Avertir le modérateur

Antisemitisme - Page 2

  • A propos du cardinal Lustiger : faut-il célébrer un Juif apostat au nom du «dialogue judéo-chrétien » ? Pierre Itshak Lurçat

    lustiger,crif,christianisme,dialogue judéo-chrétienDans sa très belle autobiographie, « Al tishla’h yade’ha el-hanaar » (parue en France sous le titre Loulek), le rabbin Israël Meir Lau relate comment il fut invité, alors qu’il était grand-rabbin d’Israël, à participer à une rencontre avec le cardinal Lustiger, un soir de Yom Ha-Shoah, et pourquoi il refusa. « Il a déserté les rangs de son peuple dans les heures les plus sombres et les plus difficiles », écrit le rav Lau au sujet du cardinal Lustiger, en l’honneur duquel on a inauguré il y a deux ans un mémorial à Abou Gosh, sur l’initiative du CRIF.

    Le rav Lau est bien placé pour parler du sujet : car lui aussi a connu les heures sombres de la Shoah, mais son itinéraire est diamétralement opposé à celui de Lustiger. Tandis que ce dernier désertait les rangs du peuple Juif, le jeune Israël Meir, séparé de ses parents à l’âge de cinq ans, survivait à Buchenwald, puis montait en Israël et entamait des études rabbiniques pour respecter l’ultime promesse faite à son père, avant que ce dernier ne disparaisse dans les camps d’extermination.

    On ne saurait imaginer deux destins plus radicalement différents que celui du jeune Loulek, fait de courage et de fidélité, et celui du jeune Aharon Lustiger, pour lequel l’hébreu possède un mot bien particulier : « méchoumad », généralement traduit en français par apostat. La racine ש.מ.דsur laquelle est construit ce mot désigne à la fois la persécution religieuse contre les Juifs et la conversion forcée. Et le verbe correspondant peut signifier, sous ses différentes formes, tantôt être exterminé, tantôt se convertir…

    Cette convergence sémantique n’est évidemment pas le fruit du hasard : aux yeux de notre Tradition, qui véhicule l’expérience millénaire des Juifs en terre chrétienne ou musulmane, la conversion est synonyme de destruction et de mort. Comme l’écrit le rav Lau, « la voie choisie par le cardinal Lustiger conduit à ce qu’il ne reste plus personne pour dire le kaddish… ».

     

    lustiger,crif,christianisme,dialogue judéo-chrétien

    L'Eglise et la Synagogue (aux yeux bandés)

    Lire la suite

  • « Al Aqsa en danger ! » : une calomnie nazie palestinienne, par Pierre Lurçat

    לפני, באהבה

    On ne saurait comprendre les événements actuels en Israël, que les médias s’obstinent à qualifier de « troisième Intifada », sans les relier aux événements fondateurs survenus dans notre région il y a presque quatre-vingt-dix ans, époque où ont été posées les bases idéologiques de l’affrontement israélo-arabe. C’est en effet au début des années 1930 que la mosquée Al-Aqsa et Jérusalem deviennent des éléments centraux de l’opposition arabe au sionisme, et qu’apparaît un slogan mensonger qui a fait couler depuis des rivières de sang : « Al Aqsa est en danger ! »

    Ce slogan a été entendu à de nombreuses reprises ces dernières semaines, tant dans la bouche des prédicateurs et chefs radicaux du Hamas et du mouvement islamiste arabo-palestinien, que dans celle des dirigeants du Fatah et de l’Autorité palestinienne, tous unis dans la même détestation d’Israël et du peuple juif. Mais son invention remonte à une époque déjà lointaine *, où se sont mis en place les principaux acteurs et paramètres de l’affrontement actuel.

    170px-Muslim_Brotherhood_Emblem.jpgJ’ai décrit dans mon livre Le Sabre et le Coran ** l’implication des Frères musulmans égyptiens dans la question palestinienne, par l’intermédiaire du Mufti de Jérusalem, Hadj Amin Al-Husseini. Celui-ci a joué un rôle clé dans l’établissement d’une « alliance germano-islamique », qui n’était pas de pure circonstance : le père fondateur du mouvement national palestinien était en effet un nazi convaincu, qui a passé plusieurs années à Berlin pendant la Deuxième Guerre mondiale, diffusant des émissions de propagande à destination des pays musulmans et œuvrant avec acharnement pour convaincre le régime nazi d’inclure les Juifs de Palestine dans la « Solution finale ».

    Lire la suite

  • Désinformation anti-Israël : L’Express de Servan-Schreiber à Christophe Barbier, triste déchéance, par Pierre Lurçat

    palmares-l-express.jpgEn ouvrant ce matin ma boîte mail, je découvre un message de L’Express intitulé : « L’info à ne pas manquer : Des soldats israéliens s’élèvent contre les injustices faites aux Palestiniens ». Sous ce titre racoleur, la photo d’un soldat au béret mauve, le visage crispé par la douleur… Cette photographie, sans la moindre légende, est accompagnée du texte suivant : « Une quarantaine de soldats de réserve de la plus prestigieuse unité de renseignement militaire israélien ont décidé de ne plus en endosser l'uniforme ... »

    Intrigué, je clique sur le lien et m’aperçois immédiatement de la supercherie : l’article en question, repris d’une dépêche de l’AFP, date du mois de septembre 2014 ! Quant à la photographie censée illustrer l’article, elle n’a carrément rien à voir avec le sujet, puisqu’il s’agit de soldats participant à l’enterrement d’un des leurs, à Holon, apparemment durant la dernière guerre à Gaza il y a un an.

    Des soldats israéliens lors des funérailles à Holon, près de Tel Aviv en juillet dernier.

    La photo détournée par L'Express : un procédé immoral

     

    Face à ce cas flagrant de désinformation, plusieurs questions se posent : pourquoi L’Express a-t-il jugé utile de remettre en ligne cet article, en le faisant passer pour une information, « à ne pas manquer » selon les termes du message de L’Express ? La rédaction de l’hebdomadaire va-t-elle publier un rectificatif ? Qui est responsable de ce grossier mensonge ? S’agit-il d’un stagiaire incompétent (hypothèse optimiste), ou plus vraisemblablement d’un responsable de la rédaction ?

    Au-delà du manquement aux règles de la déontologie journalistique les plus élémentaires, il y a là une atteinte à l’honneur de l’armée israélienne : l’utilisation de la photo de soldats participant à l’enterrement d’un camarade pour illustrer le phénomène minoritaire et monté en épingle par les médias occidentaux de l’objection de conscience, constitue un détournement illégal et immoral.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu