Avertir le modérateur

31/03/2013

L’autre visage du cinéma israélien : au-delà des clichés et de la propagande, Pierre Itshak Lurçat

 

FESTIVAL ISRATIM.jpgL’ouverture cette semaine du 13e Festival du cinéma israélien à Paris et la mystérieuse affaire de l’agression du réalisateur Yariv Horowitz à Aubagne – qui ressemble à une provocation du journal Ha’aretz, lequel n’en serait pas à son coup d’essai – sont l’occasion de revenir sur un sujet rarement abordé, celui du double visage du cinéma israélien. Trop souvent en effet, les films israéliens présentés à l’étranger offrent un visage tronqué et déformé de la réalité du septième art israélien, en n’abordant que le sempiternel « conflit israélo-palestinien », de manière plus ou moins tendancieuse (c’est le cas du film de Yariv Horowitz, « Rock the Casbah », que je n’ai pas vu et sur lequel je ne me prononcerai donc pas).

Or le cinéma israélien est très différent de l’image qu’en donnent les films d’un Amos Gitaï – pour ne citer que lui – adulé en Europe mais méprisé par ses collègues et ignoré du grand public israélien.  Il est riche, novateur, original et optimiste et reflète fidèlement la vitalité et la richesse humaine de notre petit pays… Le cinéma israélien ne parle (presque) pas de guerre, d’« occupation » ou des autres leitmotive chers aux médias étrangers, qui ne connaissent notre pays qu’à travers le prisme déformant de l’idéologie palestiniste. Il parle de la vie, des gens et de l’amour… Car, contrairement à ce que croient les médias étrangers, Israël n’est pas seulement un pays en guerre, c’est un pays où il fait bon vivre ! J’invite ceux qui veulent découvrir cet autre visage du cinéma israélien (et d’Israël) à aller voir le beau film de Beni Torati, La ballade du printemps, dont j’ai récemment rendu compte dans les colonnes d’Israël Magazine. P.I.L

1293516292.jpg

"La ballade du printemps" : un film novateur, original et optimiste

Le deuxième film de Beni Torati, La ballade du printemps qui pleure (« ha-Balada shel ha-Aviv ha-bo’hé »), très remarqué dans plusieurs festivals internationaux et récompensé par quatre « Ophir » (oscars israéliens), est un film original et inclassable, servi par une excellente interprétation. Le film raconte le parcours initiatique d’un jeune musicien, Amram Mofradi (Doudou Tassa), qui tente de reconstituer le légendaire ensemble musical oriental « Turquoise », pour honorer le dernier souhait de son père mourant. Pour ce faire, il va devoir retrouver un à un les musiciens et notamment le fameux Yossef Tuila (Ouri Gabrielov), qui a été la cause d’un accident dramatique à la suite duquel il a renoncé à jouer. Cette histoire sert de prétexte à Torati pour entraîner le spectateur dans une épopée lyrique qui est aussi un hommage vibrant à un genre musical qui connaît actuellement un essor inattendu en Israël : la musique juive orientale.

Lire la suite

12:39 Publié dans CINEMA, Film | Lien permanent | Commentaires (1)

29/03/2013

Dictionnaire du cinéma israélien : Reflets insolites d’une société, d’Hélène Schoumann

 

cinema israelienLe cinéma israélien connaît depuis plusieurs décennies un essor spectaculaire, qui se traduit à la fois par la diversité et la qualité des films réalisés, et par le succès qu’ils rencontrent tant à l’intérieur des frontières d’Israël qu’à l’étranger. Depuis la fin des années 1990, les productions israéliennes sont en effet présentes dans les plus grands festivals internationaux, où elles obtiennent parfois des prix prestigieux (Lion d’Or à Venise pour Lebanon, Prix du meilleur scénario à Cannes pour Footnote, Prix du Jury pour La visite de la Fanfare…). Quant aux festivals de cinéma israélien, ils poussent comme des champignons, en France notamment.

Dans ce contexte, il faut saluer la parution d’un Dictionnaire du cinéma israélien, publié récemment par Hélène Schoumann aux éditions Cosmopole. Cet ouvrage comble un vide et réjouira tous les cinéphiles et amateurs du Septième Art israélien. L’auteur anime une émission de cinéma sur la radio parisienne Judaïques FM et préside le Festival du cinéma israélien de Paris. Comme elle l’explique dans sa présentation, la sélection des films abordés dans son livre est « absolument subjective », tout en se voulant le plus exhaustive possible.

Ce Dictionnaire est utilement précédé d’une chronologie, dans laquelle on découvre par exemple que la célèbre salle de cinéma Smadar, dans le quartier allemand de Jérusalem (la « Moshava Guermanit »), date de 1928 ! Agrémenté de nombreuses photographies en noir et blanc, le dictionnaire aborde tant les films et leurs réalisateurs que les grands acteurs israéliens, comme Guila Almagor – que l’on pouvait encore récemment admirer au théâtre – et que l’auteur qualifie de « Sophia Loren du cinéma israélien ». Le très beau film L’été d’Aviya, œuvre d’Eli Cohen sortie en 1988 et devenue un classique, était une adaptation du roman autobiographique d’Almagor, qui y évoque sa mère, survivante de la Shoah.

cinema israelien

La visite de la fanfare, avec Ronit Elkabetz et Sasson Gabai


Lire la suite

07:42 Publié dans CINEMA, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema israelien

19/03/2013

Lior Ashkénazi, l'Israélien au cœur tendre, par Pierre Itshak Lurçat

Lior Ashkenazi.jpgLior Ashkénazi a présidé hier la cérémonie de remise des prix du Festival du Film israélien NICE ISRAEL. Occasion de découvrir cet acteur talentueux encore mal connu du public francophone. Portrait. P.I.L

 

On pouvait le voir récemment au théâtre Beit Lessin, à Tel-Aviv, où il joue le Docteur Astrov dans la pièce classique de Tchekhov, Oncle Vania. Aux yeux de beaucoup d'Israéliens – et aussi de francophones – Lior Ashkénazi est connu comme un acteur de cinéma et de télévision populaire, mais en réalité, il est avant tout un acteur de théâtre. Cela fait deux ans qu'il est en effet revenu à ses premières amours – les planches – et qu'il refuse tout autre rôle, même si on a pu le voir au cinéma dans "Ilai ou Ben", film tourné en 2008. Portrait d'un artiste israélien talentueux.


Lior Ashkénazi est né à Ramat Gan, en 1969, de parents juifs d'origine turque. Son père travaillait dans une imprimerie et sa mère s'occupait d'enfants, et tous deux parlaient ladino à la maison. Comme beaucoup d'enfants israéliens, le jeune Luis avait honte de l'accent de ses parents, qui parlaient mal hébreu et travaillaient dur. A une certaine période de sa jeunesse, celui qui incarne aujourd'hui l'Israélien-type, le "macho au cœur tendre", a même coupé les ponts avec sa famille. Il est parti vivre au kibboutz, à l'âge de 16 ans, avec un "Garin" d'un mouvement de jeunesse. Ensuite, c'est le service militaire, dans l'unité de parachutistes du Nahal. C'est après l'armée qu'il commence à apprendre le métier d'acteur, à l'école Beit Zvi, équivalent israélien du cours Florent. Il en sort en 1994 et depuis cette date, il n'a jamais abandonné le théâtre, d'abord au théâtre Habima de Tel-Aviv, puis au théâtre de Béer Shéva, et enfin à Beit Lessin, où on peut le voir actuellement.

 

lior ashkénaziDécalage. Lior Ashkénazi, nous l'avons dit, est connu du grand public en tant qu'acteur de cinéma et de télévision. Lui-même refuse l'image de "sex symbol" qui lui colle à la peau – surtout depuis son rôle dans Mariage tardif – et se considère avant tout comme acteur de théâtre, sa première passion, qui ne l'a jamais quitté. La raison de ce décalage est simple : en Israël, comme ailleurs, et sans doute plus encore, le fossé s'est creusé depuis plusieurs décennies entre la culture "noble" – théâtre, opéra, etc, - et une culture populaire incarnée par la télévision et le cinéma. La plupart des Israéliens ne vont presque jamais au théâtre, et ceux qui ne lisent pas les suppléments culturels ignorent tout de la carrière théâtrale d'Ashkénazi, sans parler de son rôle dans Oncle Vania...

Lire la suite

20:50 Publié dans CINEMA | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : lior ashkénazi

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu