Avertir le modérateur

29/11/2016

Combattre le désarmement moral d’Israël, Pierre Lurçat

                   “Atarot brûle, Motsa brûle encore…

                   Des brigands arabes ont incendié la banlieue de Jérusalem, Talpiot, et ont dévasté la maison de l’écrivain Agnon”.

 

(Theodor Lessing, La haine de soi juive [1930])

 

theodor lessing,haine de soi juive,elior azariaLe philosophe juif allemand Theodor Lessing, en visite en Palestine mandataire en 1931, assista aux émeutes arabes et aux incendies criminels déclenchés, à cette époque déjà, par les Arabes palestiniens contre les localités juives. Un an auparavant, il avait rédigé son livre le plus fameux, La haine de soi juive, dans lequel il analysait la maladie juive de l’auto-dénigrement et la tendance à rechercher en soi les causes de tous les malheurs infligés aux Juifs au cours de l’histoire. Lessing y décrivait six cas de Juifs atteints de haine de soi caractérisée, sous sa forme la plus aiguë, qui les conduisit presque tous au suicide.

 

Le plus célèbre parmi eux est Otto Weininger, qui se suicida un an après s’être converti au protestantisme. Selon une des explications, Weininger aurait voulu échapper définitivement à sa condition juive, ayant expliqué dans son livre que le christianisme était « la plus haute expression de la foi », tandis que le judaïsme était à ses yeux la « forme extrême de la couardise… ». Il attribuait à l’influence juive la décadence de son époque, ce qui explique que les nazis eurent utilisé certains extraits de son œuvre dans leur propagande.

 

theodor lessing,haine de soi juive,elior azaria

Ce n’est pas un hasard si la plupart des cas de Juifs atteints de haine de soi analysés à l’époque par Lessing étaient Allemands. C’est en effet de ce pays que sont venus les courants intellectuels les plus auto-destructeurs pour le judaïsme et pour Israël : de la “Science du judaïsme” (Wissenschat des Judentums) au judaïsme réformé, et jusqu’au pacifisme juif des années de l’après guerre de 1914. Quatre-vingt-ans après la parution de son livre, le diagnostic de Lessing demeure toujours aussi actuel. Alors que les ennemis d’Israël  - Etat et peuple - sont toujours aussi déterminés dans leur haine meurtrière, certains intellectuels juifs cèdent toujours aussi facilement au penchant facile de l’auto-accusation, de l’auto-flagellation ou du dénigrement d’Israël et du judaïsme. Les clercs juifs actuels ne se convertissent certes plus au protestantisme, comme à l’époque de Lessing, mais ils embrassent d’autres religions ou sectes politiques, comme le trotskisme, l’antisionisme, le “libéralisme” américain ou l’hyper-pacifisme.

 

______________________________________________________________________________________

(PUBLICITE)

theodor lessing,haine de soi juive,elior azaria


La “haine de soi juive”, du pathologique au politique

 

La semaine qui s’est achevée dans les flammes des incendies allumés par des criminels arabes en Israël a été marquée par le réquisitoire du procureur au procès du soldat Elior Azaria, accusé d’avoir liquidé un terroriste à terre, qui venait de tenter de commettre un attentat. Dans cette affaire, comme dans d’autres, c’est la tendance juive à vouloir incarner à tout prix des normes morales supérieures, en se comportant comme des agneaux dans un monde de loups, qui est à l’oeuvre. Paradoxalement, plus l’Etat d’Israël place haut la barre des exigences morales qu’il s’impose à lui-même, plus ses ennemis le méprisent et plus l’Occident l’accuse. Face à des ennemis voués à sa destruction, Israël ne peut se donner le luxe d’adopter des normes éthiques inspirées par une morale judéo-chrétienne qui n’a pas grand chose à voir avec le judaïsme authentique.

theodor lessing,haine de soi juive,elior azaria

Manifestation de soutien à Elior Azaria

 

Ce qui est en jeu dans cette affaire emblématique, c’est le message qu’Israël adresse à ses ennemis et à l’ensemble du monde. Dans son réquisitoire, le procureur militaire Nadav Weisman a ainsi déclaré : « J’ai parcouru des milliers de pages sans jamais trouver en Israël et dans le monde un seul précédent juridique déclarant qu’il serait légal de tirer sur une personne blessée par balles et déjà à terre depuis de longues minutes », ajoutant : « Je vous demande de ne pas créer ce précédent, de ne pas créer de loi Azaria ». Ce faisant, il a adopté le point de vue des intellectuels pacifistes qui voudraient qu’Israël soit toujours un modèle d’humanisme et d’hyper-moralisme, en se préoccupant uniquement des normes éthiques que devrait selon lui respecter les soldats de Tsahal.

 

En vérité, le “précédent juridique” qui aurait dû guider son réquisitoire est celui que l’armée israélienne crée en punissant un soldat qui tue un terroriste. La “loi Azaria” qui risque d’être instaurée par ce procès est celle que les terroristes arabes garderont à l’esprit quand ils commettront leurs prochaines attaques meurtrières. Au lieu de dissuader nos ennemis, ce procès va dissuader nos propres soldats, qui hésiteront encore plus à ouvrir le feu face à un terroriste, mettant en danger leur vie et celle des citoyens israéliens qu’ils protègent.

 

Le plus grand mensonge des “clercs d’Israël” n’est pas tant celui de nous faire croire à une paix possible - elle le deviendra le jour où le monde arabo-musulman acceptera la présence d’un peuple non arabe et non musulman exerçant sa souveraineté en “terre d’islam” - que de nous laisser penser qu’elle puisse le devenir à court terme. Comme tous les faux messianisme, le pacifisme vit dans l’instant, et veut faire la “paix maintenant”. La citation de Lessing placée en exergue nous rappelle que la guerre que les ennemis d’Israël lui ont déclarée ne date pas d’hier.

 

L’urgence aujourd’hui n’est pas seulement de punir les terroristes criminels qui brûlent les forêts. On peut éteindre les incendies, mais on ne peut pas désarmer définitivement ceux qui les allument. C’est pourquoi l’urgence est aussi d’armer ceux qui défendent Israël et d’empêcher le désarmement moral imposé par tous ceux qui, au cabinet du procureur de l’Etat, dans les médias ou dans l’université, affaiblissent Israël face à ses ennemis.

 

* Mon dernier livre vient d’être publié aux éditions La Maison d’édition

theodor lessing,haine de soi juive,elior azaria

Commentaires

Bien sur qu'il faut défendre le soldat ACARIÂ son action contestée est parfaitement compréhensible - j'ai été militaire et je ne suis pas sur que j'aurai fait mieux : j'aurai, dans ce cas , apprécié être soutenu par mes compatriotes !

Écrit par : Vion jean pierre | 30/11/2016

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu