Avertir le modérateur

Histoire - Page 3

  • Les pères fondateurs du sionisme et la Reconstruction du Temple : Théodor Herzl

    לשרה, גיבורת הר הבית!

    images.jpg

    La recrudescence de violences anti-juives à Jérusalem et en Israël remet au coeur de l'actualité le Mont du Temple et la place qu'il occupe dans la pensée politique juive moderne. Face à la tentation (inhérente à la vie politique juive et israélienne depuis les débuts du sionisme) de vouloir occulter, voire renoncer à Jérusalem, qui procède à la fois d'un rejet de nos racines et d'une réaction inappropriée aux accusations délirantes de nos ennemis (affirmant qu'Israël voudrait détruire les mosquées sur le Mont du Temple), il est utile de redonner au Temple et à Jérusalem la place qu'ils occupent au sein de notre histoire récente.

    Une des idées fausses les plus répandues au sujet du sionisme politique consiste à croire que les pères fondateurs du sionisme et de l’Etat d’Israël auraient été des Juifs totalement assimilés, voire des ennemis déclarés du judaïsme, voulant créer un Etat coupé de tout élément juif, purement laïc et occidental. (Ces fausses conceptions ont été propagées notamment par des rabbins antisionistes, y compris, malheureusement, au sein du public francophone, où la jeune génération est souvent ignorante des réalités historiques du sionisme et prend pour argent comptant les calomnies au sujet de nos grands hommes.)

    Or, rien n’est plus éloigné de la réalité, si l’on prend la peine de se pencher sur les textes et sur la vie des fondateurs du mouvement de libération nationale du peuple Juif.  Non seulement ceux-ci n’étaient pas hostiles au judaïsme en tant que tel, mais ils ont presque tous mis l’accent sur un élément essentiel de la Renaissance nationale juive : la Reconstruction du Temple de Jérusalem. Le présent article donne un aperçu de la question du Temple chez trois penseurs et acteurs importants de la Renaissance nationale juive : Theodor Herzl, Zeev Jabotinsky et Avraham Stern.

    1. Theodor Herzl, le Visionnaire de l’Etat

    Comme l’a montré le Dr Georges Weisz dans son ouvrage essentiel, Herzl, une nouvelle lecture, la figure du fondateur du sionisme politique a été malheureusement déformée et parfois caricaturée par une historiographie souvent idéologiquement orientée, tendant à faire de Herzl un Juif entièrement coupé de la Tradition.

    La lecture de son roman de politique fiction écrit en 1902, Altneuland, montre que l’Etat juif envisagé par Herzl était marqué par une double influence occidentale et juive, qui s’exprime notamment dans les deux édifices qu’il envisage au cœur de la Nouvelle Jérusalem, capitale du futur Etat juif : le Palais de la paix et le Temple.

     

    herzl62034.jpg

    _______________________________________________________________________________________

    PROCHAINE FORMATION A L'EXAMEN D'AGENT IMMOBILIER A TEL-AVIV

    du 13 au 20 décembre 2015

    Inscriptions dès maintenant par email, pierrelurcat@orange.fr

    ______________________________________________________________________________

    Lire la suite

  • « Al Aqsa en danger ! » : une calomnie nazie palestinienne, par Pierre Lurçat

    לפני, באהבה

    On ne saurait comprendre les événements actuels en Israël, que les médias s’obstinent à qualifier de « troisième Intifada », sans les relier aux événements fondateurs survenus dans notre région il y a presque quatre-vingt-dix ans, époque où ont été posées les bases idéologiques de l’affrontement israélo-arabe. C’est en effet au début des années 1930 que la mosquée Al-Aqsa et Jérusalem deviennent des éléments centraux de l’opposition arabe au sionisme, et qu’apparaît un slogan mensonger qui a fait couler depuis des rivières de sang : « Al Aqsa est en danger ! »

    Ce slogan a été entendu à de nombreuses reprises ces dernières semaines, tant dans la bouche des prédicateurs et chefs radicaux du Hamas et du mouvement islamiste arabo-palestinien, que dans celle des dirigeants du Fatah et de l’Autorité palestinienne, tous unis dans la même détestation d’Israël et du peuple juif. Mais son invention remonte à une époque déjà lointaine *, où se sont mis en place les principaux acteurs et paramètres de l’affrontement actuel.

    170px-Muslim_Brotherhood_Emblem.jpgJ’ai décrit dans mon livre Le Sabre et le Coran ** l’implication des Frères musulmans égyptiens dans la question palestinienne, par l’intermédiaire du Mufti de Jérusalem, Hadj Amin Al-Husseini. Celui-ci a joué un rôle clé dans l’établissement d’une « alliance germano-islamique », qui n’était pas de pure circonstance : le père fondateur du mouvement national palestinien était en effet un nazi convaincu, qui a passé plusieurs années à Berlin pendant la Deuxième Guerre mondiale, diffusant des émissions de propagande à destination des pays musulmans et œuvrant avec acharnement pour convaincre le régime nazi d’inclure les Juifs de Palestine dans la « Solution finale ».

    Lire la suite

  • Contre-vérités, approximations et mensonges au sujet de l’extrémisme juif en Israël, par Pierre Lurçat

    rabbi_meir_kahane_fist.jpgUn récent article du journal Le Monde prétend décrire les « racines de l’extrémisme juif en Israël ». Signé Morgane Bona – journaliste en herbe qui fait apparemment son entrée au Monde avec ce sujet sensible – ce papier contient de nombreuses approximations et contre-vérités. Loin de retracer les racines de l’extrémisme juif, l’auteur aborde ce sujet sous l’angle très réducteur 1 d’une « affaire de famille » : en clair, la famille du rabbin Meir Kahana, fondateur de la Ligue de Défense juive, dont le petit-fils Meir Ettinger a récemment été placé en détention administrative en Israël.

    1. Du rabbin Kahana aux « jeunes des collines » : raccourcis et comparaisons hâtives

    La description que la jeune journaliste fait de l’itinéraire du fondateur de la LDJ est parfois tendancieuse et se fonde sur des sources partisanes, comme en atteste le paragraphe suivant, où un livre signé par le très controversé Charles Enderlin est érigé en source d’information : « En novembre 1990, Meïr Kahane sera assassiné dans un hôtel de Manhattan… L’annonce de la mort de Kahane provoque de vives tensions en Israël. A l’issue de ses funérailles, auxquelles vingt-cinq mille personnes assistent, selon le journaliste de France 2 Charles Enderlin dans son livre Au nom du Temple, de nombreux Arabes sont passés à tabac dans les rues de Jérusalem ».

    Le passage le plus tendancieux de cet article est toutefois celui où Morgane Bona attribue au concept d’Eretz Israël une connotation politique radicale, synonyme d’Etat juif sur les deux rives du Jourdain : « Meïr Ettinger en est un symbole. Ce jeune homme est issu d’une longue lignée de militants prônant l’action violente, dont le rêve est d’établir l’« Eretz Israel », un Etat juif sur les deux rives du Jourdain, intégrant ainsi la Palestine et la Jordanie ».Cette affirmation surprendra toute personne ayant des notions d’histoire juive, Eretz-Israël désignant comme on le sait la Terre d’Israël, concept historique et géographique, dénué de connotation politique, qu’on trouve dans les prières juives et dans le récit biblique à maintes reprises.

     

    eretz-israel-struck.jpg

     

    Dans la conclusion de son article, elle donne la parole à une chercheuse, présentée comme spécialiste du sujet : Geneviève Boudreau : « Ettinger tient un blog sur le site radical La Voix juive. Il s’inscrit dans une nébuleuse où l’idéologie kahaniste reste vivace. Mais la figure du rabbin n’y est pas ouvertement mise en exergue, contrairement à celle de Baruch Goldstein, qui selon l’anthropologue Geneviève Boudreau, spécialiste des Jeunes des collines à l’université d’Ottawa, est « une personne idolâtrée et ses actions justifiées par certains ».

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu