Avertir le modérateur

05/09/2014

La révolution juive de la musique israélienne, P.I.Lurçat

sHULI RAND2.jpgLa présence remarquée du chanteur Shouli Rand au festival de Césarée, le mois dernier, était sans doute un signe des temps : après avoir été longtemps considérés comme marginaux et tenus à l'écart de la scène musicale israélienne, les chanteurs religieux occupent aujourd'hui le devant de la scène. Enquête sur un phénomène de société, qui prend les allures d'une véritable révolution.

 

Il ne s'agit plus en effet d'une simple téchouva individuelle chez certains artistes, qui a toujours existé, mais bien plutôt d'un phénomène collectif, qui touche à la fois des chanteurs – de plus en plus nombreux – mais aussi le grand public, aujourd'hui avide de musique juive. La musique juive n'est plus considérée comme "tabou" ou "ringarde" en Israël, et les disques hassidiques ou orientaux, autrefois relégués au fond des bacs dans les magasins, sont aujourd'hui en devanture, et figurent souvent sur la liste des meilleures ventes. Cette révolution musicale concerne des artistes aussi divers et talentueux qu'Amir Benayoun, Meir Banai, Chlomo Gronich ou Beri Sarahoff, pour ne citer qu'eux [voir encadré].

Un retour aux racines juives

Dans un pays d'émigration et de "kibboutz galouyiot" [Rassemblement des exilés] comme Israël, la scène musicale a toujours été très variée et traversée par des courants multiples. Pendant longtemps, les chanteurs populaires ont subi – tout comme leurs homologues du monde occidental – l'influence de la musique anglo-américaine. Beaucoup de chanteurs israéliens sont ainsi partis, dans les années 1960 et 1970 notamment, chercher l'inspiration ou tenter leur chance aux Etats-Unis ou en Europe, et en particulier en France (l'exemple le plus fameux est Mike Brant, mais il est loin d'être le seul. Nous avions évoqué dans ces colonnes le cas d'Ariel Zilber *).

À une certaine époque, la recherche d'inspirations nouvelles s'est exprimée par le retour de certains chanteurs à leurs racines juives sépharades (David Broza), grecques (Yehouda Poliker) ou turques (Beri Saharof). Mais il s'agissait surtout de donner une "couleur locale" à leur musique, et de trouver des mélodies ou des rythmes exotiques. Le contenu de leurs chansons, lui, restait entièrement israélien et occidental, et les chansons à thème spécifiquement juif demeuraient confinées au secteur (et pour ainsi dire, au ghetto) hassidique et religieux. Tout commence à changer il y a environ une dizaine d'années. C'est l'époque où Shouli Rand travaille à son premier album, en collaboration avec Ehoud Banai (cet album ne sera finalement pas produit).

Ety  Ankri aujourd'hui2.jpgShouli Rand et Etti Ankri, deux parcours emblématiques

Le parcours spirituel et artistique de Shouli Rand est emblématique et représentatif de celui de sa génération. Ayant grandi dans un milieu sioniste religieux, il s'éloigne de la pratique religieuse à 18 ans et entame une carrière d'acteur de théâtre. En 1992, il joue dans le film d'Assi Dayan, La vie selon Agfa, qui lui vaut l'oscar israélien du meilleur premier rôle. En 1998, il fait téchouva et devient un adepte du mouvement hassidique Braslav. Après une interruption de 7 ans dans sa carrière, il revient au cinéma dans le film très remarqué, Ushpizin. En avril 2008, il sort son premier album, "Nékouda tova", dont les textes sont marqués par l'influence de Rabbi Nahman.

Rand a commencé sa carrière musicale à peu près en même temps que sa téchouva, contrairement à d'autres artistes, qui se trouvaient déjà au sommet de leur carrière lorsqu'ils sont (re)venus à la pratique de la Torah et des mitsvot. C'est notamment le cas d'Etti Ankri, chanteuse israélienne qui a connu un grand succès dans les années 1990. Sa carrière a suivi au début un parcours classique : elle fait son service militaire dans une formation musicale, étudie la musique et sort son premier album en 1990. Le succès est quasiment instantané, et elle est proclamée "chanteuse de l'année" par la radio Reshet Guimel.

 Son processus de téchouva débute en 1994, sous l'influence de Yémima Avital (célèbre éducatrice et mystique). En mars 2009, après 5 ans d'interruption, elle sort son dernier album, florilège de poèmes du célèbre rabbin Yehouda Halévi, mis en musique par Ankri. Dans une longue interview au supplément culturel de Ha'aretz, à l'occasion de la sortie de son album, Etti Ankri explique son cheminement. Elle se produit désormais sur scène la tête entièrement couverte et avec des manches longues. Elle a même envisagé de réserver ses concerts à un public exclusivement féminin, mais elle affirme ne pas avoir encore franchi ce cap...

___________________________________________________________________________________

 

Devenir agent immobilier en Israël: c'est possible!

NB Possibilité de formation à distance pour les élèves demeurant encore en France.

 

Pour la septième année consécutive, PIL FORMATION organise une préparation à l'examen d'agent immobilier israélien destinée aux francophones. Le taux de réussite depuis 2007 est de plus de 70 %!


La formation débutera fin octobre 2014 à Tel-Aviv.

Inscriptions par téléphone

Itshak 054 807 64 00

ou par email à l'adresse

pierre22@012.net.il



De Bob Dylan à Rabbi Nahman

Malgré la multiplication des chansons à thème et/ou à contenu juif, inspirées par les "piyoutim" du Moyen-Age ou par les Psaumes, la révolution juive de la musique israélienne ne l'a pas entièrement coupée du monde musical occidental. Bien au contraire, comme l'expliquait le chanteur Ovadia Hamama – auteur du grand tube "Ana Be-koa'h" – dans une interview à Makor Rishon, une grande partie des chanteurs de la dernière génération, qui ont fait téchouva, ont grandi avec la musique des Pink Floyd, des Beatles et de Bob Dylan. Lorsqu'ils sont devenus religieux, voire même ultraorthodoxes, ils n'ont pas oublié leur passé et leur culture musicale occidentale.

 

Certains d'entre eux, comme Shouli Rand, ont même décidé, parfois sur le conseil de leurs rabbins, d'utiliser leurs talents et leurs connaissances musicales pour "rapprocher" le public israélien de la religion, suivant la conception selon laquelle leurs dons étaient un "cadeau de Dieu" devant être utilisé comme un instrument de prosélytisme... Cette approche missionnaire est particulièrement présente chez Rand, hassid de rabbi Nahman qui n'oublie jamais, lors de chacun de ses concerts – y compris devant un public laïque à Tel-Aviv – de faire passer un message de Torah, souvent avec humour.

 Cette révolution juive de la scène musicale s'inscrit en fait dans un mouvement plus vaste, qui concerne tous les domaines de la vie culturelle en Israël : musique, cinéma, théâtre, et même littérature. La création d'écoles de cinéma et de théâtre dans le secteur religieux ; la prise de conscience de l'importance de la culture en tant que vecteur politique ou spirituel ; l'émergence d'une génération de jeunes artistes ayant grandi dans des familles pratiquantes ; et le retour aux racines juives de nombreux artistes confirmés : tous ces facteurs expliquent le bouleversement que subit actuellement – de manière plus ou moins visible – la scène culturelle israélienne, et l'apparition d'une culture juive authentique et originale.

 

* Voir "Ariel Zilber, du Rock israélien au judaïsme Habad", Israël Magazine, août 2008.

 

La "téchouva" des chanteurs

MEIR BANAI.jpg

 

 

Parmi les artistes illustrant le retour aux racines juives, la famille Banai occupe une place de choix, avec Ehoud Banai, et les frères Evyatar et Meir Banai (neveux de Yossi Banai). Ehoud et Evyatar ont tous deux écrit et chanté des piyoutim mis en musique ou des chansons inspirées des Psaumes ou du Cantique des Cantiques. Parmi les autres chanteurs qui ont fait téchouva, citons Amir Benayoun, Yéhouda Saado (vainqueur de l'émission "Kokhav nolad en 2005), Adi Ran (chanteur de rock hassidique), Aharon et Yonathan Razel, Etti Ankri, Shouli Rand et Daniel Zamir (saxophoniste fameux, devenu un hassid de Habad). P.I.L.

 

ARTICLE PARU DANS ISRAEL MAGAZINE, Décembre 2009

___________________________________________________________________________

 

immobilier,israel

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu