Avertir le modérateur

06/02/2013

Quel droit pour l'Etat d'Israël ? Hommage au juge Menahem Elon, Itshak Lurçat

droit juif,israel,menahem elonNB Je remets en ligne cet article en hommage au juge Menahem Elon dont on vient d'apprendre le décès, parashat Mishpatim, tout un symbole... יהיה זכרו ברוך.




Réflexions sur le système juridique israélien à l'occasion de la Parashat Mishpatim, Itshak Lurçat

 

"Vé-élé ha-Mishpatim..." Le "vav" par lequel commence notre Parasha renferme un des problèmes les plus cruciaux qui divise la société israélienne aujourd'hui : celui du fondement du droit et par là même, du caractère – juif ou occidental – du système juridique israélien. Commentant ces mots qui introduisent la parashat Mishpatim, Rachi explique en effet que ce vav implique un ajout à ce qui précède, ce dont il déduit que le droit civil, tout comme les Dix Commandements lus précédemment, a été proclamé au Sinaï. "Et pourquoi les lois civiles font-elles immédiatement suite à celles relatives à l'autel ? Pour te dire que tu devras installer le Sanhédrin près du Sanctuaire..." Ce qui veut dire, en d'autres termes, que le droit positif est d'origine transcendante, tout comme la morale, et que la Cour suprême d'Israël devrait siéger près du Temple reconstruit. Programme révolutionnaire ! Encore faudrait-il qu'elle applique le droit d'Israël, et pas le "Droit israélien"... C'est l'objet de ces réflexions inspirées par la Parashat Mishaptim.

Elyon.jpg

 

Droit hébraïque et langue hébraïque

 

Dans son ouvrage monumental, Le droit hébraïque * (Hamishpat Ha'Ivri), le juge Menahem Elon compare le destin qu'a connu le droit hébraïque à l'époque contemporaine et celui de la langue hébraïque. Cette dernière, on le sait, a été ressuscitée et est redevenue une langue parlée, en grande partie grâce à l'action d'Eliezer Ben Yehouda, pionnier de la renaissance de l'hébreu, qui consacra toute sa vie à cette tâche titanesque.

 

Mishpat Ivri.jpg

Le droit hébraïque, de son côté, ne connut pas le même sort. Alors même que de nombreux penseurs, juristes et rabbins étaient convaincus que l'Etat d'Israël allait adopter comme système juridique le droit juif bimillénaire, l'histoire leur donna tort. Au lendemain de la Déclaration d'Indépendance du 14 mai 1948, une Ordonnance sur les pouvoirs publics et le droit fut promulguée, affirmant le principe de "continuité du droit" en vertu duquel le droit en vigueur en Palestine mandataire, à la veille de la création de l'Etat, continuait de s'appliquer. SUITE CI-DESSOUS....

 

__________________________________________________________________________


(972)26786595 - (33)422130539

Lire la suite

10/12/2012

Eliezer Ben Yéhouda et la renaissance de l'hébreu parlé, Pierre Itshak Lurçat

Eliezer_und_Hemda_Ben_Jehuda_im_Jahre_1912.jpg

A Gabrielle, dernière hébraïsante en date de la famille

Le Yahrzeit d'Eliezer Ben-Yéhouda, décédé le deuxième jour de Hannoukah 5683 (1922), il y a 90 ans, est l'occasion de revenir sur la figure exceptionnelle du père de l'hébreu moderne. En Israël, l'anniversaire de Ben-Yéhouda est devenu aujourd'hui le « Yom ha-Safa ha-ivrit », le Jour de la Langue hébraïque. En France, l'œuvre de Ben-Yéhouda est malheureusement un peu oubliée, aussi je voudrais attirer l'attention du lecteur sur un livre paru il y a quelques années et passé quelque peu inaperçu. Il s'agit de la traduction de l'autobiographie de Ben-Yéhouda et d'autres textes essentiels par Maurice Adad, publiée aux éditions L'Harmattan en 2004.

 

Je suis tombé sur ce livre un peu « par hasard », il y a quelques semaines, lorsque Georges Bensoussan m'a proposé de traduire en français « Le rêve et sa réalisation », l'autobiographie de Ben-Yéhouda, dont une partie avait déjà été publiée il y a plus de vingt ans dans une traduction de Gérard Haddad (malheureusement accompagnée d'une longue introduction psychanalytique qui orientait la lecture du texte d'une manière très réductrice, et disons-le, assez insupportable). Cette traduction partielle a été depuis rééditée, en 1998, aux éditions Desclée de Brouwer.

 

Mais c'est Maurice Adad, juif algérien et enseignant d'arabe, d'abord au Maroc puis en France, qui prit l'initiative louable de traduire l'intégralité de l'autobiographie de Ben-Yéhouda, publiée en hébreu par l'institut Bialik en 1978 avec d'autres textes importants et une préface du linguiste israélien Réuven Sivan. Cette traduction est parue en français en 2004 aux éditions L'Harmattan, avec l'aide de la fille de Maurice Adad, Anne-Marie Adad, qui relate les circonstances de cette publication dans sa présentation de l'ouvrage. (SUITE CI-DESSOUS...)

 

Comment acheter un appartement en Israël quand on habite hors d’Israël, qu’on est certes propriétaire d’un appartement en France mais qu’on n’a pas un sou devant soi? 

 

Ou encore comment se constituer un capital et une pension retraite quand on n’a pas d’apport et encore moins de quoi rembourser mais qu’on est déjà propriétaire en France et fiscalement domicilie en France ?

 

Rien de plus simple... http://jerusalemimmobilier.blogspot.co.il/2012/12/comment-acheter-un-appartement-en.html

Appelez nous des maintenant 02 6786 595 ou en France 04 22 13 05 39
[logo+bureau.jpg]

 

Lire la suite

01/12/2011

Vladimir Zeev Jabotinsky, Histoire de ma vie, par Misha Uzan

Je reproduis la recension par Misha Uzan de l'Histoire de ma vie de Jabotinsky.

http://francisinfo.wordpress.com/

Vladimir Zeev Jabotinski, Histoire de ma vie, Paris : Les Provinciales, 2011, traduit de l’hébreu par Pierre I. Lurçat

 

Vladimir Zeev Jabotinski. Histoire de ma vie

 Par Misha Uzan

 « Un vieillard qui disparaît, c’est comme une bibliothèque qui brûle». Cette célèbre phrase de l’écrivain malien Amadou Hampaté Ba mériterait d’être complétée : ” Lire les Mémoires ou l’autobiographie d’un grand homme, c’est comme fouiller dans sa bibliothèque personnelle”.

C’est particulièrement vrai avec Histoire de ma vie, de Vladimir Zeev Jabotinsky. On ne peut que remercier Pierre Itshak Lurçat et les éditions Les Provinciales, d’avoir traduit et édité l’autobiographie de l’initiateur du sionisme révisionniste, grand personnage du mouvement sioniste, et grand homme du XXe siècle.

On ne peut qu’admirer l’œuvre d’un visionnaire et prophète, un homme politique droit et sincère, traducteur de grandes œuvres, écrivain à la plume belle et puissante, polyglotte redoutable.

 

Vladimir Ze'ev Jabotinsky

 

Ce n’est pas l’homme politique, le théoricien ni même l’écrivain que nous raconte Jabotinsky dans ses pages, c’est l’homme qu’il a été. Avec une sincérité étonnante, n’hésitant pas à confesser ses erreurs, ses oublis, ses imprécisions, confessant ses défauts, il nous livre ses sentiments, ses pensées, ses amitiés. Depuis sa naissance à Odessa, les phrases de sa mère, son éducation, ses lectures, jusqu’après la première guerre mondiale, on suit Jabotinski presque partout en Europe : en Russie sa “patrie matérielle”, en Italie “sa patrie spirituelle”, en Suisse, en Pologne, en France ou en Eretz Israël. On découvre un Jabotinski tour à tour et tout en même temps journaliste, étudiant, responsable et activiste politique puis penseur, auteur. Avec lui on croise quelques grands hommes de son époque : Herzl bien sûr qu’il n’a pu voir qu’une seule fois, mais aussi Weizmann, les deux Syrkin (Nahum et Bahman), Yehouda Gordon, et de nombreux leaders, auteurs et professeurs européens de l’époque, dont la plupart sont aujourd’hui inconnus. En s’arrêtant brusquement aux environs de 1920, Jabotinski nous parle beaucoup de l’Europe, un peu du sionisme, et pas tant que ça d’Israël.  Mais on apprend beaucoup en sa compagnie. Pas seulement sur lui-même. On découvre aussi de nombreuses péripéties ou petits détails, trop nombreux pour tous les citer mais dont on perçoit parfois l’influence, plus quatre vingt ans plus tard. A titre d’exemple, Jabotinsky indique comment nul ne l’a pris au sérieux, y compris dans le camp sioniste, lorsqu’il a mentionné sa volonté de faire de l’hébreu la première langue d’enseignement juif en diaspora[1]. Si elle avait été plus appliquée, une telle mesure aurait évité bien des soucis à des millions d’immigrants en Israël, jusqu’à aujourd’hui. Là encore Jabotinski était visionnaire.

Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu