Avertir le modérateur

guerre - Page 2

  • Guerre de Gaza : les pompiers pyromanes

    Je reproduis le debut de l'excellent edito de Cyrano sur Riposte Laique

    L’EDITO DE CYRANO

    Les laïques ne manifestent pas avec des fanatiques religieux

    lundi 12 janvier 2009

    "Il ne faut pas importer le conflit israélo-palestinien en France", clament à l’unisson tous les responsables politiques à qui on tend un micro. Noble intention, qui devrait couler de source dans un pays où on ne reconnaît pas les communautés, mais les citoyens de la République. Pourtant, par leur attitude, ces dernières semaines, certains, qui veulent aujourd’hui jouer les pompiers, ne se sont-ils pas comporté en pyromanes ?

    Ainsi, la plupart des reportages ou commentaires, sur les chaînes publiques, sont d’une partialité incroyable et d’une complaisance rare vis-à-vis du Hamas. Montrer principalement des images d’enfants ensanglantés, inviter sur les plateaux de télévision un Tariq Ramadan ou la porte-parole des « Indigènes de la République », sans leur opposer d’interlocuteurs capables de contrer leurs discours démagogiques et haineux, contribue-t-il vraiment à diminuer les tensions ?

    Dans ce contexte, 130.000 manifestants, dans toute la France, ont encore défilé samedi dernier, certains pour réclamer la paix mais beaucoup pour brûler des drapeaux israéliens, faire flotter le drapeau des fascistes du Hamas, et scander des « Allah akbar ».

    Ces manifestations contribuent-elles à diminuer les tensions ?

    Question taboue : qui constitue majoritairement ces cortèges ?

    D’après une dizaine de nos correspondants, les chiffres donnent environ 70 à 80 % de manifestants de culture arabo-musulmane, et 20 à 30 % de « Souchiens », pour reprendre l’élégante expression de la porte-parole des « Indigènes de la République », (1) admiratrice du Hamas, dont les propos sur les Blancs n’ont rien à envier aux provocations racistes de Jean-Marie Le Pen, autre admirateur du Hamas.

    Il est d’ailleurs fort intéressant de noter la similitude étonnante entre les propos de patron du Front national, ceux des islamistes et ceux de certains gauchistes. (2)

    Au regard des images subies, et des commentaires assénés, midi et soir, faisant état d’un véritable massacre, voire d’un "génocide" du peuple palestinien, on a connu le « peuple de gauche » capable de se mobiliser davantage.

    On est bien loin de l’onde de choc qu’avait provoquée la guerre d’Irak, et des manifestations monstres qui avaient suivi la décision de Bush.

    Comment s’en étonner ? Pourquoi les esprits libres iraient-ils manifester avec des fanatiques religieux, alors que quotidiennement, ils perçoivent la menace que ces gens-là font peser sur la laïcité et sur les valeurs républicaines de notre pays ?

    Pourquoi iraient-ils manifester avec des gens dont ils sentent ... SUITE SUR LE SITE

  • Le sens de la bataille de Gaza, Antisionisme radical et nouvelle judéophobie (P. A. TAGUIEFF)

    Entretien d'Aleksandra Rybinska avec Pierre-André Taguieff publié dans l'édition datée du 10-11 janvier 2009 du grand quotidien polonais Rzeczpospolita ("La République") de Varsovie (entre 225 000 et 260 000 exemplaires vendus)

    taguieff.jpg
    P. A. TAGUIEFF

    La guerre entre Israël et le Hamas a encore donné lieu à des manifestations de sympathie pour la Palestine à travers le monde. « Nous sommes tous des palestiniens » semble être le motto de beaucoup d'intellectuels en Occident.
    D'où provient cette sympathie presque aveugle ?

    Pierre-André Taguieff : Ces manifestations, souvent violentes, sont d’abord le fait de barbus et de femmes voilées, donc d’islamistes, accompagnés de divers milieux de la nouvelle extrême gauche, anti-impérialiste et néo-tiersmondiste, dont les deux ennemis absolus sont les États-Unis et Israël. La tendance dominante chez les intellectuels occidentaux est toujours la préférence pour l’extrémisme : la radicalité, qu’elle soit communiste ou islamiste, continue de les séduire.

    manif.jpg

    Où sont passées les voix de la raison ? Pourquoi l'État d’Israël, malgré des efforts de propagande, ne parvient-il pas à trouver un large soutien international, et particulièrement dans les médias étrangers ? On a l'impression que même les intellectuels juifs, dans le New York Times, préfèrent ne pas trop pencher en faveur de l'État juif…

    P-A.T. Israël a longtemps joui d’un capital de sympathie. Or, celui-ci a commencé à se dissiper après les massacres de Sabra et Chatila (été 1982), commis par des milices chrétiennes percevant les Palestiniens comme des envahisseurs et des pillards.

    Mais, par une opération de propagande fort bien orchestrée, ces massacres ont été mis au compte du général Sharon, diabolisé par tous les moyens. Jusqu’en 2005, Israël ne s’est guère soucié de son image dans le monde, dont pourtant toutes les enquêtes d’opinion montraient la dégradation.

    Dans l’après-Sharon, les tentatives israéliennes pour contrer la propagande propalestinienne se sont heurtées à un mur : le pli avait été pris, les médias s’étaient alignés sur les positions « antisionistes », alimentées par l’idéologie victimaire centrée sur la figure du Palestinien innocent, donc de l’enfant palestinien, érigé en victime maximale. Cette idéologie a été habilement diffusée par les réseaux palestiniens dans le monde entier.

    Nombre d’intellectuels juifs étatsuniens et européens, souffrant de la judéophobie ambiante, pensent se faire accepter par un milieu hostile en prenant des positions radicalement anti-iraéliennes, « antisionistes », etc. Ils deviennent ainsi des « Juifs non-juifs », puis des « alterjuifs », pour finir comme des « Juifs antijuifs ». Le cas le plus évidemment pathologique est celui de l’intellectuel américain antisioniste et pro-négationniste Noam Chomsky, applaudi par Oussama Ben Laden et Hugo Chávez.

    01_CHOMSKY.jpg

    Parfois il semble même qu’Israël est l'État le plus détesté au monde ?

    P-A.T. Israël incarne l’Occident pour les anti-occidentaux, l’impérialisme pour les anti-impérialistes, les infidèles pour les islamistes, le racisme pour les propalestiniens, … Il cumule les stéréotypes négatifs. Il est perçu comme l’État en trop, qui devrait disparaître pour que les hommes soient délivrés du mal. Ce traitement absolument diabolisateur est réservé en effet à Israël.

    On peut observer une haine particulièrement virulente envers l'État d’Israël chez les intellectuels de gauche, en partant de la gauche-caviar jusqu'aux mouvements antimondialistes. En France et ailleurs. La vieille propagande antisioniste de l’URSS fonctionne toujours?

    P-A.T. Le berceau de l’antisionisme radical, qui représente la principale forme contemporaine de la judéophobie (ou, pour employer un mot impropre, de l’« antisémitisme »), est en effet le communisme soviétique qui, de 1948/49 au début des années 1970, a diffusé mondialement la plupart des thèmes d’accusation visant Israël (« fascisme », « impérialisme », « racisme », « colonialisme », etc.).

    L’antisionisme d’origine stalinienne a fusionné avec l’antisionisme arabe mis au point dans les années 1950 et 1960 par les réfugiés nazis au Caire (Johann von Leers, ancien adjoint de Goebbels, notamment). Les milieux occidentaux tiers-mondistes ont suivi, et bien entendu toutes les variétés de l’extrême gauche, trotskistes compris.

    Nous en sommes toujours là : rien de nouveau n’est apparu dans le discours antisioniste radical.

    Pendant longtemps, la gauche a quand même soutenu Israël. C'était lié en partie à l’Holocauste. Ensuite on a pu observer une certaine schizophrénie : la gauche condamnait les attentats terroristes perpétués par les Palestiniens et, en même temps, soutenait la cause palestinienne. Ça a changé. Peut-on dire que la gauche a trahi les Juifs?

    P-A.T. La gauche avait déjà abandonné les Juifs après 1945, lorsqu’elle était sous influence stalinienne. Après la disparition de l’empire soviétique, la gauche s’est trouvée de nouveaux maîtres à penser, des anarcho-trotskistes au sous-commandant Marcos, de Chomsky à José Bové.

    Les mouvements anti-mondialisation dits « altermondialistes » ont pris la relève du « génial camarade Staline » et du « Grand Leader » Mao. Diverses combinaisons de positions anticapitalistes radicales, d’antiaméricanisme et d’antisionisme sont apparues dans les années 1990 et 2000.

    Une partie de la gauche française, par exemple, la plus engagée dans l’anti-mondialisation, est revenue à ses positions anticapitalistes et antijuives d’avant l’affaire Dreyfus.

    Quel intérêt réel a la gauche aujourd'hui à soutenir la cause arabe?

    P-A.T. En Europe, la gauche et surtout l’extrême gauche se sont engagées dans une stratégie de conquête de l’électorat musulman. Ce qui implique beaucoup de complaisance à l’égard des islamistes radicaux comme à l’égard du terrorisme palestinien, toujours excusé au nom de la « juste révolte des humiliés ».

    Les leaders de gauche, comme ceux de droite, croient pouvoir ainsi éviter l’Europe soit visé par le terrorisme. Illusion très répandue. En outre, la gauche, comme la droite, est saisie par la hantise d’être privée de pétrole. C’est la composante « réaliste » de son parti pris pro-arabe.

    Pourquoi l'Occident accuse-t-il Israël de racisme...

    SUITE SUR PRIMO

  • Des soldates de Tsahal en première ligne à Gaza

    Le journal Maariv consacre ce matin un article aux "femmes sur le front" : ces soldates de Tsahal qui combattent aux côtés des soldats dans la guerre contre le Hamas. L'opération "plomb fondu' se caractérise par une présence féminine particulièrement élevée au sein des unités combattantes, écrit Amir Bohbot dans cet article intéressant, dont je traduis ci-dessous des extraits conséquents.

    lohamot.jpg



    Les commandants de l'Opération "Plomb fondu" relatent ces derniers jours avec fierté que de nombreuses soldates prennent part aux combats, y compris un médecin et deux infirmières qui sont entrées en profondeur dans le territoire de Gaza, avec les forces d'infanterie de Tsahal.

    "L'apport de ces soldates a déjà été constaté lors des soins aux blessés", a déclaré le commandant de la division de Gaza. "Malgré les menaces d'enlèvement de soldats, les tireurs embusqués du Hamas et les risques posés par les mines lors de l'évacuation des blessés sous le feu de l'ennemi, les soldates sont là-bas tout comme les autres combattants".

    lohemet.gif
    Photo : Dover Tsahal


    Au sein de la division de Gaza, on est fiers non seulement de ces trois soldates, mais aussi des auxiliaires de combat qui servent au sein des batteries d'artillerie et prennent part aux tirs d'obus sur les cibles à l'intérieur de la bande de Gaza. "Le 401e régiment de blindés comporte une femme officier responsable de l'armement", explique l'officier. "Lorsqu'on la voit en action, on comprend pourquoi elle est là-bas. Il y a aussi des femmes officiers de l'intendance qui se déplacent sur le terrain, allant d'un endroit à un autre pour répondre aux besoins des soldats".

    Au sein de l'armée de l'air aussi, des femmes se trouvent en première ligne. "Les hélicoptères de combat prennent part à un grand nombre des attaques contre des objectifs à Gaza et aux opérations défensives, pour localiser les terroristes", explique un officier, "et parmi les dizaines de pilotes il y a deux femmes pilotes d'hélicoptères de combat".

    (© Maariv, traduction P.I. Lurçat, Vu de Jérusalem).

    Article_3194_Pic_5.jpg
    Femmes soldats pendant la guerre d'Independance

     

    NE DITES PLUS "C'EST DE L'HÉBREU POUR MOI!"

     

    CONFIEZ-MOI toutes vos TRADUCTIONS HÉBREU-FRANÇAIS !

    Tous documents, lettres, contrats...

    Traducteur professionnel, 10 ans d’expérience de la traduction.

    Tarifs concurrentiels et travail rapide et soigné.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu