Avertir le modérateur

Rencontre exclusive avec Yehuda Glick, par Pierre Lurçat : “Le Temple reconstruit sera une maison de prière pour tous les peuples”

L'émission diffusée par M6 sous le titre "Quand la ville sainte se déchire" n'est pas seulement un modèle de désinformation ; elle reprend aussi les poncifs antijuifs les plus éculés de l'antisémitisme, notamment dans sa présentation du député Yehuda Glick. Celui que Bernard de la Villardière présente comme un Juif extrémiste et cupide est en réalité un homme épris de paix, que j'ai récemment rencontré à la Knesset. En lisant l'interview ci-dessous, publiée dans le journal ASH AUJOURD'HUI, on comprend que l'émission de M6 n'est qu'une nouvelle salve dans la guerre médiatique et politique contre Israël et dans l'histoire de l'antisémitisme séculaire. Dans cette guerre aussi, comme dans celle que les Séleucides ont menée contre Israël à l'époque des Makkabim, la lumière vaincra l'obscurité! חג אורים שמח

 

J’ai rendez-vous à la Knesset avec Yehuda Glick, député du Likoud qui est entré au Parlement il y a quelques mois seulement, et que le grand public israélien connaît surtout en raison de la tentative d’assassinat dont il a été victime il y a deux ans, en plein coeur de Jérusalem, en raison de son engagement en faveur du Mont du Temple. C’est par l’intermédiaire de ma fille Sarah, militante des “Etudiants pour le Mont du Temple”, que je suis entré en contact avec lui. J’ai souhaité en savoir plus sur celui que les médias européens et israéliens dépeignent souvent comme une “figure de l’extrême-droite” israélienne.

 

Au mur du bureau de Glick est accroché un tableau représentant le Mont du Temple. Il me tend sa carte de visite, sur laquelle figure ces mots : “Jérusalem de paix”, en hébreu et en anglais. J’entre dans le vif du sujet et lui demande s’il s’agit d’une tentative d’améliorer son image. “Je n’ai pas demandé à devenir membre de la Knesset, m’explique-t-il en réponse. “Je n’ai aucune ambition politique, je veux simplement promouvoir le thème de Jérusalem. Je me définis comme un militant de la paix”. Mais que le lecteur ne s’y trompe pas : Yehuda Glick n’a pas “retourné sa veste” pour rejoindre les rangs de La Paix Maintenant. “Il faut étendre la souveraineté israélienne à la Judée et la Samarie”, affirme-t-il dans la foulée de sa proclamation pacifique. “Les Palestiniens seront les premiers à souffrir de l’existence d’un Etat palestinien”.

 

Je l’interroge sur la manière dont il est parfois présenté dans les médias. (Le reportage que lui a consacré la chaîne franco-allemande ARTE le qualifie de “maître à penser” d’un courant hyper-nationaliste qui “milite notamment pour que les juifs puissent aller prier sur l'Esplanade des Mosquées, à Jérusalem-est, troisième lieu saint de l'Islam”). Glick ne s’émeut pas outre-mesure de ces qualificatifs. “Jérusalem est une ville qui exprime la paix”, m’explique-t-il en rappelant que le nom de Yeroushalayim comporte le mot shalom. “Le Mont du Temple doit être le centre de la paix mondiale”. Ces idées ne sont pas entièrement nouvelles : ce sont celles que promeut l’Institut du Temple au sein duquel Glick a travaillé pendant plusieurs années.

itw glick.jpg

P.L. Certains médias vous accusent de vouloir porter atteinte à la mosquée sur le Mont du Temple. Est-il nécessaire de détruire la mosquée pour reconstruire le Temple?

 

Y.G. Jérusalem doit devenir un centre de paix. Ensemble, nous construirons une “maison de prière pour tous les peuples” (citation du prophète Isaïe). Le Temple viendra par la paix.

 

Sa réponse est claire, et je me demande comment un tel discours peut être présenté comme extrémiste par des médias avides de raccourcis simplistes et mensongers. Je l’interroge sur la décision de Binyamin Nétanyahou d’interdire aux membres de la Knesset de se rendre sur le mont du Temple.

 

Y.G. “Je comprends pourquoi cette décision a été prise. Mais elle doit être provisoire. Au cours de l’année écoulée, le calme est revenu [sur le Mont du Temple]. Il n’y a pas de raison pour que les membres de la Knesset ne puissent pas revenir sur le Mont.

 

P.L. Quelle est votre réaction à l’égard des Juifs qui refusent de monter sur le Har Habayit?

 

Y.G. Je respecte leur position, et j’attends d’eux qu’ils respectent la mienne. Je suis quelqu’un de tolérant et j’attends qu’on fasse preuve de la même tolérance à mon égard.

 

P.L. Le public francophone est-il suffisamment sensibilisé au sujet du Mont du Temple?

 

En réponse, Yehuda Glick cite les noms de plusieurs militants israéliens francophones pour le Mont du Temple, parmi lesquels Shmuel Ben-Hamou, les rabbins Zini, Chouraqui et le directeur de l’Institut du Temple, Jean-Marc Rosenfeld.

 

yehuda glick

P.L. Que pensez-vous de la récente décision de l’UNESCO niant tout lien entre le peuple Juif et sa capitale Jérusalem ?

 

Y.G. Lorsque nous ne sommes pas présents sur le terrain, ils pensent que nous nous désintéressons de Jérusalem. Nous ne pouvons pas prétendre être reliés spirituellement à Jérusalem et au Mont du Temple sans y faire acte de présence physiquement.

 

La réponse de Glick me fait penser à l’une des raisons qui justifient la montée sur le Har Habayit du point de vue de la Halakha (loi juive) : celle du “Din Kiboush”. Effectivement, plus les dirigeants juifs craignent de revendiquer nos droits sur le Mont du Temple, et plus ceux-ci sont bafoués au sein des instances internationales.

 

Nous abordons à présent les thèmes plus directement liés à la vie politique. Je lui demande ce qu’il pense de l’intervention de la Cour suprême dans les questions politiques et dans les lois votées par la Knesset.

 

Glick se déclare opposé à l’activisme judiciaire [Doctrine promue par l’ancien président de la Cour suprême Aharon Barak, selon laquelle la Cour suprême doit s’immiscer dans tous les domaines de la vie publique, P.L.]. Il pense que la ministre actuelle de la Justice, Ayelet Shaked, est en passe de trouver le bon équilibre pour réduire l’interventionnisme de la Cour suprême.

 

Je lui demande s’il a déjà déposé des projets de lois et s’il ne pense pas que la Knesset souffre d’une inflation du nombre de lois.

 

Y.G. J’ai déposé plusieurs projets de lois, notamment pour interdire la vente d’armes aux pays qui violent les droits de l’homme, et aussi d’autres projets sur des sujets moins populaires.

 

P.L. Vous avez été reçu en Turquie pour participer à un repas d’Iftar (issue du Ramadan). Quels sont vos rapports avec l’islam et les musulmans ?

 

Y.G. J’ai été invité par un dirigeant musulman favorable à la paix. La majorité des musulmans s’opposent à la violence. L’islam radical est le pire ennemi des musulmans.

 

P.L. Depuis combien de temps êtes-vous membre du Likoud ?

 

Y.G. Je fais partie du Likoud depuis 1999. J’étais fonctionnaire au ministère de l’Intégration [Il était le porte-parole du ministre Yuri Edelstein]. J’ai démissionné au moment de la “Hitnatkout” - l’expulsion des Juifs du Goush Katif.

 

P.L. Vous avez récemment pris à parti la juge Mac-Kalmanovitch, après l’attentat qui a fait deux morts à Jérusalem début octobre [l’un des deux terroristes devait être emprisonné mais la juge du tribunal de district de Jérusalem avait accepté sa demande de retarder son emprisonnement].

 

Y.G. Mes critiques visaient un cas spécifique, et non pas l’ensemble de la profession.

 

P.L. Un article du journal Ha’aretz affirme que vous avez supprimé votre statut sur Facebook qui critiquait la juge Kalmanovitch?

 

Y.G. J’ai supprimé une phrase seulement, qui était trop virulente. Je n’aime pas la virulence.

 

En conclusion de notre entretien, je souhaite à Yehuda Glick beaucoup de succès dans ses différents combats publics. L’impression qu’il laisse est très différente du portrait que les médias occidentaux (et parfois israéliens) dressent de lui. Il est de toute évidence épris de paix, certes pas la “paix” illusoire que défendent les mouvements pacifistes de gauche, mais une paix véritable, dans l’esprit de la Torah et des Prophètes. Bon courage M. Glick!

conference ashdod.jpg

Commentaires

  • Attendre quoi que ce soit d'M6, c'est un combat perdu d'avance, Haaretz fait du foin à l’extérieur mais ici n'est lu que par quelques עם הארץ! Mais merci pour cet interview, car Yehuda Glick est un homme étonnant. Qu'on soit d'accord ou pas avec lui, il fait réfléchir et abandonner beaucoup d’idées reçues et comme vous le dites: Il est de toute évidence épris de paix, certes pas la “paix” illusoire que défendent les mouvements pacifistes de gauche, mais une paix véritable, dans l’esprit de la Torah et des Prophètes.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu