Avertir le modérateur

21/04/2015

Une étincelle d'hébreu - Michpa'hat ha-Chekhol - La 'famille du deuil'

CHALOM CHERKI.jpg

             

Ce petit article est dédié à la mémoire de Chalom Yohaï Cherki, lâchement assassiné à Jérusalem la semaine dernière, veille de Yom Hashoah. Hachem Yikom Damo!



"Michpa'hat ha-Chekhol" – avant d'expliquer cette expression tellement caractéristique de la réalité israélienne, attardons-nous sur le mot "chekhol". Il désigne la perte des enfants et apparaît pour la premièe fois dans la Torah, au Livre de Béréchit, dans la parachat Toledot. Quand Rebecca enjoint à son fils Jacob d'échapper à la vengeance d'Esau – juste après l'épisode de la bénédiction 'dérobée' par Jacob à son frère aîné – Rebecca justifie ainsi son conseil : "Pourquoi m'exposer à vous perdre tous deux à la fois ?" (למה אשכל גם שניכם יום אחד?).

Le verbe ש.כ.ל signifie donc perdre ses enfants, et il a pris une signification plus précise, en Israël : celle de perdre ses fils – et par extension, des membres de sa famille – à la guerre (et dans les attentats). On parle ainsi de "michpa'hot chakoulot" et de "horim chakoulim" pour désigner les familles et les parents de soldats tombés dans les guerres d'Israël ou victimes du terrorisme arabe.

 

L'expression "michpa'hat ha-Chekhol" – littéralement, la famille du "chekhol", est difficilement traduisible en français. Il s'agit à proprement parler de la "famille de ceux qui ont perdu des fils". Cette réalité difficile à expliquer apparaît au grand jour le Yom Hazikaron – le jour du Souvenir des soldats tombés au champ d'honneur – quand Israël tout entier se recueille et partage la douleur des familles endeuillées. Ce jour-là, il peut nous sembler que la "famille du Chekhol" englobe tous les citoyens d'Israël (pas seulement juifs, car les soldats tombés dans les guerres d'Israël sont aussi druzes, bédouins, chrétiens...).

 

15205_10151524155225053_959898406_n.jpg



Mais quand s'achève le Yom Hazikaron et que nous entrons dans la fête du Yom Ha'atsmaout, les familles endeuillées restent, elles, plongées dans le "Chekhol". C'est d'ailleurs la différence entre le Chekhol et le deuil ordinaire (Evel, אבל). Ce dernier s'estompe avec le temps, car la mort fait partie de la vie, tandis que le Chekhol, lui, ne s'estompe jamais totalement. Il est comme une blessure qui ne cicatrise pas, comme une amputation, et la douleur, comme en témoignent les parents et les proches, ne fait que grandir avec le temps. Que le souvenir de nos soldats et des victimes du terrorisme – tombés pour que notre pays vive –  soit béni !

Pierre Itshak Lurçat

552756_10151524556090053_279710892_n.jpg


* Le nom de cette rubrique est repris de l'émission du même nom de Yael Yotam, diffusée sur la radio juive parisienne RCJ depuis de longues années. Je saisis cette occasion pour remercier Mme Yotam, dont les cours radiodiffusés ont semé en moi l'amour de la langue hébraïque, il y a plus de vingt ans, avant mon alyah. P.I.L.

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu