Avertir le modérateur

07/07/2013

L’apport essentiel de Jabotinsky au sionisme, par Pierre I. Lurçat

 Jabotinsky.jpgDans les dernières pages de sa monumentale biographie de Jabotinsky, Shmuel Katz relate le refus obstiné de David Ben Gourion de respecter les dernières volontés du dirigeant sioniste révisionniste, qui avait souhaité que sa dépouille mortelle soit transférée en Israël, une fois que l’État juif aura vu le jour. « Israël a besoin de Juifs vivants, pas de Juifs morts », explique le Premier ministre aux nombreuses personnalités – de tous bords politiques – qui s’adressent à lui en ce sens. Les raisons de cette attitude intransigeante de Ben Gourion sont multiples et tiennent tant à la personnalité du leader travailliste qu’à ses rapports compliqués avec son rival, avec lequel il avait pourtant conclu un accord en 1934 (ce qui ne l’empêcha pas de le qualifier plus tard de « Vladimir Hitler »…)

            Mais la raison principale est sans doute autre : plus encore qu’une rivalité politique ancienne ou qu’une rancune tenace accumulée au fil des ans, il s’agit de la volonté pour Ben Gourion et son parti d’empêcher que le souvenir encore vivace de Jabotinsky n’entrave leur entreprise d’écriture de la version officielle de l’histoire du jeune État d’Israël et du mouvement sioniste. Le parti travailliste, pendant les 30 années de son hégémonie politique (1948-1977), a en effet consacré de nombreux efforts à instaurer sa version de l’histoire de la construction de l’État, en minorant – ou en occultant totalement – la contribution des mouvements et des dirigeants opposés (du parti révisionniste en premier lieu, mais aussi du sionisme religieux).

STATUS JABO FB.jpg


Dans ce contexte, il était essentiel pour eux de faire oublier le rôle crucial rempli par Jabotinsky, par le Betar et le Hatzohar, et plus tard par l’Irgoun, dans le combat politique et armé pour l’Indépendance. Cela était d’autant plus vital aux yeux de Ben Gourion, rappelle Shmuel Katz, que celui-ci se souvenait parfaitement de la foi inébranlable de Jabotinsky en la renaissance d’Israël et en la proclamation prochaine de l’État – dont il ne devait pas voir l’avènement – foi exprimée pendant les années les plus dures du combat politique, en 1936, à une époque où Ben Gourion lui-même et Weizmann avaient presque totalement renoncé à la revendication sioniste d’un État juif indépendant.

_________________________(ANNONCE)____________________________________________

Offrez des vacances aux enfants de Kyriat Arba – Hévron: Centre Aéré Juillet 2013

default image for post
Offrez des vacances aux enfants de Kyriat Arba – Hévron: Centre Aéré Juillet 2013
 
Les enfants de Kyriat Arba n’aiment pas les vacances d’été.
Dans la ville juive moderne qui jouxte Hévron, le rêve du renouveau sioniste sur la terre d’Avraham et du roi David se conjugue bien souvent avec la détresse sociale et beaucoup de misère. Grâce à l’association Hasdei Avot, les fillettes de Kyriat Arba – Hévron vivent un été heureux d’activités et de sorties. Un bonheur qui n’allait pourtant pas de soi au départ… Récit.
SUITE ICI
http://www.hasdeiavot.org/2013/06/centre-aere-juillet-2013-70-enfants-sauves-de-la-rue/

 

CONFERENCE MAISON JABO1.JPG

Inauguration des photographies sur la maison de Jabo à Jérusalem, en présence de ses petits-enfants

Ce n’est qu’en 1964 que le gouvernement de Levi Eshkol prit la décision de rapatrier en Israël la dépouille mortelle de Jabotinsky, qui eut droit, avec quinze ans de retard, à des funérailles nationales. Mais il a fallu attendre le « Maapa’h » (bouleversement) de 1977 et l’arrivée au pouvoir de Menahem Begin, pour que prenne fin l’hégémonie travailliste et que la contribution du mouvement révisionniste à l’histoire récente d’Israël soit enfin reconnue à sa juste valeur, de manière officielle

Figure-6-Zeev-Jabotinsky-200x300.jpgJabotinsky a donc fini par trouver sa place dans le Panthéon sioniste, celle d’un théoricien et d’un homme politique exceptionnel, dont la personnalité aux facettes multiples continue d’exercer une grande fascination, malgré l’oubli relatif dans lequel sont tombés ses écrits (Le fait que la présente autobiographie n’ait jamais été rééditée en Israël est assez significatif. On note toutefois un regain d’intérêt pour Jabotinsky ces dernières années, tant en Israël qu’à l’étranger et en particulier en Russie, où est accompli un travail considérable de publication de ses œuvres complètes). Avec un certain retard, dû aux tentatives partisanes d’occulter ou de minimiser son action, Jabotinsky est aujourd’hui unanimement considéré comme un des pères fondateurs d’Israël et comme un des dirigeants sionistes de premier plan, aux côtés de Théodor Herzl.

(Extrait de ma postface à L'Histoire de ma vie de Jabotinsky, Les provinciales 2011)

 

Conférence sur Jabotinsky à Jérusalem - REGARDER LA CONFERENCE ICI

http://www.youtube.com/watch?v=-jvmZjiSD88

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu