur la profession d'agent immobilier en Israël, n'hésitez pas à me contacter par email ou par téléphone. Je vous ferai parvenir sur votre demande une fiche d'inscription à la prochaine formation.


    Cordial shalom

    Pierre Itshak Lurçat
    Avocat au barreau de Tel-Aviv
    Spécialisé en droit de l'immobilier et de la consommation
     
    pierrelurcat@orange.fr

    Lire la suite

  • L’idée du « Yovel » dans la pensée sociale de Zeev Jabotinsky

     « Vous sanctifierez cette cinquantième année, en proclamant dans le pays, la liberté pour tous ceux qui l’habitent : cette année sera pour vous le Jubilé » (Lévitique 25-10).

     

    Dans la paracha que nous lirons samedi matin dans les synagogues figure le fameux verset du Lévitique qui définit l’institution du « Yovel », le Jubilé.

     

    Jabotinsky.jpgLa redistribution égalitaire des terres lors de la cinquantième année est une des conceptions sociales les plus originales de la Bible hébraïque, devenue pour beaucoup de commentateurs un symbole de l’esprit de justice inhérent à la tradition juive. Paradoxalement, c’est un des plus grands penseurs du sionisme laïc, Vladimir Zeev Jabotinsky, qui a remis au goût du jour cette institution tombée en désuétude depuis l’époque biblique, dont il a fait la pierre angulaire de ses conceptions sociales et économiques.

     

    Avant d’aborder succinctement la pensée économique et sociale de Jabotinsky, il convient de faire une remarque préliminaire concernant la place qu’occupe la Bible dans la pensée sioniste moderne. Beaucoup a été dit sur le caractère utopique de la société juive décrite par Herzl, le « Visionnaire de l’Etat », dans son ouvrage programmatique, L’Etat juif et dans son roman politique Altneuland. Homme du dix-neuvième siècle, Herzl croyait au progrès nécessaire de l’humanité, et son utopie est le fruit des conceptions de son époque (Paul Giniewski le compare judicieusement à Jules Verne, autre grand utopiste).

     

    Lire la suite

  • Etat juif ou monstre froid (II) : Grandeur et déchéance d’Ariel Sharon, par Pierre Itshak Lurçat

    ARiel Sharon, Gaza, Goush Katif, hamas, sionisme, Netanyahou

    לתמר היקרה, עלי והצליחי!

    Si l’itinéraire d’Ariel Sharon a quelque chose à nous enseigner, au-delà des discours convenus et simplistes, et de la nostalgie pour le héros des guerres d’Israël, c’est que « la roche tarpéienne est proche du Capitole », ou en d’autres termes, que la voie est courte qui mène de la construction de yishouvim en Judée-Samarie à la destruction de ceux de Gaza, par le même homme, bâtisseur * devenu un destructeur, soldat intrépide, puis homme politique indomptable et ambitieux, transformé en « bulldozer fou », à la fin de son glorieux parcours.

    Beaucoup a déjà été écrit au sujet d’Ariel Sharon, depuis qu’il est tombé dans un coma profond, et les médias israéliens ont commencé à faire son éloge funèbre bien avant qu’il soit mort et enterré. Pourtant, il est certain que « l’examen de conscience » auquel la société israélienne s’était engagée, après l’expulsion du Goush Katif, n’a pas été réalisé depuis 8 ans. On peut même se demander si l’excès de mansuétude dont font preuve les médias israéliens envers celui qui était jadis honni et vilipendé par la gauche, ne vise pas à préparer l’opinion à un nouvel épisode destructeur d’expulsion, similaire à celui de Gaza, en Judée-Samarie cette fois et sur l’ordre de Nétanyahou… (Certains observateurs avertis évoquent la possibilité que Bibi crée un nouveau parti-coquille, comme le fit Sharon avec Kadima, pour échapper à l’opposition interne au Likoud.)

    ARiel Sharon, Gaza, Goush Katif, hamas, sionisme, Netanyahou

    Ariel Sharon et Tsippi Livni, fondateurs du parti Kadima en 2005


    Si l’expression nietzschéenne de « monstre froid » (voir notre article « Etat juif ou monstre froid ») a un sens à propos de l’Etat d’Israël, c’est bien à la période où Ariel Sharon dirigeait notre pays qu’elle peut s’appliquer. Jamais, en effet, l’Etat juif ne s’est conduit avec une telle froideur criminelle que lors du « désengagement » de Gaza (ce terme faisant partie de ce novlangue spécialement inventé pour l’occasion, dont on retrouve des échos aujourd’hui avec la libération de terroristes assassins par le gouvernement de Bibi Nétanyahou, délicatement requalifiée de « battement » ou péima en hébreu…) et de la destruction des localités juives du Goush Katif.

    Non pas, certes, que notre Etat ait été un modèle d’humanité dans ses premières décennies… Il n’a jamais été « tallith shé-koulo tehélet », un tallith sans tache : rappelons, à titre d’exemple, l’affaire des enfants du Yémen… Mais à l’époque, l’Etat juif avait au moins l’excuse d’être encore jeune et soumis à des menaces existentielles constantes, qui pouvaient parfois faire passer au second plan les exigences de l’éthique et de la justice sociale !

     

    ariel sharon,gaza,goush katif,hamas,sionisme,netanyahou

    Sharon en 1973, au temps de sa grandeur


    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu