Avertir le modérateur

Fetes juives - Page 5

  • Pessah, par Jacques Kupfer

    Jacques KUPFER.jpgJe dois avouer que pendant de nombreuses années, la sortie d’Egypte resta un mystère à mes yeux. Non pas la sortie de l’esclavage vers la liberté mais le comportement de certains de ceux qui partirent avec Moise. Un mystère pour comprendre comment ces personnes qui eurent la chance de voir de leurs propres yeux les miracles de l’Eternel en faveur de son peuple, purent rejeter le destin qui leur était offert.

    Ce mystère m’est apparu tout résolu en contemplant les arcanes de la vie publique israélienne et juive. Déjà, il est évident que l’Hébreu qui a accusé Moise d’avoir tué un égyptien a fait souche et trouve ses descendants dans les membres de l’organisme de délation « BeTselem ».

    Ceux qui se montrèrent tellement impatients qu’ils n’ont pu attendre le retour de Moise et le don des dix commandements, ont construit un veau d’or. Il y avait certainement parmi eux de hautes personnalités qui de nos jours auraient mendié un Prix Nobel. Nous retrouvons leurs descendants dans les membres de « Chalom Akhchav », dans ces israéliens impatients de construire un nouveau veau d’or, une idole immédiate au doux nom de paix.

    Parmi ceux qui paniquèrent à la vue des chars de Pharaon, ceux qui voulaient retourner en esclavage ou en Exil, ceux qui se mirent à prier passivement sans prendre de mesures de protection, ceux qui voulaient un « cessez le feu » avec les archers égyptiens, nous retrouvons ces partis israéliens antisionistes, asionistes ou stupidement et dangereusement pacifistes.

    Quant aux explorateurs qui estimèrent qu’ils étaient trop petits par rapport à l’occupant trop puissant de la Terre promise, nous les retrouvons dans cette gauche israélienne étriquée et inconséquente.

    Lire la suite

  • SHABBAT A HEBRON!

    VENEZ PASSER UN CHABBAT INOUBLIABLE A HEBRON, VILLE DES PATRIARCHES!

    RENSEIGNEMENTS DAVID 054-687 82 17 (APRES 18H)

    shabbat_hebron-a5.jpg
  • L'homme et l'arbre dans la Kabbale, réflexions à l'occasion de Tou-Bichvat

    Rabbin Alexandre Safran

     

    arbre.jpgA l'occasion de Tou-Bichvat, le "Nouvel An des Arbres" qui tombe ce soir, je mets en ligne ces extraits du beau livre du rabbin Alexandre Safran, Sagesse de la Kabbale, paru chez Stock. Hag Saméa'h et chabbat chalom ! P.I.L.

     

    L'arbre et l'homme. Leur commune destinée.

     

    La Kabbale voue donc à l'arbre une attention particulière, en raison de la similitude qu'ell voit entre lui et l'homme. Plus qu'une ressemblance, c'est une véritable parenté qu'elle vit entre la couronne du monde végétal, l'arbre, et la couronne du monde animal, l'home. Cette parenté entre les représentants de ces deux mondes amis s'exprime à travers leur aspect et leur vocation : tous deux sont "debout", "porteurs de fruits", et tous deux offrent leur protection à ceux qui en éprouvent le besoin.

    Se dressant verticalement, l'arbre regarde vers les cieux ; l'homme "debout devant Dieu", "lève les yeux vers les hauteurs". L'arbre nourrit et réconforte les hommes grace à ses fruits ; l'homme, et plus particulièrement le tsaddik, le "juste", aide et fortifie ses semblables par ses fruits qui sont ses bonnes actions, car, dit la Bible, "il y à du fruit pour le juste" et "le fruit du juste est un arbre de vie"...

    Oui, la Bible affirme que "l'arbre des champs, c'est l'homme lui-même". A une différence près, observe le Maharal (XVIe siècle) : l'arbre a ses racines enfouies dans la terre et dresse ses branches vers les hauteurs, tandis que l'homme a ses racines dans les cieux et dirige ses branches vers le bas...

    Cependant, une communauté de destin s'établit entre l'arbre et l'homme. Ce dernier la ressent et c'est pourquoi il manifeste son attachement envers l'arbre. Le Juif l'exprime en célébrant, outre le nouvel an de l'homme, Roche HaChana La-Chanim, ("Tête de l'année pour les années"), le nouvel an de l'arbre, Roche Hachana La-Ilan ("Tête de l'année pour l'arbre").

    Le nouvel an des Années et le nouvel an de l'arbre se distinguent l'un de l'autre par la saison durant laquelle ils sont célébrés. Le nouvel an des Années est feté en automne et le nouvel an de l'arbre au printemps. L'automne rappelle à l'homme sa finitude et la durée limitée de sa vie ; le printemps lui offre la renaissance de l'arbre, le renouveau de la vie. Ainsi, d'une part, l'homme est rendu conscient d'être mortel, d'autre part, l'arbre, en ressuscitant, est un signe pour l'homme que sa mort pourrait ne pas être définitive.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu