Avertir le modérateur

28/08/2015

Voix d’Israël : Yardena Arazi, la chanteuse de mes vingt ans

YARDENA.jpg

ליהודית

Le nom de Yardena Arazi est indissociablement lié dans mon souvenir à un voyage en Israël, lorsque j’avais une vingtaine d’années et que j’étais volontaire dans le cadre de Sar-El. J’avais acheté une cassette (c’était bien avant l’apparition des CD) et j’avais demandé au chauffeur de l’autobus qui nous conduisait en tiyoul de la jouer. Les paysages de Galilée, associés aux paroles envoutantes (dont le sens m’échappait alors) de sa chanson « She ha-Shemesh tavor alay » (tirée de son album Drishat Shalom sorti en 1985) m’avaient laissé une impression durable que je ressens encore en l’écoutant aujourd’hui.

J’ai retrouvé le nom de Yardena Arazi par ‘hasard’, en lisant un article consacré au doyen de la Résistance juive en France, Georges Loinger, qui vient de fêter son 105e anniversaire ! La figure de Georges Loinger m’était connue depuis plusieurs années (je l’avais évoqué sous forme romancée dans une chronique intitulée « Une journée de rêve », parue dans le Jerusalem Post et reprise dans mon livre Jour de Sharav à Jérusalem). Mais quelle surprise de découvrir, au hasard d’une recherche sur Internet, que Loinger est l’oncle de Yardena Arazi, la chanteuse israélienne préférée de mes 20 ans !

loinger.jpg

Georges Loinger pendant la guerre et en 2011

(PHOTO: http://judaisme.sdv.fr/histoire/shh/ose/ose-als.htm)

C’est grâce à l’excellent site du judaïsme d’Alsace et de Lorraine que j’ai fait cette découverte, et je reprends ci-dessous des extraits de l’article que ce site consacre à Yardena Arazi. On y apprend aussi que la grand-mère de la célèbre chanteuse était la sœur du mime Marceau… Le peuple juif est, comme chacun sait, une grande famille !

« Yardena Arazi est l'une des chanteuses israéliennes les plus célèbres, et l'une de celle qui est le plus identifiée à la chanson israélienne.

 

Elle naît le 25 septembre 1951 au Kiboutz Kabri, sous le nom de Yardena Feinbaum. Son père, David Feinbaum, originaire d'Allemagne, est l'un des fondateurs du Kibboutz Beith Aarava, replié à Kabri après la guerre d'indépendance. (N.d.R. David Feinbaum fut aussi membre de l’Irgoun).

oncles.jpg

Yardena Arazi avec son oncle Georges Loinger (à dr.) âgé de 102 ans, sa tante Emma, 100 ans, et son oncle Charles, le plus jeune, qui n'a que 92 ans - mars 2013

PHOTO: http://judaisme.sdv.fr/perso/scene/arazi/arazi.htm


Sa mère, Yvette Loinger, naît à Strasbourg en 1928, de parents venus d'Europe de l'Est, et fait partie d'une famille de sept frères et sœurs ; l'un d'eux, Simon Loinger, demeure aujourd'hui encore à Strasbourg. Un autre de ses frères est Georges Loinger (1).La grand-mère de Yardena était la sœur de la mère du mime Marcel Marceau. Après la deuxième guerre mondiale, Yvette Loinger monte seule en Israël et s'installe au Kiboutz Kabri où elle rencontre son futur époux.

Yardena a deux ans quand famille s'installe à Haïfa, et sa carrière commence lorsqu'elle a à peine seize ans avec le groupe "Beith Rotschild" de la ville. Elle fait son service militaire dans la célèbre "Compagnie du Nahal" dont elle est la vedette, non seulement pour son talent vocal, mais aussi pour sa beauté exceptionnelle…Elle reste trois ans dans la troupe, dont elle devient le commandant.

Lorsqu'elle quitte l'armée, elle fait partie du trio féminin "Shokolad Menta Mastic" ("Chocolat, Menthe, Chewing gum")… En 1976, le trio représente Israël au concours de l'Eurovision, chantant Emor Shalom. Yardena quitte le groupe en 1978, au bout de cinq ans, pour aborder une carrière en solo couronnée de succès.

 

SOKOLAD.JPG

le trio féminin "Shokolad Menta Mastic"

 

En 1978, le concours de l'Eurovision se tient pour la première fois à Jérusalem et Yardena est choisie pour le présenter ; c'est elle qui est chargée de la traduction en français, et elle se fait aider par sa mère pour apprendre les textes ! (N.d.R. C’est en fait à Paris qu’eut lieu de concours Eurovision de 1978, quifut remporté par Israël, avec la chanson A-Ba-Ni-Bi, interprétée par Izhar Cohen et The Alphabeta.)

Le style de ses chansons est résolument israélien, et elles sont écrites par les plus grands créateurs de cette époque, par exemple Matti Caspi et Ehud Manor. Toutefois, en 1987, elle sort un album de chansons tziganes, "L'âme bohémienne", qui lui vaut une récompense de " double platine".

 

 
 

En 2009 Yardena publie son quinzième album "Bossem al ori" ("Parfum sur ma peau"), réalisé par Yehuda Poliker, avec des textes des plus grands créateurs du pays. L'album contient une chanson appelée "Oda'ah nimsera le mishpa'ha" ("La famille a été informée"), en hommage au soldat Ouri Grossmann, fils de l'écrivain David Grossmann, tombé au champ d'honneur lors de la deuxième guerre du Liban. Après la sortie du disque, Yardena a repris ses tournées dans tout le pays, saluée par la critique comme par les spectateurs ».

Je n’ai rien à ajouter à ces lignes, sinon de souhaiter un bon anniversaire à Georges Loinger, « Ad Méa VeEssrim ! ».

Pierre Lurçat

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu