Avertir le modérateur

Jabotinsky - Page 10

  • Une lettre de Jabotinsky au rav Milikovski, grand-père de Nétanyahou, Pierre Itshak Lurçat

    nétanyahou,jabotinsky,rabbin kookLe document qu’on lira ci-dessous – inédit en français – est un témoignage exceptionnel. Outre son intérêt historique général, pour l’histoire du Yishouv et du mouvement sioniste, il permet de comprendre une des énigmes de l’historiographie 1 du parti sioniste révisionniste de Jabotinsky : l’alliance conclue entre le Hatsohar et le parti sioniste religieux Mizrahi, qui suscita une vive opposition parmi les partisans les plus fidèles de Jabotinsky, sionistes laïcs convaincus, opposés à toute alliance avec les représentants de la tradition juive…

     

    Je publie ici la traduction en français de ce document, en guise de modeste hommage au grand historien, spécialiste du judaïsme espagnol médiéval, Bentsion Nétanyahou, qui a été conduit hier à sa dernière demeure à Jérusalem, à l’âge de 102 ans, et dont le destinataire de la lettre ci-dessous, le rav Nathan Milikovski 2, était le père. Il n’est pas anodin que ce soit précisément le grand-père de l’actuel Premier ministre d’Israël qui ait joué le rôle d’intermédiaire entre Jabotinsky, fondateur du mouvement sioniste révisionniste (ancêtre du Likoud actuel) et le rav Kook, père spirituel du courant sioniste religieux. J’ajoute que l’on comprend mieux l’attitude actuelle de Nétanyahou face à l’Iran quand on connaît la vie et l’œuvre de son père, Bentsion Nétanyahou z.l. P.I.L.

     

    nétanyahou,jabotinsky,rabbin kook

     

    Londres, le 22 juin 1934,


     

    Au Rav Milikovski, Jérusalem

    Monsieur et cher ami,

     

    Que vous dire ? J’ai vu hier qu’on vous accuse d’être le principal instigateur de la protestation des rabbins 3. Vous ne pouvez pas estimer vous-même la valeur de cette action… Outre son rôle décisif pour faire triompher la justice dans l’affaire Stavsky, elle aura des conséquences profondes et essentielles sur l’orientation politique et spirituelle du public hébreu en Eretz-Israël et en diaspora. Un exemple : j’ai déjà reçu plusieurs lettres demandant que je propose, lors de notre prochain Congrès mondial, une motion spéciale concernant les rapports entre l’Hatsohar [N.d.T. Organisation sioniste révisionniste] et la tradition religieuse.

     

    Lire la suite

  • "Juifs, apprenez à tirer!" Jabotinsky et les débuts de l'autodéfense juive, de Kichinev à Jérusalem (2)

    Extrait de la postface de l'autobiographie * du fondateur de la Légion juive et du Betar relatant les débuts de l'autodéfense juive à Jérusalem, au moment des pemières émeutes arabes. Les mots fameux du grand dirigeant sioniste - "Juifs, apprenez à tirer!" - n'ont rien perdu de leur actualité, alors que nos frères Juifs en France découvrent ou redécouvrent tragiquement la précarité consubstantielle à l'existence juive en diaspora. P.I.L

    Autodéfense à Jérusalem et emprisonnement à Saint-Jean d’Acre

     

    La situation en Eretz-Israël est lourde de menaces et Jabotinsky entrevoit clairement le risque que font courir au Yichouv les bandes armées arabes, contre lesquelles ni l’armée anglaise, ni ses supplétifs indiens ne lèveront le petit doigt. Quand le juge Brandeis visite le pays, en juillet 1919, « Jabo » le met ainsi en garde contre les risques d’émeutes : « Nous autres, Juifs russes, sentons l’odeur du sang de loin, comme des chiens de chasse… ». La suite des événements va confirmer son pressentiment.

     

     

     

     

    autodefense

    Sur la tombe de Trumpeldor


    Dès 1919, Jabotinsky organise l’autodéfense à Jérusalem, au sein de la Haganah et il entraîne les recrues sur le mont des Oliviers, au vu et au su des Anglais. Mais c’est dans le nord du pays qu’ont lieu les premières escarmouches, lorsque des bandes arabes attaquent les localités juives de Haute-Galilée. Trumpeldor et plusieurs de ses camarades trouvent la mort en défendant Tel-Haï, épisode héroïque qui entrera dans la légende sioniste. Un mois plus tard, les émeutes se propagent à Jérusalem, à l’occasion de la procession de ‘Nabi Samuel’. Les cris de « Itba’h al-Yahoud » (« égorgez les Juifs ») laissent de marbre les troupes anglaises. Jabotinsky prend alors en main la défense de la ville. En réaction, il est arrêté et incarcéré par les autorités britanniques, ce qui suscite une vague de protestation sans précédent au sein du Yichouv. Au cours de son procès, il se transforme d’accusé en accusateur, dénonçant l’hypocrisie des Anglais et leur passivité face aux pogromistes arabes. Le 19 avril 1920, il est condamné à 15 ans de travaux forcés. En signe de protestation, le Yichouv décrète la grève générale et le parti de la gauche sioniste, A’hdout Haavoda, appelle à inscrire le nom de Jabotinsky sur les bulletins de vote.

     

    Lire la suite

  • De la compassion à l’égard des Juifs de la Shoah à la rage contre les Juifs de Tsahal

    Vladimir Zeev Jabotinsky redécouvert, par Fabrice Hadjadj

    Fondateur de la Légion juive et inventeur de la dimension militaire du sionisme, Jabotinsky a cristallisé la haine de nombreux ennemis du peuple Juif et celle de ses adversaires au sein du mouvement sioniste. Dans cette recension parue dans la revue Artpress, F. Hadjadj s'interroge sur les raisons de l'amour pour le Juif transi, concomitant à la haine pour le Juif qui se défend. Question on ne peut plus actuelle... P.I.L.

    jabotinsky,juifs,betarLe grand scandale, quand il pleut des cordes, c’est un Juif avec un parapluie. Une kippa, à la rigueur, éventuellement un sympathique shtreimel, mais son parapluie sous l’orage serait tout à fait hors de saison. C’est ce qu’explique Max Nordau à Vladimir Jabotinsky en 1915, alors que ce dernier lui explique la nécessité de l’autodéfense contre les pogromes et l’urgence de constituer une Légion Juive pour combattre auprès des Anglais contre les Turcs et « élargir les frontières de l’Europe jusqu’à l’Euphrate » : « Ce sont, mon jeune ami, des paroles logiques ; or la logique est la sagesse des Grecs, que notre peuple abhorre. Le Juif n’apprend pas par des raisonnements rationnels, il apprend par les catastrophes. Il n’achètera pas un parapluie “simplement” parce que les nuages s’amoncellent à l’horizon, il attendra d’être trempé et atteint de pneumonie… »

     

    Le Juif qui se laisse tremper sous la pluie battante, cette image est devenue encore plus forte après la Shoah. N’a-t-il pas été définitivement campé comme la pure victime emblématique de toutes les victimes ? C’est ainsi qu’on l’admire depuis nos salons au coin du feu : désarmé, transi, sans mur ni parapluie… Et c’est ainsi que notre philosémitisme se métamorphose en antisémitisme. Certes, nous ne voulons plus le contraindre à se convertir en masse au christianisme ; mais nous aimerions bien le forcer à être toujours christique, ne tirant jamais le glaive, offrant à l’ennemi une gorge d’agneau. Imaginez un seul instant que la « pure victime » ait l’audace de prendre les armes et de se protéger contre l’orage, cela ne colle plus du tout. Imaginez que cet écrasé des nations cherche à défendre une terre (promise) – alors que nous sommes aux temps où chacun mène une vie virtuelle et prétend n’habiter nulle part que derrière son écran – quelle arrogance ! quelle infâme régression vers les bas instincts territoriaux ! Et voilà comment notre compassion à l’égard des Juifs de la Shoah se change en rage contre les Juifs de Tsahal. Voilà comment notre amour pour les hassidim du pacifiste Martin Buber devient haine envers les soldats du militariste Jabotinsky…

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu