Avertir le modérateur

28/06/2012

Les Nétouré Karta : une secte antisioniste ultraminoritaire et malfaisante

netoure karta,antisionisme,ahmadinejadDerrière les images choquantes de Juifs orthodoxes habillés en noir, donnant l'accolade au président iranien Ahmadinejad, lors d'une conférence négationniste sur la Shoah à Téhéran, se trouvent les "Nétouré Karta", groupuscule juif extrémiste qui se désigne du nom de "gardiens de la Cité", mais dont toute l'action politique et médiatique est fondée sur une haine viscérale de l'Etat juif, qui l'a conduit à pactiser avec les pires ennemis d'Israël et du peuple juif à l'époque contemporaine. Quelles sont l'histoire et l'idéologie de cette secte ultraminoritaire, mais très active, et quelle place occupe-t-elle au sein du monde juif orthodoxe?

 

"Nétouré Karta" : ce nom signifie en araméen les "gardiens de la Cité", d'après une citation du Talmud. Ils sont apparus en 1938, à la suite d'une scission au sein de l'Agoudath Israël. En effet, à partir des années 1930, le parti politique juif orthodoxe créé en Pologne en 1912 a été amené à tempérer progressivement son opposition au sionisme, en raison de la montée du nazisme en Allemagne et aussi de l'apparition du mouvement Poalé Agoudath Israël (branche ouvrière de l'Agouda), beaucoup plus pragmatique.

 

L'évolution du judaïsme orthodoxe vers une attitude plus pragmatique se traduit par l'instauration d'une collaboration avec les institutions sionistes, notamment pour organiser l'alyah des communautés juives d'Europe de l'Est. Lors de la proclamation de l'Indépendance de l'Etat d'Israël, l'Agouda entre dans le gouvernement provisoire. Depuis cette date, le parti juif orthodoxe a toujours maintenu sa politique de participation au pouvoir, tout en se définissant comme "non sioniste".

 

Lire la suite

26/06/2012

"Nietzsche l'Hébreu": rencontre avec le professeur Yakov Golomb, Pierre Itshak Lurçat

Nietzsche, Juifs, sionismeQue pensait Nietzsche des Juifs ? Quelle fut l'influence du grand philosophe allemand sur plusieurs éminents penseurs et hommes de lettres, qui jouèrent un rôle décisif dans l'évolution culturelle et politique du judaïsme européen, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle ? En quoi le sionisme politique est-il redevable à la pensée de Nietzsche ? La réponse à ces questions – qui peuvent paraître saugrenues au lecteur non averti – se trouve dans le dernier livre que vient de publier en Israël le professeur Jacob Golomb, "Nietzsche l'Hébreu". Ce livre n'est pas réservé aux seuls spécialistes de la philosophie, car son thème véritable, très actuel, est au cœur du combat pour l'identité culturelle de l'Etat juif : à savoir, la "transmutation des valeurs" opérée par les penseurs qui furent à l'origine de la création du sionisme politique. Rencontre avec un Juif nietzschéen.

 

Jacob Golomb me reçoit dans son appartement du quartier de Beit Hakerem, à Jérusalem. Dans sa bibliothèque très fournie, les écrits de Nietzsche côtoient ceux des penseurs sionistes et des grands philosophes européens. Golomb enseigne la philosophie à l'université hébraïque de Jérusalem, et il est devenu au fil des ans un spécialiste de Nietzsche, auquel il a consacré plusieurs ouvrages. Il a aussi édité ou traduit en hébreu de nombreux classiques de la philosophie européenne, comme Rousseau, Husserl, Sartre ou Lévinas. Golomb est né à Wroclav, en Pologne, en 1947, de parents rescapés de la Shoah qui avaient tous deux perdu toute leur famille. Il fait partie de ces enfants qu'une chercheuse israélienne a qualifiés de "bougies du souvenir" (ner zikaron) : enfants nés après la Shoah de parents qui avaient perdu tous leurs proches et ont voulu reconstruire leur vie, en fondant une nouvelle famille.

 

nietzsche,juifs,sionisme

Yaakov Golomb

 

Mais Jacob Golomb préfère ne pas s'étendre sur ce sujet, pour entrer dans le vif du thème de notre entretien : son dernier livre, Nietzsche l'hébreu. Ce livre est le fruit d'une recherche approfondie, fondée notamment sur une bibliographie exhaustive de tous les livres et articles écrits en hébreu concernant le philosophe allemand, depuis 1892 (année de la parution du premier article sur Nietzsche, écrit par Micha Yosef Berditchevski) et jusqu'à nos jours. On constate que l'intérêt pour Nietzsche n'a pas faibli depuis cette époque lointaine, comme l'atteste le fait que la récente re-traduction en hébreu d'Humain, trop humain se soit vendue à 30 000 exemplaires. A la question de savoir ce qui justifie cet engouement pour le penseur allemand, Golomb me répond sans hésiter que la société israélienne se trouve, aujourd'hui encore, en plein processus de recherche d'identité, et que le thème de l'identité et de l'authenticité est précisément au cœur de l'œuvre nietzschéenne.

 


Lire la suite

17:06 Publié dans Interview | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nietzsche, juifs, sionisme

24/06/2012

L’Idéal du kibboutz, un roman magnifique de Shakin Nir

9782912833327FS.gifDans le nouveau livre qu’il vient de publier en Israël, Amos Oz revient à la vie du kibboutz, tournant son regard vers « la solitude qui existait au sein de cette société où il n’y avait en principe pas de place pour elle. » Dans un entretien du Haaretz, il explique que « l’idéal primitif du kibboutz était d’une audace inouïe : il ne s’agissait pas moins de changer tout de suite la nature de l’homme » – et il fait cette confidence : « La vérité c’est que je n’ai jamais tout à fait réussi à quitter le kibboutz… » La puissance de cet attachement, la franchise désarmée de cet aveu, le mot même d’idéal employé par le grand romancier israélien signalent la prégnance de celui-ci dans l’univers israélien contemporain, alors même que le pays a réorganisé sa relation à la terre et sa structure sociale pour affronter de nouveaux défis majeurs. La génération des bâtisseurs d’Israël et aussi ses admirateurs en France n’ont peut-être pas dissipé le malaise éprouvé à la disparition de cet « idéal », qui suscite la nostalgie ou pas. Mais si Shakin Nir en est un témoin important, ce n’est pas seulement parce qu’il décrit cette disparition dans une langue magnifique – la nôtre, qu’il a moins oubliée que nous-mêmes. Mais surtout parce qu’il sait et prouve que si cet idéal a sombré il devra subsister sous la forme de l’héritage à défendre par la génération suivante…

Lire la suite

17:13 Publié dans Heroisme juif, Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : kibboutz

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu