Avertir le modérateur

01/01/2010

Djihad et haine des Juifs - Le lien troublant entre islamisme et nazisme

M. KUNTZEL.jpgQuel est le lien entre le nationalisme arabe – et palestinien en particulier – , le nazisme et l'idéologie du djihad, qui connaît un regain d'intensité depuis le 11 septembre 2001 ? La réponse à cette question se trouve dans un livre important du chercheur Matthias Küntzel [photo ci-contre], qui vient d'être traduit en français. Professeur à l'université de Hambourg et chercheur à l'université hébraïque de Jérusalem, Küntzel étudie depuis de nombreuses années l'antisémitisme et ses formes contemporaines, et les liens historiques entre l'islamisme et le nazisme. Il y a quelques années, une conférence qu'il devait donner dans une université anglaise fut annulée au dernier moment, car son intitulé comportait l'expression "antisémitisme islamique", qui fut jugée offensante pour les musulmans...

 

 

Un sujet tabou en Europe aujourd'hui

 

Le thème des recherches de Küntzel est en effet un sujet tabou en Europe aujourd'hui, et c'est un pan totalement occulté de l'histoire du vingtième siècle que son livre révèle au lecteur francophone : celui du "lien troublant entre islamisme et nazisme", qui se trouve "à la racine du terrorisme international", comme l'explique le sous-titre du livre. Ayant moi-même écrit sur le sujet de l'islamisme, j'ai pu constater combien la littérature en français était pauvre sur ce sujet, et combien les livres existants – y compris les meilleurs – étaient marqués par une vision politiquement correcte de l'histoire récente. Ainsi, le chercheur Gilles Kepel, qui dirige la chaire Moyen-Orient à l'école des sciences politiques et a consacré plusieurs ouvrages éclairants à l'islam contemporain, occulte souvent le discours antijuif des principaux idéologues des Frères musulmans, au point d'omettre dans sa bibliographie de Sayid Qutb le fameux opuscule "Notre combat contre les Juifs" (dont le titre rappelle celui du Mein Kampf d'Hitler).

 

Si le lien entre islamisme et nazisme est un secret aussi bien caché par les auteurs français, c'est que ceux-ci présentent souvent sous un jour positif l'islamisme, considéré comme un mouvement progressiste ou tiers-mondiste (c'est la thèse des livres de François Burgat et, dans une moindre mesure, de ceux d'Olivier Roy). Récemment encore, il était difficile de trouver des ouvrages en français abordant les liens entre l'islam et l'Allemagne nazie, à l'exception du livre pionnier des journalistes Roger Faligot et Rémi Kauffer, Le croissant et la croix gammée, paru il y a près de vingt ans et jamais réédité. Le livre de Matthias Küntzel, préfacé par Pierre-André Taguieff, vient combler cette lacune (il a été traduit auparavant dans une dizaine de langues, y compris l'hébreu).

 

La lecture de ce livre est enrichissante, à la fois pour comprendre l'histoire et pour éclairer l'actualité la plus brûlante. L'auteur aborde, de manière synthétique et documentée, les thèmes suivants : les Frères musulmans et la Palestine, l'islamisme égyptien de Nasser à nos jours, le djihad du Hamas et le 11 septembre et Israël. La première partie montre comment le thème de la Palestine et de la lutte contre le sionisme et contre les Juifs a occupé une place essentielle dans la rhétorique des Frères musulmans, dès la création (en 1928) du mouvement islamiste égyptien, matrice des principales organisations islamistes contemporaines, du Hamas jusqu'à Al-Qaida. L'homme qui a servi de lien entre les Frères égyptiens et la Palestine n'est autre que le tristement célèbre Amin al-Husseini, le "grand Mufti" de Jérusalem, fondateur du nationalisme palestinien et ami d'Adolf Hitler.

 

Une haine métaphysique et rédemptrice

 

KUNTZEL.jpgLoin d'être purement fortuit ou circonstanciel, le lien consubstantiel entre islamisme et nazisme s'est en effet perpétué depuis le début des années 1930 et jusqu'à nos jours. Küntzel montre comment l'antisémitisme radical occupe une place essentielle dans la doctrine politico-religieuse des Frères musulmans et de toute la mouvance islamiste issue des Frères. Il s'agit, selon l'auteur, de la clef de voûte de l'idéologie islamiste, qui se structure – tout comme le nazisme à son époque – autour de la haine des Juifs. Après avoir passé la plus grande partie de la guerre à Berlin, où il animait les émissions en arabe de la radio nazie, Al-Husseini put échapper aux procès de l'après-guerre grâce à la complicité du quai d'Orsay. Un des plus fameux disciples du mufti pronazi sera son petit-neveu, Yasser Arafat, qui fut membre des Frères musulmans et militant islamiste avant d'adopter la rhétorique du "nationalisme laïc" palestinien, pour mieux séduire la gauche et l'extrême-gauche occidentale, avec le succès que l'on sait.

 

L'antisémitisme radical des islamistes n'a rien à voir avec la politique israélienne, ni avec l'occupation de territoires "arabes" en 1967 : il s'agit d'une haine quasi-métaphysique, à caractère exterminationniste et rédempteur. Aux yeux de Qutb, d'Al-Banna (fondateur des Frères musulmans et grand-père de Tariq Ramadan) ou de Ben Laden, les Juifs doivent être exterminés pour que l'islam triomphe, et cet impératif s'inscrit dans une vision eschatologique de l'ultime combat contre les Juifs, qui doit précéder l'instauration de l'islam sur toute la terre... On comprend dès lors l'inanité de toute tentative de négocier ou de trouver un modus vivendi avec les islamistes du Hamas ou d'Al-Qaida. On ne peut pas signer d'accord de paix avec les islamistes, mais tout au plus une trêve provisoire (comme celle conclue par Mahomet lorsqu'il se trouva en situation d'infériorité). Et l'islamisme – tout comme le nazisme dont il a recyclé une grande partie de l'idéologie – ne peut qu'être totalement vaincu.

Itshak LURCAT

 

Matthias Küntzel, Jihad et haine des Juifs, éditions L'Œuvre, Paris 2009.

 

(ARTICLE PARU DANS VISION D'ISRAEL)

09/11/2009

EUREKA! Quand Jacques Attali découvre... l'antisémitisme

attali.jpgJacques ATTALI, qui expliquait doctement dans les colonnes de Ha'aretz, il y a quelques semaines, que l'antisemitisme n'existait pas en France, et qu'il était une "invention de la propagande israelienne" [sic], accuse aujourd'hui Jean-Louis BIANCO d'etre antisémite!

Nouvelle preuve du solipsisme de M. Attali, pour qui tout ce qui le touche personnellement existe, mais tout le reste n'est qu'illusion ou propagande... P.I.L

ARTICLE DE L'EXPRESS

Chute du mur de Berlin

Jacques Attali accuse Jean-Louis Bianco d'antisémitisme

Par Thierry Dupont, Eric Mettout, publié le 09/11/2009 15:20 - mis à jour le 09/11/2009 16:15

Pour le député PS, si, en 89, l'ex-conseiller de François Mitterrand était réticent à la réunification allemande, c'est parce qu'il est juif. De "l'antisémitisme inconscient", selon Jacques Attali.

Jacques Attali a la colère froide. Il l'a manifesté une nouvelle fois, ce lundi matin, sur i>Télé, où il était l'invité de Jean-Jérôme Bertolus, à l'occasion du 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin. Quelques heures plus tôt, Jean-Louis Bianco, secrétaire général de l'Elysée en novembre 1989, s'était exprimé sur le même sujet dans les colonnes du Journal du dimanche. Et notamment sur le rôle qu'avait joué selon lui Roland Dumas, alors ministre des Affaires étrangères, et Jacques Attali, le conseiller spécial du président, dans la réaction sans enthousiasme de François Mitterrand à l'idée de la réunification allemande.

Argument de Jean-Louis Bianco? Contrairement à lui, et finalement à François Mitterrand, Roland Dumas et Jacques Attali éprouvaient une "certaine peur des Allemands", le premier en raison du passé de résistant de son père, le second parce qu'il "est juif", ce dernier essayant "d'ailleurs de tirer Mitterrand vers ses propres préoccupations. Mais sans succès."

Jacques Attali, qui nous avait alerté dès hier soir par e-mail, voit dans cette remarque une forme "d'antisémitisme inconscient", qu'il a demandé au Parti socialiste, le parti de Jean-Louis Bianco, de ne pas laisser sans suite. "Si une telle phrase avait été prononcée par Le Pen, accusant un collaborateur du président de la République d'être biaisé par ces origines, elle aurait fait scandale", s'indigne-t-il.

Contacté par LEXPRESS.fr, Jean-Louis Bianco a reconnu que "dans le JDD, [il a] écrit que Roland Dumas, parce que son père avait été fusillé par les nazis, et Jacques Attali, parce qu'il était juif, avaient sur l'Allemagne une sensibilité particulière". Mais "dire cela voulait manifester une sympathie et non exprimer de l'antisémitisme", se justifie-t-il.

Pas suffisant pour Jacques Attali, toujours scandalisé, malgré les "excuses" du député des Alpes-de-Haute-Provence. "Cela reste absolument honteux. Epouvantable. Ma position sur l'Allemagne n'a rien à voir avec une des dimensions de mon histoire. Dire que mes conseils au président étaient déterminés par mon judaïsme est ignoble. Et cette déclaration est, évidemment, antisémite."

08/11/2009

BUYCOTT ISRAEL - Achetez bleu et blanc!

buycott-israel.jpg

 

 

Je me faisais ici récemment l'écho de la triste impression d'impuissance des organisations juives  françaises (et notamment du CRIF), face à la recrudescence d'appels au boycott et de provocations organisées par les ennemis d'Israël ces derniers mois. Dans ce contexte, il faut souligner l'initiative importante du Comité Canada-Israel, qui a lancé le projet "BUYCOTT ISRAEL". Ce néologisme désigne l'appel à acheter des produits made in Israel, ou comme on disait autrefois, acheter "bleu et blanc'.

medium_Drapeau_Etat_d_Israel_2.jpgJ'appelle tous les lecteurs de ce blog à se joindre à cette initiative, en relayant l'appel de BUYCOTT ISRAEL et en prenant des initiatives similaires en France. Ne laissons pas les néo-nazis de la CAPJPO occuper le terrain et les magasins!

AM ISRAEL HAI! P.I.L.

 

nicht_kaufen.jpg
Le boycott antijuif, une pratique nazie
(Photo reprise du site de l'UPJF)

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu