Avertir le modérateur

netanyahou - Page 2

  • Après les élections israéliennes : premières leçons d’un scrutin, par Pierre Itshak Lurçat

    yair lapid,likoud,nétanyahouLes élections à la 19e Knesset sont derrière nous et les tractations en vue de la constitution d’un nouveau gouvernement ne font que commencer, mais on peut déjà tirer quelques conclusions de cette campagne et des résultats du scrutin. Le premier constat est que ces élections annoncées comme gagnées d’avance ont en fait révélé plusieurs surprises, et que la victoire du parti Likoud-Beteinou est très relative. Le grand vainqueur de ces élections est évidemment Yaïr Lapid, ce qui appelle certaines remarques quant à la nature de son parti et quant à ce qu’il révèle de l’état de la société et de la politique en Israël.

    La victoire à la Pyrrhus de Nétanyahou est sans doute partiellement, comme l’écrit ce matin Ariel Kahana dans Makor Rishon, la conséquence de son manque de sang-froid au cours de la campagne électorale. Obsédé par Naftali Bennet, « Bibi » a en effet mené une véritable guerre de propagande contre ce dernier, n’hésitant pas à noircir sans aucune retenue les candidats de la liste du « Foyer Juif ». Le score de ce dernier parti a finalement été moins élevé que ne le prévoyaient les médias israéliens.

    Un rejet des partis traditionnels

    Le journal Ha’aretz titrait ce matin, de manière quelque peu mensongère, sur un résultat « ex-aequo » entre les « deux blocs » (droite et gauche), alors que les partis arabes ne font partie d’aucun de ces deux blocs, puisqu’ils refusent systématiquement de siéger dans un gouvernement sioniste, de droite comme de gauche. En réalité, la majorité des électeurs israéliens demeure ancrée à droite, tendance qui se manifeste déjà depuis plusieurs élections. Mais l’opposition « droite-gauche » n’est pas entièrement pertinente pour décrire la nouvelle réalité politique israélienne.

     

    yair lapid,likoud,nétanyahou

    Le phénomène Kadima

    __________________________________________________________________________


    (972)26786595 - (33)422130539

    Lire la suite

  • Rencontre avec Arié Eldad, un député sioniste révolutionnaire

    Arie ELDAD 2.JPG

    NB Le parti Otsma Le Israël est mal connu du grand public et victime de discrimination de la part des médias. Aussi je remets en ligne cette interview de son numéro 2 réalisée en 2009, qui n'a pas perdu, le lecteur en jugera, de son actualité. P.I.L

    Arié Eldad n’est pas un député israélien ordinaire. Médecin dans Tsahal, il est entré très tard en politique, pour défendre ses idées et pour poursuivre, avec d’autres armes, son combat pour Eretz Israël. S’il est classé à la droite de l’échiquier politique, cela n’empêche pas qu’il soit apprécié par beaucoup de ses collègues de tous les partis, en raison de son honnêteté et de sa droiture. Il a déclaré un jour qu’il se battait chaque matin contre la création d’un Etat palestinien, qu’il considère comme un danger mortel pour Israël, et chaque après-midi contre la corruption, danger non moins grave… Rencontre avec un homme de convictions.

     

    Arié Eldad me reçoit dans son bureau de la Knesset, à Jérusalem. Sur le mur, deux photos en noir et blanc traduisent mieux que de longs discours l’origine de son engagement politique : celle de son père, Israël Eldad, et celle du rabbin Aryeh Levin, le fameux « rabbin des prisonniers » de l’Irgoun et du Lehi, qui fut son « sandak », c'est-à-dire son parrain lors de sa circoncision. Eldad appartient en effet, comme beaucoup d’autres hommes politiques actuels, à la génération des enfants des fondateurs de l’Etat, et des combattants des organisations clandestines juives dont l’histoire est sans doute une des pages les plus glorieuses et les plus dramatiques de l’aventure sioniste au vingtième siècle.

     

    arie eldad,betar,knesset,élections,nétanyahou

    Le rabbin Aryeh Levin

    Arié Eldad est entré en politique relativement tard, et pour des raisons bien particulières, comme il me l’explique d’emblée. Général de brigade dans Tsahal et ancien chef des services de santé de l’armée, il a repris son travail de médecin, après 25 ans sous l’uniforme. Lorsque la Deuxième Intifada a éclaté, en l’an 2000, il se trouvait à l’hôpital Hadassah Ein Kerem, à Jérusalem, qui était à l’époque surchargé de travail… « Nous avons accueilli plus de 3000 victimes d’attentats », se souvient Eldad, dont la spécialité – le traitement des brûlures – a malheureusement été très utile, pendant cette période difficile. C’est alors, m’explique-t-il, qu’il a compris qu’il était nécessaire de prévenir, au lieu de guérir… Et c’est cette conviction qui l’a décidé à abandonner la médecine pour se lancer dans la vie publique et dans la politique, avec cette idée fixe, qui ne l’a pas quitté depuis : « Si un Etat palestinien devait voir le jour à l’Ouest du Jourdain, les jours d’Israël seraient comptés »…

    Lire la suite

  • Le nouveau visage du Likoud: de Jabotinsky à Moshé Feiglin, P.I.Lurçat

     

    likoud,nétanyahou,feiglinJe me suis rendu dimanche voter, après quelques hésitations, aux primaires du Likoud, et je n’ai pas été déçu. D’abord, parce que les primaires du Likoud sont une grande kermesse et aussi une grande fête démocratique. On y croise toutes sortes de gens, militants de base, membres du comité central et députés et surtout ce « Am’ha » - ce petit peuple coloré et pittoresque – qui constitue jusqu’à aujourd’hui l’électorat du grand parti populaire qu’il a mené au pouvoir en 1977, après trente ans d’hégémonie travailliste.

    Bien entendu, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du Jourdain depuis lors… Régulièrement, on nous annonce la fin du Likoud : quand Ariel Sharon a créé l’éphémère parti Kadima, dont j’ai déjà dit ce qu’il incarnait à mes yeux, ou chaque fois que Moshé Feiglin remporte un succès. A en croire certains éditorialistes ce matin, comme Nahum Barnéa ou Sima Kadimon dans Yediot, Feiglin aurait transformé le Likoud en parti d’extrême-droite !

    Quand on lit de telles inepties dans les grands médias israéliens, il ne faut pas s’étonner de les retrouver ensuite dans la presse française ou internationale… (Les Mohammed Sifaoui, Caroline Fourest et autres Pascal Boniface auront beau jeu de traiter Nétanyahou, Feiglin et Lieberman de « fachos », en s’abritant derrière la « caution » des éditos de la presse israélienne !)

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu