Avertir le modérateur

“Mir seinen Do” : Des combattants du ghetto aux soldats de Tsahal

IMG_20160420_101441.jpgEntre Acco et Nahariya, sur la côte de la Méditerranée, à quelques kilomètres de la frontière nord d’Israël, se trouve le kibboutz Lohamei Hagetaot (Les combattants des ghettos). Fondé en 1949, le kibboutz abrite aussi le Musée des Combattants des ghettos, qui a pour particularité d’être le premier musée de la Shoah fondé en Israël, la même année que le kibboutz, et d’avoir été créé par des survivants de la Shoah, parmi lesquels plusieurs anciens combattants du ghetto de Varsovie.

 

Venus passer trois jours en Galilée quelques jours avant Pessah, nous avons entamé notre tiyoul par une visite du Musée de Lohamei Hagetaot. Quand on arrive par la route venant de Haïfa, on remarque tout d’abord l’aqueduc romain qui longe le kibboutz sur son côté Ouest. Le musée, dont la structure impressionnante est due à l’architecte Samuel Bickels, est presque vide, en ce début d’après-midi.

IMG_20160418_130149 (2).jpg

Sculpture de Samuel Willenberg z.l

Samuel_Willenberg_Paweł_Śpiewak_70th_anniversary_of_Treblinka_revolt.jpgNous parcourons les salles consacrées aux Justes des Nations et à la Résistance juive, avant de tomber en arrêt devant les sculptures réalisées par Samuel Willenberg, survivant de Treblinka (photo ci-contre). (Je l’ai souvent croisé, étant adolescent, chez mon oncle Menahem Giladi z.l dont il était le “mehoutan” - sa fille ayant épousé mon cousin). Willenberg était le dernier survivant de Treblinka ; il est décédé en février 2016. Un petit film émouvant le montre évoquant, la voix tremblante, la révolte de Tréblinka et ses compagnons d’infortune, dont les images n’ont cessé de le hanter jusqu’à son dernier jour, comme il l’explique, 70 ans plus tard : “Tréblinka zeh Ani!” (Treblinka, c’est moi!)

 

Nous prenons la route de Safed pour aller chercher ma fille, qui vit au kibboutz Moran. Ensemble, nous continuons en direction du lac de Tibériade (la “mer de Kinneret” en hébreu) pour rejoindre Ein Gev, sur la rive orientale du Kinneret. En chemin, nous prenons en stop une jeune fille qui vient tout juste d’achever la traversée d’Israël depuis Eilat, à pied, par le Chvil Israël (le “Sentier d’Israël”). Elle nous raconte son périple et nous parle des “mala’hé ha-shvil”, ces ‘“anges gardiens” qui accueillent les marcheurs et leur offrent le gîte et le couvert. L’hospitalité juive n’est pas un vain mot, aujourd’hui comme à l’époque d’Avraham…

 

IMG_20160418_191639.jpgAttablés sur le bord du Kinneret, dans le charmant petit port d’Ein Gev, nous dînons de poissons grillés arrosés d’un excellent Chardonnay blanc de Gamla. Ma fille nous parle de l’affaire du soldat de Hébron, qui n’en finit pas de défrayer la chronique, et de la grande manifestation prévue pour le lendemain à Tel Aviv, sur le Kikar Rabin.

 

Le lendemain matin, nous montons jusqu’à Rosh Hanikra, d’où l’on peut contempler toute la côte méditerranéenne jusqu’à la baie de Haïfa. Dans la brume au loin, on aperçoit la tour du Technion. Après le déjeuner (dans le restaurant juste à la sortie du funiculaire, dont la carte n’est pas à la hauteur du site et de la vue magnifique), nous reprenons la route en direction de Meron.


Ma fille nous emmène à la base de Birya chercher son ami. La forêt avoisinante, plantée par le KKL, est la plus vaste forêt plantée de tout Israël. La forteresse de Byria, qui date de la guerre d’Indépendance, et la base de Tsahal avoisinante portent le nom de la ville de Byria qui remonte à l’époque du Talmud. Ici comme ailleurs en Israël, l’histoire moderne se confond avec l’histoire ancienne.

 

En redescendant vers Rosh Pina, nous croisons des dizaines d’oiseaux ressemblant à des cigognes, perchés sur les branches des pins, qui prennent leur envol à notre approche. Nous ne sommes pas loin de la vallée de Jézréel (le “Emek” comme on l’appelle en hébreu) qui est le rendez-vous annuel des oiseaux migrateurs en chemin de l’Afrique à l’Europe.

IMG_20160419_183130.jpg

 

A Rosh Pina, nous traversons le quartier historique du vieux yishouv (fondé en 1882) et visitons les jardins d’une splendide maison d’hôtes, dont le jardin donne sur la vallée en contrebas. Remontant la rue, nous nous retrouvons dans sur un promontoire aménagé, orné de photos de quatre soldats. Il s’agit d’un “atar hantsaha”, un lieu de mémoire bâti par la famille d’un soldat tombé pendant la Deuxième Guerre du Liban avec ses trois camarades formant l’équipage de son tank, Nimrod Segev.

 

1322_size0.jpg

Le mot “hantsaha”, formé sur la racine Netsah qui signifie l’éternité, n’a pas d’équivalent exact en français : il s’agit de perpétuer la mémoire d’un proche, mais plus encore, de le faire vivre pour l’éternité, en rappelant qui il était et quels étaient ses goûts et sa personnalité. On trouve en Israël des centaines de “lieux de perpétuation” de la mémoire de jeunes soldats tombés au combat, ou d’autres personnes, jeunes ou moins jeunes, disparues dans diverses circonstances plus ou moins tragiques.


Lors d’un récent séjour à New-York,  nous avons vu des bancs à Central Park portant des petites plaques de dédicace offertes par les habitants de la ville à la mémoire de leurs proches disparus. Ici, en Israël, il ne s’agit pas de simples plaques mais de véritables lieux de mémoire, souvent situés dans des sites naturels impressionnants de beauté, qui permettent aux visiteurs de s’unir, ne serait-ce qu’un court instant, avec le souvenir d’un jeune soldat tombé dans une des guerres d’Israël.

 

En contemplant le visage de Nimrod et en écoutant la chanson qu’il a écrite, interprétée par un chanteur israélien connu, je repense à la conversation de la veille, au bord du Kinneret, sur le jeune soldat de Hébron. Je pense aussi à ce sondage publié la semaine dernière dans le quotidien Israel Hayom, qui dresse un tableau optimiste de la jeunesse israélienne.

 

Selon ce sondage, 85 % des jeunes interrogés déclarent aimer leur pays. 89 % voient leur avenir en Israël,  88 % affirment vouloir servir dans Tsahal,  82 % sont convaincus que Tsahal est l’armée la plus morale du monde! (Ils ne lisent donc pas les rapports de Betselem ou de Breaking the Silence ?) et  82 % estiment qu’il n’y a aucune chance de parvenir à un accord de paix avec les Palestiniens.

 

Ce sondage révèle au grand jour ce que les observateurs avisés de la société israélienne savent depuis longtemps : les jeunes Israéliens sont lucides, réalistes, patriotes et courageux. Ils n’acceptent pas l’idéologie pacifiste et post-sioniste vendue par des médias de gauche et par des ONG financées par l’Union européenne. Ils ne partagent pas l’éthos individualiste de certains partis politiques et d’une frange non négligeable de l’establishment médiatique et culturel, selon lequel il ne serait plus bien considéré d’aimer son pays et de vouloir le servir.

La jeunesse d’Israël, comme le montre ce sondage, aime son pays, aime son armée, et croit en son avenir. C’est sans doute la meilleure nouvelle que nous avons lue depuis des semaines, voire depuis des mois. Les citoyens d’Israël et les Juifs du monde entier peuvent dormir tranquilles, à la veille de Pessah. Quand nous lirons la Haggada et le fameux passage disant qu’en “chaque génération, des ennemis se lèvent pour nous détruire”, nous pourrons respirer et sourire, le coeur confiant : nos ennemis ne pourront pas nous vaincre, car la jeunesse d’Israël les en empêchera. Mir Seinen Do! Nous sommes vivants!

Pierre Lurçat

israeliens_drapeau.jpg

Commentaires

  • Cher Pierre, j'ai lu ton article avec une émotion d'autant plus grande que j'ai relu il y a peu "Je suis le dernier juif" de Chil Rajchman (Treblinka).
    J'espère revenir en Israël dès que possible, pour un séjour chez Tsahal via le Sar-El. Et j'ai en tête de parcourir le "chemin d'Israël" de bout en bout.
    Que D.ieu te protège, toi, ta famille et ton pays. Israel forever.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu