Avertir le modérateur

29/10/2016

“Athènes sans Jérusalem” : Le rejet des racines hébraïques au coeur du suicide de l’Occident

François Lurçat“La société occidentale doit choisir aujourd’hui entre la vie et le suicide…

Pour se ressaisir, la culture occidentale devra retrouver tout ce qui, dans son histoire et dans ses sources, exalte et favorise le courage et la vie. Et d’abord la source hébraïque, d’où n’a pas cessé de jaillir depuis des millénaires cet appel : ”J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction, tu choisiras la vie afin que tu vives, toi et ta descendance”.

 

(François Lurçat, La science suicidaire, Athènes sans Jérusalem, p. 282)

 

 

Physicien et philosophe des sciences, François Lurçat est décédé il y a tout juste quatre ans, le 27 Tichri 5773, entre la parachat Berechit et la parachat Noa’h, qu’il affectionnait particulièrement. Professeur à l’université de Paris-Sud (Orsay), très apprécié de ses étudiants, et chercheur en physique des particules, il a entrepris à partir de la fin des années 1980 une réflexion approfondie sur la philosophie des sciences, partant du constat de la difficulté à enseigner et à rendre intelligibles les acquis récents de la physique théorique et des effets dévastateurs de l’idéologie scientiste dans le monde contemporain. Ses ouvrages de vulgarisation scientifique et de philosophie des sciences incluent : Niels Bohr, avant/après (Critérion 1990), L’autorité de la science (Cerf 1995), De la science à l’ignorance (éditions du Rocher 2003) et La science suicidaire (F.X. de Guibert, 1999). Les réflexions qui suivent s’inspirent notamment de ce dernier livre, intitulé de manière éloquente “Athènes sans Jérusalem”.

 

L’oeuvre philosophique de François Lurçat aborde, entre autres thèmes, celui de la crise de la culture européenne, des fondements métaphysiques de la science moderne, du scientisme et de ses effets sur la société occidentale. Cette réflexion s’est nourrie à la double source de la pensée occidentale et de la pensé hébraïque, que François Lurçat a découverte à travers l’oeuvre de penseurs juifs d’expression française (Léon Ashkénazi “Manitou”, Emmanuel Lévinas, André Néher), mais aussi de traductions en français de Maïmonide, des commentaires d’Elie Munk sur la Bible, et d’écrivains et de poètes juifs (Benjamin Fondane, Claude Vigée, etc.).

 


François LurçatL’idée de la spécificité irréductible de l’être humain (celle du Tselem, ou de l’homme créé à l’image de Dieu pour utiliser les catégories de la pensée hébraïque) est au coeur de la réflexion de François Lurçat. D’emblée, il comprend que la “crise de la science” (expression qui revient souvent dans son oeuvre) n’est pas seulement celle qu’il a décelée et analysée dans le fonctionnement interne de l’institution scientifique et dans la transmission du savoir scientifique, mais qu’elle concerne l’ensemble de la culture et de la civilisation occidentale, dont l’avenir est étroitement lié à celui de la science. (Il trouvera la confirmation de cette intuition fondamentale chez plusieurs philosophes et scientifiques, parmi lesquels Edmund Husserl dont la “Krisis” [La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale] nourrira sa réflexion et Leo Strauss, dont la citation suivante figure en exergue d’un de ses livres : “Les piliers de la civilisation sont par conséquent la morale et la science, et les deux ensemble. Car la science sans morale dégénère en cynisme et détruit ainsi la base de l’effort scientifique lui-même ; et la morale sans la science dégénère en superstition et risque ainsi de se muer en cruauté fanatique”).

 

La polémique qui l’oppose au biologiste Jean-Pierre Changeux porte précisément sur la nature de l’homme et sa spécificité, niée par l’auteur de l’Homme neuronal, livre paru en 1983 et devenu rapidement un best-seller. Lurçat s’oppose avec virulence à l’idée, défendue par Changeux et d’autres représentants des “neurosciences”, que l’homme ne serait qu’un animal un peu plus évolué que les autres : “L’idée la plus dangereuse parmi celles qui sont ainsi popularisées, c’est la négation de l’humain. Les biologistes de l’ADN, qui tiennent le devant de la scène, ne cessent d’affirmer que l’homme n’a pas, selon l’expression de James Watson, ‘quelque chose de spécial’ qui le sépare des autres vivants’”. Dans son refus de la “négation de l’homme”, François Lurçat retrouve une idée fondamentale de la pensé hébraïque, qui a été exprimée par nos sages commentant les versets de la Genèse sur la création de l’homme : “l’homme ressemble à la fois aux êtres inférieurs [les animaux] et aux êtres supérieurs” (Nahmanide commentant Berechit 1, 27).

 

François Lurçat

Nourrie de la Bible hébraïque et de ses commentaires, la réflexion de Lurçat n’est cependant pas celle d’un croyant ou d’un homme religieux à proprement parler. Elle demeure celle d’un physicien et d’un scientifique qui n’a jamais rejeté la science, même quand il critique ses dérives actuelles : “Quand je m’inquiète et m’indigne de la complicité actuelle entre une certaine pensée porteuse du label ‘science’ d’une part, la montée de l’ignorance et la dégradation physique et morale du monde d’autre part, ou encore, quand je cherche à restituer les vérités qu’a pu atteindre la physique du XXe siècle - dans toutes ces démarches, je place plus haut la science que ne le fait l’opinion banale pour qui elle ne serait qu’un ensemble de recettes, fructueuses ou nocives, selon le cas. Reconnaître la haute valeur des connaissances scientifiques authentiques implique en particulier le souci que ces connaissances soient comprises et soient transmises”. (De la science à l’ignorance p. 34).

 

Ce souci de compréhension et de transmission - qui l’a animé en tant que professeur de physique à l’université d’Orsay, et plus tard en tant que vulgarisateur scientifique dans ses livres sur Niels Bohr et sur le chaos - a conduit François Lurçat à s’interroger sur les raisons du désaveu actuel de la science, tant dans le système éducatif que dans la société en général, où la connaissance scientifique est à la fois valorisée (les Prix Nobel sont invités à s’exprimer sur tous les sujets) et réservée à un nombre de plus en plus restreint de spécialistes. Ce paradoxe tient à la fois à des causes techniques - comme la spécialisation et la fragmentation grandissante du savoir scientifique - et à des causes plus profondes, historiques et philosophiques, voire ontologiques, qui sont précisément celles auxquelles François Lurçat s’intéresse.

 

“Croire à la science tout en se détournant d’elle.

Notre culture est scientifique comme la culture de l’Occident médiéval était théologique. On retrouve partout l’attitude scientifique, elle est dans le monde de la pensée la seule puissance unificatrice. Le monde économique et l’Etat sont méprisés, la religion n’est qu’une affaire privée ; on ricane de la réalité de l’amour, la vie elle-même est souvent répudiée, tandis que seuls la science et l’art sont considérés comme dignes qu’un homme leur consacre sa vie”. (La science suicidaire, p. 65).

 

Le regard que François Lurçat porte sur la science est celui d’un scientifique, à la fois lucide et désabusé, et celui d’un philosophe qui tente de comprendre comment la science est devenue ce qu’elle est aujourd’hui - réalité qu’il désigne par l’expression de “social-science” - une institution et une discipline qui “nous éblouit plus qu’elle nous éclaire”. Dans cet effort, il s’attaque à ce qu’il appelle le “physicalisme”, c’est-à-dire  la “doctrine qui affirme la portée universelle de l’ontologie galiléenne”. C’est cette doctrine qui explique l’apparition récente de nouvelles disciplines se parant du nom de sciences, comme les “sciences de l’éducation”, les “neurosciences” ou les “sciences cognitives”.

 

Dans un autre débat d’idées essentiel à ses yeux, François Lurçat s’oppose au relativisme culturel, exprimé notamment par Claude Levi-Strauss dans un texte publié en 1952 à la demande de l’UNESCO (!). Précurseur de l’idéologie actuelle du relativisme culturel, Levi-Strauss affirme ainsi que “toute discrimination entre les cultures et les coutumes” revient à rejeter certaines “formes culturelles”, ce qu’il assimile en fin de compte au racisme pur et simple. (On retrouve dans le raisonnement de Levi-Strauss une accusation souvent portée contre les Juifs au cours de l’histoire : la prétendue “supériorité” - que leurs ennemis croient discerner dans l’idée d’élection, serait une forme de “racisme”. Cette accusation est un des thèmes récurrents du discours antijuif au fil des siècles, comme l’a montré Pierre-André Taguieff).

 

françois lurçat

Le paradoxe de la science moderne est que son projet philosophique (le physicalisme) a échoué monumentalement, au moment même où elle connaît certaines de ses plus grandes réussites. Pour que la science renaisse, malgré son suicide actuel, elle doit devenir plus modeste, comme l’explique François Lurçat dans la conclusion de son livre La science suicidaire : “Pour surmonter ses tendances suicidaires, elle doit corriger la sécheresse obstinée du cosmocentrisme grec par la compassion et la finesse de Jérusalem. Elle doit corriger la tendance à l’aplatissement, inhérente à la pensée géométrisante, par le sens aigu de la transcendance - et d’abord de l’absolue spécificité de l’homme - portée par la tradition juive”.

 

Puissent ces quelques lignes donner envie au lecteur de découvrir la pensée et l’oeuvre de mon père, dont la figure continue de nous éclairer! יהיה זכרו ברוך

François Lurçat

François et Liliane Lurçat

Commentaires

François Lurçat (zal) était notre Maître, pas seulement notre Professeur de Physique à l'Université Paris-Sud Orsay, mais un pédagogue et un visionnaire exceptionnel. Son empreinte sur ses élèves et sur ceux qui l'ont connu a été marquante.

Écrit par : Michel Bensimhon | 30/10/2016

Écrire un commentaire

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu