Avertir le modérateur

06/11/2013

George Orwell en Palestine, ou comment le mensonge du «processus de paix » a été imposé à Israël, par Pierre Itshak Lurçat

Le-4-novembre-1995-Yithzak-Rabin-est-assassine.-Un-tremblement-de-terre-raconte-par-des-journalistes-presents-sur-place.-930620_scalewidth_630.jpgEn guise de préambule, un souvenir personnel, datant de l’hiver 1995-96. Quelques semaines après l’assassinat d’Itshak Rabin, alors que je me rendais au cabinet d’avocats de Jérusalem où je faisais mon stage, mon œil fut attiré par le titre en « Une » du journal Ha’aretz : « L’organe du Bétar de France accuse Mitterrand et Pérès de complicité dans l’assassinat de Rabin ». Fébrile, je montai quatre-à-quatre les marches jusqu’au bureau et pus enfin me rendre à l’évidence : le grand quotidien israélien avait traduit en première page l’article que j’avais rédigé quelques jours auparavant pour le Cactus, journal du Tagar, le mouvement des étudiants sionistes dont j’avais été le président avant mon alyah !

Ce que le journal de la famille Shocken omettait de préciser, c’est que mon article était rédigé sur le mode satirique, dans le registre de la politique fiction, et que si j’avançais l’hypothèse d’une implication de Mitterrand (en rappelant l’affaire de l’Observatoire), c’était uniquement pour étayer la thèse que cet assassinat servirait en définitive les intérêts des partisans du processus de paix, et non ceux des « ennemis de la paix », comme les médias israéliens le martelaient à l’époque jour après jour…


livrerabin.gifSi je rappelle cette anecdote (qui en dit long – soit dit en passant – sur la déontologie du quotidien Ha’aretz, ce qui n’étonnera personne), c’est parce que l’assassinat de Rabin demeure, 18 ans après les faits, entouré du même mystère qu’à l’époque. J’avais traduit en 1996 l’ouvrage de Barry Chamish, Qui a tué Itshak Rabin, parce que j’étais persuadé, comme beaucoup d’Israéliens, que la vérité était dissimulée au public *.


« La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage… »

Bien de l’eau a coulé sous les ponts du Jourdain depuis cette époque, et plus personne ne s’intéresse guère aux circonstances exactes de l’assassinat de Rabin, même si une fraction de la gauche et des médias israéliens s’obstine encore à le présenter comme une « conspiration » de la droite religieuse. Mais une chose demeure identique : le mensonge règne en maître dans le langage politique israélien qui, à de nombreux égards, est devenu conforme au slogan de 1984 d’Orwell : « La guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage… »

 

Oslo2.jpg



Plus précisément, nous ne sommes toujours pas sortis, 20 ans après la signature des accords d’Oslo, de l’engrenage fatal dans lequel ils nous ont entraînés, et aucun gouvernement israélien – de droite comme de gauche – n’a eu le courage et la clairvoyance de proclamer que ces accords étaient nuls et non avenus.

Ce qui est le plus inquiétant à cet égard, dans la politique actuelle du gouvernement Nétanyahou, c’est qu’il s’entoure (comme Rabin et Pérès à l’époque) du secret le plus total, en contradiction avec les principes et les fondements de toute démocratie authentique. Aujourd’hui comme alors, des équipes de négociateurs sont en train de dessiner en coulisses, à l’heure même où j’écris ces lignes, les cartes du futur Etat islamiste judenrein de « Palestine » en Eretz-Israël, et de tramer des machinations qui vont amener de nouvelles catastrophes pour le peuple de Sion, déjà tellement éprouvé depuis le début du sinistre « processus de paix » initié à Oslo.

Un des aspects les plus terribles de ce que nous vivons actuellement est sans doute le langage mensonger et orwellien auquel les médias et les dirigeants israéliens nous ont habitués, et qui ne nous fait presque plus réagir, tellement on s’habitue à vivre dans le mensonge (« Il y a pire qu’une âme perverse, c’est une âme habituée », aimait à dire le regretté Paul Giniewski, citant Péguy…)

 

BENTSION TOMBE JABO.jpg

Bibi et son père sur la tombe de Jabotinsky


Binyamin Nétanyahou : Churchill ou Chamberlain ?

Ainsi, quand Nétanyahou a pris la décision inique de libérer des dizaines d’assassins pour « conforter » le processus de paix, les médias israéliens ont parlé de la « deuxième pulsation » (pé’ima en hébreu) pour désigner la libération de ces bêtes immondes, et le quotidien Yediot Aharonot a employé l’expression d’opération « Construisons la confiance 2 » !

Je ne sais pas quel fonctionnaire à l’esprit étroit a eu l’idée géniale de parler de « pulsation » et de « confiance » à ce sujet, mais je suis certain que des milliers d’Israéliens ont ressenti alors le même dégoût que moi en ouvrant leur journal. Quant à la « confiance » que le gouvernement de Bibi Nétanyahou espère établir dans ses relations avec les chefs de bande de l’Autorité palestinienne, il l’a définitivement perdue aux yeux d’une grande partie de l’électorat israélien…

Nétanyahou aura beau nous expliquer ensuite que « la racine du conflit est le refus arabe de la souveraineté juive », il n’en demeure pas moins que le conflit perdure et s’envenime également en raison de son propre refus de dire la vérité à son peuple et au monde entier ! Il est regrettable que le fils du professeur Bentsion Nétanyaou (et petit-fils du rav Nathan Milokovsky), qui a souvent pris des accents churchilliens pour s’adresser au peuple d’Israël, ait choisi aujourd’hui de parler et d’agir à la manière d’un Neville Chamberlain.

Pierre I. Lurçat

* J’en profite pour répondre à l’accusation de « théorie du complot » lancée contre Chamish – et contre moi par la même occasion - : la différence entre le livre de Chamish et les théories du complot, c’est qu’il pose des questions, et tente d’apporter des réponses, sans élaborer la moindre théorie… Les théories du complot existent, et foisonnent aujourd’hui dans le monde arabo-musulman (l’islam ayant depuis l’origine une psyché marquée par l’obsession du complot, sujet sur lequel je ne peux m’étendre ici) et en Occident. Mais les complots véritables existent aussi !

 

**************************************************************************************

 J’ai le grand plaisir d’annoncer la parution de mon nouveau livre, « Jour de Sharav à Jérusalem » (éditions L’Eléphant – Jérusalem).

lustiger,crif,christianisme,dialogue judéo-chrétien

_____________________________________________________________________

 

COMMENT TROUVER LE LIVRE

- Sur Amazon

- A la librairie Kohav de Jérusalem rue Mekor Haim

- En envoyant un chèque de 16 euros ou de 75 NIS (port compris) à P. Lurçat, Shalom Yehuda 16/16 Jérusalem, ISRAEL 93395

10:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

bravo et encore bravo pour cet article ô combien pertinent !! comme d'habitude dirai je !!! ou comme dit Cécilia toujours le même mensch !!
embrasse pour nous toutes tes trés belles femmes

Écrit par : Choukroun Katy | 06/11/2013

L'assassinat de Rabin présente d'étranges similitudes avec celui de Kennedy.

Certaines initiatives de la politique israélienne s'expliquent peut être par les influences sous-jacentes des réseaux d'inspiration maçonnique internationnaux

Écrit par : Escroignard V. | 07/11/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu