Avertir le modérateur

19/12/2010

IMMOBILIER – Le gouvernement israélien annonce de nouvelles incitations fiscales

http://www.israelvalley.com/news/2010/12/17/29538/israelvalley-immobilier-le-gouvernement-israelien-annonce-de-nouvelles-incitations-fiscales-destinees-a-accroitre-le-stoc

Les ministres des Finances et du Logement ont annoncé, ensemble, de nouvelles mesures fiscales en vue de décourager l’achat d’immobilier à des fins d’investissement. Ce plan devrait permettre d’augmenter le stock de logements proposés à la vente et de freiner la hausse des prix de l’immobilier. Les mesures annoncées par les ministres Youval Steinitz (Finances) et Ariel Attias (Logement) comprennent deux volets principaux:

1. l’impôt foncier payé pour l’achat d’un deuxième et troisième logement augmentera au cours des deux années à venir: les nouvelles tranches de l’impôt seront de 5%, 6% et 7% de la valeur de l’immobilier, au lieu de 3,5% et 5% aujourd’hui;

2. le propriétaire, qui vendra son deuxième ou troisième appartement dans les deux années qui viennent, sera exonéré de la taxe sur la plus-value foncière dite, en hébreu, Mass Shevah.

Cette série d’incitations fiscales vient compléter les autres mesures annoncées par le Premier ministre Benyamin Netanyahou le mois dernier:

1. La taxe sur la plus-value foncière est abaissée de 40% à 25% pour encourager les propriétaires de terrains non construits de les vendre;

2. Les promoteurs immobiliers bénéficieront d’une réduction de 15% sur l’achat de terrains, à condition que la construction soit achevée dans un délai de trente mois;

3. Le gouvernement accordera des aides financières aux municipalités pour la construction de bâtiments publics, comme écoles, jardins d’enfants et espaces verts.

L’ensemble de ces mesures vise donc un double objectif: d’une part, mettre sur le marché davantage logements disponibles; de l’autre, accélérer le rythme de la construction. Le gouvernement israélien estime que de telles incitations sont de nature à accroître l’offre de logements, qui est une des causes de la pénurie actuelle d’immobilier, à la vente ou à la location.

Jacques Bendelac (Jérusalem)

pierre_lurcat_quart.jpg

 

14/12/2010

Avigdor Lieberman, une lueur d’espoir dans la politique israélienne

Parmi les nombreuses révélations figurant dans la masse des documents publiés sur Wikileaks, une des plus intéressantes concernant Israël est sans doute celle selon laquelle le Premier ministre, Binyamin Nétanyahou, a repris à son compte l’idée de son ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, d’un échange de territoires entre Israël et un futur Etat palestinien (tout en se gardant bien de le dire tout haut, sans doute pour ne pas déplaire aux médias et à l’aile gauche de sa coalition). Cette idée peut plaire ou non, mais il faut lui reconnaître en tout cas le mérite de la logique. Contrairement à tous les chantres de « La Paix maintenant » – dont les idées subversives ont gagné de larges secteurs de l’opinion israélienne et de l’échiquier politique, au cours des trois dernières décennies – Liebermann soutient le principe fondamental de la réciprocité. Si un nouvel Etat palestinien devait, à D. ne plaise, voir le jour à l’Ouest du Jourdain (le troisième, puisqu’il en existe déjà un de facto à Gaza et un autre en Jordanie…), la moindre des choses serait d’exiger que cet Etat intègre les populations arabes hostiles du « triangle », en échange de l’annexion par Israël des blocs d’implantation en Judée-Samarie.

Jabotinsky_gallery1_big.jpgJe ne suis certes pas partisan de la création d’un troisième Etat palestinien et de l’abandon par Israël du cœur de sa patrie historique, étant attaché à l’intégrité territoriale de notre petit pays, qui nous appartient tout entier, selon les mots célèbres du poème de Jabotinsky ("Koula sheli"…) Mais je considère néanmoins, comme beaucoup de Juifs en Israël, qu’Avigdor Lieberman incarne un vent d’espoir dans la politique israélienne. Il représente en effet, par son parler vrai et par le nouvel élan qu’il a donné à la diplomatie israélienne, une nouvelle manière de penser et d’agir, dans une vie politique qui est devenue trop souvent synonyme, ces dernières années, de trahison et de renoncements. SUITE>>>

Lire la suite

07/12/2010

Le tournant eurabien de Caroline Fourest

Une intellectuelle engagée au service d'Eurabia

 

 

fourest.jpgCertains lecteurs se sont étonnés du dernier article de Caroline Fourest dans Le Monde, intitulé "Israël contre Obama", dans lequel la chroniqueuse du quotidien du soir attaque l'Etat hébreu, avec une virulence inédite sous sa plume, employant des expressions telles que "fanatisme" ou "violence disproportionnée" que n'aurait pas reniées Tariq Ramadan lui-même... Pour comprendre cette évolution, il faut lire l'analyse éclairante que vient de publier Radu Stoenescu dans Riposte Laïque. Analysant la récente joute télévisée entre Fourest et Ramadan, Stoenescu remarque que la militante des droits des homosexuels s'est montrée dogmatique et peu convaincante face au prédicateur islamiste, concentrant toutes ses attaques sur le thème réducteur des opinions de Ramadan sur l'homosexualité, au lieu d'exposer publiquement son projet politique.

 

La malhonnêteté intellectuelle de Caroline Fourest

 

L'explication profonde de cette attitude, révèle Stoenescu, tient au fait que Mme Fourest travaille depuis plusieurs mois pour une institution européenne très marquée politiquement, la Fondation Anna Lindh. Avant de montrer les implications de ce fait capital, je voudrais faire une parenthèse personnelle. J'avais moi-même constaté depuis longtemps l'insuffisance du raisonnement de Caroline Fourest concernant l'islam politique, et la malhonnêteté de son attitude intellectuelle. En effet, lorsque j'ai publié mon premier livre – Le Sabre et le Coran, portant sur le même sujet que celui de Fourest, à savoir la famille Ramadan – j'ai été étonné de constater que mon manuscrit, remis au printemps 2005, a "dormi" dans un tiroir chez mon éditeur jusqu'à la rentrée de septembre, alors qu'il portait sur un sujet d'actualité brûlante... La raison de cette mise au placard me fut donnée bien plus tard, lors d'une rencontre avec la chercheuse Fiametta Venner (auteure d'un livre documenté sur l'UOIF).

 

Celle-ci ayant été attaquée en diffamation par le CBSP (Comité de Bienfaisance et de Soutien aux Palestiniens), pour avoir révélé dans son livre les liens entre le CBSP et le Hamas, je lui proposai de nous rencontrer lors d'un de mes passages en France pour lui remettre des documents, réunis par les autorités israéliennes depuis plusieurs années, établissant de manière indiscutable le fait que le CBSP était l'organe de collecte du Hamas en France. Au détour de notre conversation, mon interlocutrice me révéla ingénument que Caroline Fourest avait voulu empêcher la parution de mon livre, en suggérant à son éditeur de m'attaquer pour plagiat ! Celle-ci renonça finalement à son projet mais obtint (par des moyens que j'ignore) que mon éditeur retarde la parution de mon livre sur Ramadan, pour ne pas lui porter ombrage...

 

Si je révèle aujourd'hui cette anecdote personnelle, c'est parce qu'elle en dit long – me semble-t-il – sur les procédés intellectuels de Mme Fourest. Plus qu'un simple sujet de recherche, Tariq Ramadan lui a servi de tremplin pour entamer sa carrière. Et de fait, elle a réussi un "beau parcours"... La journaliste-militante est aujourd'hui chroniqueuse au Monde et à France Culture, enseignante à Sciences Po et membre de la Fondation Anna Lindh. Or cette fondation n'est pas, comme on pourrait le croire, un simple organisme de recherche, mais un acteur politique aux moyens financiers considérables et aux visées bien précises... Acteur central du "Partenariat euro-méditerranéen", la Fondation Anna Lindh est en fait, comme l'a montré Bat Ye'or dans son livre Eurabia *, le cheval de Troie de l'islamisation culturelle et politique de l'Europe.

 

Annihiler toute vélléité de résistance

 

De même que l'URSS recrutait autrefois des intellectuels prestigieux en Occident (comme Ernest Hemingway) pour défendre la politique de la "patrie du socialisme", l'Union européenne recrute aujourd'hui des intellectuels – par le biais de la Fondation Anna Lindh – pour défendre le projet politique euro-méditerranéen. Et si Mme Fourest pourfend aujourd'hui le "fanatisme" israélien et s'abstient de dénoncer le projet politique de Tariq Ramadan – préférant le contredire uniquement sur le sujet très réducteur de l'homosexualité – c'est parce qu'elle est devenue une intellectuelle au service du projet euro-méditerranéen. Ce projet n'est d'ailleurs pas du tout incompatible – loin s'en faut – avec celui de Ramadan : il est en fait le second versant de l'entreprise islamiste de conquête de l'Europe. Tandis que Ramadan et les autres prédicateurs de l'islam conquérant s'emploient à islamiser et à réislamiser les populations européennes, Caroline Fourest et ses collègues de la Fondation Anna Lindh s'emploient de leur côté à annihiler toute vélléité de résistance de la part de ces mêmes populations, en s'en prenant par exemple à Riposte Laïque, qui constitue le principal pôle de résistance citoyenne face à l'islamisation de la France...

 

Mme Fourest dévoile au détour d'une phrase de sa tribune du Monde son nouvel engagement politique eurabien, lorsqu'elle écrit que "les alliances changent de camp" [sic] et que "l'illusion d'un choc entre bloc musulman et bloc occidental a vécu..." Effectivement, les alliances "changent de camp" ! Caroline Fourest a depuis longtemps abandonné le camp du combat contre l'islam politique conquérant, pour rejoindre celui de "l'alliance des civilisations" et du "partenariat euro-méditerranéen". Ces deux expressions, caractéristiques du novlangue technocrate eurabien, désignent en fait l'alliance forgée entre l'Union européenne et les pays arabo-musulmans, au lendemain du choc pétrolier de 1973, contre Israël et contre les Etats-Unis [voir le livre Eurabia sur ce sujet] L'intellectuelle militante des droits de l'homme, recrutée par la puissante Fondation Anna Lindh, est ainsi devenue une fonctionnaire d'Eurabia.

 

 

* Bat Ye'or, Eurabia, l'axe euro-arabe, éd. Jean-Cyrille Godefroy 2006.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu