Avertir le modérateur

07/11/2012

Devant les membres de la section francophone du parti Israël Beitenou à Jérusalem : Avigdor Lieberman : « Il faut dissoudre l’Autorité palestinienne »

 

Avigdor-Lieberman-5.jpgUn public francophone nombreux se pressait dans les bureaux du siège du parti Israël Beitenou à Jérusalem, lundi 5 novembre, pour écouter le ministre des Affaires étrangères israélien, Avigdor Lieberman. Parmi les militants et sympathisants venus de tout le pays, on remarquait la présence du directeur du Ptit Hebdo, le dynamique Abraham Azoulay. La section francophone du parti Israël Beitenou, créée par Ariel Picard il y a plus d’un an, dispose aujourd’hui d’antennes à Ashdod, Ashkélon, Natanyah et Raanana, et rencontre un succès grandissant au sein du public francophone israélien.

Le ministre des Affaires étrangères tenait beaucoup à répondre aux questions des francophones, même s’il a été contraint en dernière minute d’écourter sa présence, en raison des manœuvres de Mahmoud Abbas, qui tente une nouvelle fois d’obtenir la reconnaissance d’un « Etat palestinien » sur la scène internationale… C’est précisément sur ce sujet brûlant qu’a porté la première question, posée par une spécialiste du sujet, Karin Calvo, qui est professeur de droit international et auteur d’un ouvrage remarqué sur la Cour pénale internationale.

Dans sa réponse, Avigdor Lieberman a rappelé qu’Israël avait contrecarré l’an dernier la précédente tentative palestinienne d’obtenir la reconnaissance d’un Etat devant le Conseil de Sécurité de l’ONU, mais que la situation était différente à l’Assemblée générale, où les Palestiniens bénéficiaient d’une majorité automatique, grâce aux voix des pays musulmans et des pays « non alignés ».


 

REUNION ISRAEL BEITENOU.jpg


A cet égard, Avigdor Lieberman a affirmé qu’Israël devrait faire payer à Mahmoud Abbas un prix fort, pour cette violation flagrante des accords conclus avec Israël : ce prix doit selon lui être la dissolution de l’Autorité palestinienne et le départ d’Abou Mazen du pouvoir. Ces propos cinglants tranchent avec ceux du Président Shimon Pérès et des autres supporters du dirigeant palestinien, adulé par une frange de l’establishment politique et médiatique israélien…

Un disciple de Zeev Jabotinsky

Le deuxième sujet abordé par Avigdor Lieberman a été la question délicate des rapports entre l’Etat et la religion (« dat ou médina »). Sur ce sujet aussi, il a tenu des propos éclairants, qui contredisent l’image que beaucoup de francophones ont encore de son parti, Israël Beitenou, considéré à tort comme antireligieux. « Ceux qui parlent de séparer l’Etat de la religion ne savent pas de quoi ils parlent… Nous sommes le seul peuple au monde dont l’appartenance nationale et la religion se confondent. Ce que nous voulons, c’est séparer la religion de la politique politicienne…

« Il y a un proverbe russe qui dit ‘Plus on s’approche de l’Eglise, plus on s’éloigne de Dieu’. Ce qui se passe au sein des conseils religieux (« moatsot datiot ») n’est pas à l’honneur du judaïsme… Personnellement, je ne suis pas un Juif pratiquant, mais ma femme et ma fille sont des « dossiyot » (juives orthodoxes)… Nous habitons en Samarie, à Nokdim, localité mixte où vivent des Juifs pratiquants et non pratiquants en bonne harmonie ».

Jabotinsky_gallery2_big.jpgLieberman a exprimé le souhait que cette coexistence harmonieuse serve d’exemple au pays tout entier. Il a aussi affirmé que ses conceptions en matière de rapports entre l’Etat et la religion se rattachaient à celles du fondateur du Betar, Vladimir Zeev Jabotinsky.

Le ministre des Affaires étrangères s’est ensuite prononcé en faveur d’un changement de régime politique et de l’adoption d’un régime présidentiel et pour une séparation du pouvoir exécutif (le gouvernement) et du pouvoir législatif (Knesset) : « un ministre ne doit pas être en même temps député ». Enfin, il a renouvelé son opposition aux concessions territoriales, notamment sur le plateau du Golan, et s’est dit favorable au slogan « La paix contre la paix ».

Malgré la relative brièveté de son intervention, Avigdor Lieberman a fait une forte impression sur son auditoire, celle d’un dirigeant politique intelligent et cultivé – très différent de l’image véhiculée par les médias israéliens et étrangers – qui s’inscrit dans la lignée du fondateur du parti sioniste révisionniste, Zeev Jabotinsky.

Pierre Itshak Lurçat, avec Sarah Yahdav

 

Pour plus de renseignements sur la section francophone d’Israël Beitenou, contacter ariel picard <apicard@netvision.net.il>.

Commentaires

Bonjour peut on devenir adhérents israel beitenou en habitants en france
Si oui peut on me donner la marche a suivre.
Il me semble qu il faille etre tres vigilant que les alliance d hier ne seront pas
Forcement celle de demain .il faut faire la paix mais pas dans n importe quelles conditions.
Monsieur liberman effraye mais moi il me reconforte je partage sa vision qu il a pour israel et que beaucoup de juifs francais partage ce point de vue.

Écrit par : attia eliel | 08/11/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu