Avertir le modérateur

gaza - Page 4

  • Il n'est pas disproportionné de vouloir survivre

    Excellent article d'André Glucksmann dans Le Monde. Merci M. Glucksmann!

    Une riposte excessive ?, par André Glucksmann
    LE MONDE | 06.01.09 | 13h13  •  Mis à jour le 06.01.09 | 13h13


    evant un conflit, l'opinion se divise entre les inconditionnels qui ont décidé une fois pour toutes qui a tort et qui a raison, et les circonspects qui jugent en fonction des circonstances telle ou telle action comme opportune ou inopportune, quitte à retenir, s'il y a lieu, leur jugement jusqu'à plus ample informé. L'affrontement à Gaza, aussi sanglant et terrible soit-il, laisse poindre pourtant une lueur d'espoir que les images chocs recouvrent trop souvent. Pour la première fois dans le conflit du Proche-orient, le fanatisme des inconditionnels paraît minoritaire. La discussion chez les Israéliens (est-ce le moment ? Jusqu'où ? Jusqu'à quand ?) roule comme à l'habitude dans une démocratie. La surprise est qu'un semblable débat partage à micros ouverts les Palestiniens et leurs soutiens, à tel point que, même après le déclenchement des opérations punitives israéliennes, Mahmoud Abbas, chef de l'Autorité palestinienne, trouva le courage d'imputer au Hamas, en rupture de trêve, la responsabilité initiale du malheur des civils à Gaza.

     

    Les réactions de l'opinion publique mondiale - médias, diplomates, autorités morales et politiques - semblent malheureusement en retard sur l'évolution des esprits directement concernés. Force est de relever le mot qui fait florès et bétonne une inconditionnalité du troisième type, laquelle condamne urbi et orbi l'action de Jérusalem comme "disproportionnée". Un consensus universel et immédiat sous-titre les images de Gaza sous les bombes : Israël disproportionne. A l'occasion, reportages et commentaires en rajoutent : "massacres", "guerre totale". Par bonheur, on évite à ce jour le vocable "génocide". Le souvenir du "génocide de Jénine" (60 morts), partout rabâché à la va-vite et depuis déconsidéré, paralyserait-il encore l'excès de l'excès ? Néanmoins la condamnation, a priori, inconditionnelle, de l'outrance juive régule le flot des réflexions.

    Consultez le premier dictionnaire venu : "est disproportionné ce qui est hors de proportion" soit parce que la proportion n'existe pas, soit parce qu'elle se trouve rompue, transgressée. C'est la deuxième acception qui est retenue pour fustiger les représailles israéliennes jugées excessives, incongrues, disconvenantes, dépassant les bornes et les normes. Sous-entendu : il existerait un état normal du conflit Israël-Hamas que le bellicisme de Tsahal déséquilibre, comme si le conflit n'était pas, comme tout conflit sérieux, disproportionné dès l'origine.

    Quelle serait la juste proportion qu'il lui faudrait respecter pour qu'Israël mérite la faveur des opinions ? L'armée israélienne devrait-elle ne pas user de sa suprématie technique et se borner à utiliser les mêmes armes que le Hamas, c'est-à-dire la guerre des roquettes imprécises, celle des pierres, voire à son libre gré la stratégie des attentats-suicides, des bombes humaines et du ciblage délibéré des populations civiles ? Ou, mieux, conviendrait-il qu'Israël patiente sagement jusqu'à ce que le Hamas, par la grâce de l'Iran et de la Syrie, "équilibre" sa puissance de feu ?

    A moins qu'il ne faille mettre à niveau non seulement les moyens militaires, mais les fins poursuivies. Puisque le Hamas - à l'encontre de l'Autorité palestinienne - s'obstine à ne pas reconnaître le droit d'exister de l'Etat hébreu et rêve de l'annihilation de ses citoyens, voudrait-on qu'Israël imite tant de radicalité et procède à une gigantesque purification ethnique ? Désire-t-on vraiment qu'Israël en miroir se "proportionne" aux désirs exterminateurs du Hamas ?

    Dès qu'on creuse les sous-entendus du bien pensant reproche de "réaction disproportionnée", on découvre combien Pascal a raison et "qui veut faire l'ange, fait la bête". Chaque conflit, en sommeil ou en ébullition, est par nature "disproportionné". Si les adversaires s'entendaient sur l'usage de leurs moyens et sur les buts revendiqués, ils ne seraient plus adversaires. Qui dit conflit, dit mésentente, donc effort de chaque camp pour jouer de ses avantages et exploiter les faiblesses de l'autre. Tsahal ne s'en prive pas qui "profite" de sa supériorité technique pour cibler ses objectifs. Et le Hamas non plus qui utilise la population de Gaza en bouclier humain sans souscrire aux scrupules moraux et aux impératifs diplomatiques de son adversaire.

    On ne peut travailler pour la paix au Proche-Orient qu'à la condition d'échapper aux tentations de l'inconditionnalité, lesquelles hantent non seulement les fanatiques jusqu'au-boutistes, mais aussi les âmes angéliques qui fantasment une sacro-sainte "proportion" propre à équilibrer providentiellement les conflits meurtriers. Au Proche-Orient, on ne se bat pas seulement pour faire respecter une règle du jeu, mais pour l'établir. On peut à juste titre discuter librement de l'opportunité de telle ou telle initiative militaire ou diplomatique, sans toutefois supposer le problème résolu d'avance par la main invisible de la bonne conscience mondiale. Il n'est pas disproportionné de vouloir survivre.


    André Glucksmann est philosophe.
  • Des soldates de Tsahal en première ligne à Gaza

    Le journal Maariv consacre ce matin un article aux "femmes sur le front" : ces soldates de Tsahal qui combattent aux côtés des soldats dans la guerre contre le Hamas. L'opération "plomb fondu' se caractérise par une présence féminine particulièrement élevée au sein des unités combattantes, écrit Amir Bohbot dans cet article intéressant, dont je traduis ci-dessous des extraits conséquents.

    lohamot.jpg



    Les commandants de l'Opération "Plomb fondu" relatent ces derniers jours avec fierté que de nombreuses soldates prennent part aux combats, y compris un médecin et deux infirmières qui sont entrées en profondeur dans le territoire de Gaza, avec les forces d'infanterie de Tsahal.

    "L'apport de ces soldates a déjà été constaté lors des soins aux blessés", a déclaré le commandant de la division de Gaza. "Malgré les menaces d'enlèvement de soldats, les tireurs embusqués du Hamas et les risques posés par les mines lors de l'évacuation des blessés sous le feu de l'ennemi, les soldates sont là-bas tout comme les autres combattants".

    lohemet.gif
    Photo : Dover Tsahal


    Au sein de la division de Gaza, on est fiers non seulement de ces trois soldates, mais aussi des auxiliaires de combat qui servent au sein des batteries d'artillerie et prennent part aux tirs d'obus sur les cibles à l'intérieur de la bande de Gaza. "Le 401e régiment de blindés comporte une femme officier responsable de l'armement", explique l'officier. "Lorsqu'on la voit en action, on comprend pourquoi elle est là-bas. Il y a aussi des femmes officiers de l'intendance qui se déplacent sur le terrain, allant d'un endroit à un autre pour répondre aux besoins des soldats".

    Au sein de l'armée de l'air aussi, des femmes se trouvent en première ligne. "Les hélicoptères de combat prennent part à un grand nombre des attaques contre des objectifs à Gaza et aux opérations défensives, pour localiser les terroristes", explique un officier, "et parmi les dizaines de pilotes il y a deux femmes pilotes d'hélicoptères de combat".

    (© Maariv, traduction P.I. Lurçat, Vu de Jérusalem).

    Article_3194_Pic_5.jpg
    Femmes soldats pendant la guerre d'Independance

     

    NE DITES PLUS "C'EST DE L'HÉBREU POUR MOI!"

     

    CONFIEZ-MOI toutes vos TRADUCTIONS HÉBREU-FRANÇAIS !

    Tous documents, lettres, contrats...

    Traducteur professionnel, 10 ans d’expérience de la traduction.

    Tarifs concurrentiels et travail rapide et soigné.

     

  • Operation Plomb Durci: Je protege nos soldats combattant a Azza...

    Je relaie l'appel de l'association Hessed de HEBRON pour aider les soldats de Tsahal.

    "Chers freres et soeurs de part le monde, Shalom,

    la tension monte a Azza et nos soldats combattants vont bientot devoir rentrer se battre. Barouch Hachem, nos tehilim les soutiennent et protegent deja beaucoup mais nous voulons tous qu'ils reviennent en bonne santé et vivants.

    TANK.jpg



    Notre association, www.hessed.fr , situee a Hebron a déja commencé a distribuer des talit katan a nos soldats combattants dans les bases militaires. Cette grande mitsvah les protegera face aux balles ennemies. Nous avons besoin de votre aide pour acheter plus de Talit Katan car la demande est enorme. Chaque talith coute 20 ILS. Nous pouvons vous fournir des recus israeliens..

    https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=2206542

    Nous comptons sur eux, Ils comptent aussi sur nous. Nous sommes tous responsables les uns des autres..

    Rejoignez notre groupe sur facebook http://www.facebook.com/home.php#/group.php?gid=109404165611

    Yair Mimouni

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu