Avertir le modérateur

27/11/2012

Le nouveau visage du Likoud: de Jabotinsky à Moshé Feiglin, P.I.Lurçat

 

likoud,nétanyahou,feiglinJe me suis rendu dimanche voter, après quelques hésitations, aux primaires du Likoud, et je n’ai pas été déçu. D’abord, parce que les primaires du Likoud sont une grande kermesse et aussi une grande fête démocratique. On y croise toutes sortes de gens, militants de base, membres du comité central et députés et surtout ce « Am’ha » - ce petit peuple coloré et pittoresque – qui constitue jusqu’à aujourd’hui l’électorat du grand parti populaire qu’il a mené au pouvoir en 1977, après trente ans d’hégémonie travailliste.

Bien entendu, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du Jourdain depuis lors… Régulièrement, on nous annonce la fin du Likoud : quand Ariel Sharon a créé l’éphémère parti Kadima, dont j’ai déjà dit ce qu’il incarnait à mes yeux, ou chaque fois que Moshé Feiglin remporte un succès. A en croire certains éditorialistes ce matin, comme Nahum Barnéa ou Sima Kadimon dans Yediot, Feiglin aurait transformé le Likoud en parti d’extrême-droite !

Quand on lit de telles inepties dans les grands médias israéliens, il ne faut pas s’étonner de les retrouver ensuite dans la presse française ou internationale… (Les Mohammed Sifaoui, Caroline Fourest et autres Pascal Boniface auront beau jeu de traiter Nétanyahou, Feiglin et Lieberman de « fachos », en s’abritant derrière la « caution » des éditos de la presse israélienne !)


 

likoud,nétanyahou,feiglin


Nétanyahou, de son côté, a déclaré que le Likoud restait le parti du peuple, tout en regrettant la défaite de Benny Begin et de Dan Meridor. Personnellement, je n’ai aucun regret les concernant. Si le Likoud d’aujourd’hui est plus à droite, c’est qu’il reflète fidèlement la réalité sociologique et politique d’Israël. La gauche est depuis longtemps minoritaire dans le pays, sauf peut-être dans les médias et l’université où elle occupe encore le haut du pavé.

Moshé Feiglin incarne cette nouvelle réalité, que l’on s’en réjouisse ou non. Ceux qui, comme certains de mes amis betarim, considèrent qu’il n’a pas sa place au Likoud, font à mon avis une grave erreur. Car le Likoud n’appartient à personne, pas même à Benny Begin : le Likoud appartient à ses électeurs, et ceux-ci se sont exprimés démocratiquement, en élisant une liste à droite, reflet de leurs opinions. Rien ne serait plus contraire aux idées des fondateurs du Likoud que de le voir se transformer en parti élitiste, coupé de sa base, celle que l’on voyait dimanche à Binyané Ouma : Mitnahalim de Judée-Samarie, Juifs orientaux et éthiopiens, avec ou sans kippa, et même des ‘harédim !

Likoud, Nétanyahou, FeiglinJe me suis rendu dimanche, après quelques hésitations, aux primaires du Likoud, et je n’ai pas été déçu. D’abord, parce que les primaires du Likoud sont une grande kermesse et aussi une grande fête démocratique. On y croise toutes sortes de gens, militants de base, membres du comité central et députés et surtout ce « Am’ha » - ce petit peuple coloré et pittoresque – qui constitue jusqu’à aujourd’hui l’électorat du grand parti populaire qu’il a mené au pouvoir en 1977, après trente ans d’hégémonie travailliste. Bien entendu, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du Jourdain depuis lors… Régulièrement, on nous annonce la fin du Likoud : quand Ariel Sharon a créé l’éphémère parti Kadima, dont j’ai déjà dit ce qu’il incarnait à mes yeux, ou chaque fois que Moshé Feiglin remporte un succès. A en croire certains éditorialistes ce matin, comme Nahum Barnéa ou Sima Kadimon dans Yediot, Feiglin aurait transformé le Likoud en parti d’extrême-droite !  Quand on lit de telles inepties dans les grands médias israéliens, il ne faut pas s’étonner de les retrouver ensuite dans la presse française ou internationale… (Les Mohammed Sifaoui, Caroline Fourest et autres Pascal Boniface auront beau jeu de traiter Nétanyahou, Feiglin et Lieberman de « fachos », en s’abritant derrière la « caution » des éditos de la presse israélienne !)J’ai déjà dit tout le bien que je pensais de Yariv Lévin [photo ci-contre], jeune député prometteur arrivé en 9e place. On peut en dire autant de Tsippi Hotobelli ou de Zeev Elkin. Ceux qui affirment aujourd’hui que Jabotinsky ne se reconnaîtrait pas dans le nouveau visage du Likoud se trompent, car Feiglin s’est toujours réclamé du double héritage de Jabo et du rav Kahana, ce qui n’a rien de contradictoire.

Comme je l’écris dans la postface à l’Histoire de ma vie de Jabotinsky, que j’ai eu l’honneur de traduire en français, « Jabotinsky a laissé une œuvre suffisamment riche et complexe pour que des hommes aux idées très différentes se réclament de lui… » Je suis persuadé, pour avoir beaucoup fréquenté ses écrits, que Jabo serait très content du résultat des primaires au Likoud!

NB Je participerai à la soirée Livre en fête à Ashdod, mardi 4 décembre, où je présenterai l’Histoire de ma vie de Jabotinsky.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu