Avertir le modérateur

11/05/2010

Lettre ouverte à Alain Finkielkraut

JCall ou la défaite de la pensée

 

Je vous ai écouté, l'autre jour, sur une radio juive parisienne, tenter d'expliquer les raisons de votre signature sur l'appel de "Jcall", par lequel vous nous appelez, de votre lointaine ville des Lumières, nous Israéliens, à renoncer à la Judée, la Samarie et à la moitié de Jérusalem, au nom de votre idée très particulière de la "raison"... Je vous ai écouté, Monsieur Finkielkraut, et pour la première fois depuis que je vous connais – c'est-à-dire depuis que je vous lis, vous écoute ou vous regarde exposer vos idées – j'ai eu le sentiment que le roi était nu. Votre faconde, votre style inimitable, votre éloquence et surtout votre intelligence de philosophe étaient soudainement pris en défaut.

finky.jpg

 

Quand Shlomo Malka vous a demandé pourquoi vous aviez signé cet appel, vous n'avez rien trouvé à dire, sinon que vous aviez téléphoné à David Grossman, qui vous avait donné son feu vert, son blanc-seing pour signer.... Grossman est un écrivain de talent, réputé en Israël comme à l'étranger. Mais voyez-vous, en Israël aussi, on peut être un grand écrivain et défendre des idées politiques absurdes. Grossman est pourtant quelqu'un d'honorable, qui s'est acquis la sympathie du public lorsqu'il a  perdu son fils, lors de la Deuxième Guerre du Liban et qu'il a refusé de serrer la main de l'ancien Premier Ministre Ehoud Olmert. Mais ses idées politiques ne représentent pas un pour cent de l'électorat... Et puis, demander l'avis d'un  écrivain israélien pour signer un texte qui appelle l'Union européenne à faire pression sur notre gouvernement démocratiquement élu, à quoi cela rime-t-il ?

 

defaite pensee.jpgJ'ai admiré jadis votre intelligence. J'avais lu votre livre La défaite de la Pensée quand j'avais vingt ans, sans me douter que j'assisterais vingt ans plus tard à la défaite de votre pensée... Je sais que vous êtes, comme tout homme, pétri de contradictions : philosophe et supporter de football, ami de Kundera et de Zeev Sternhell, politiquement plutôt conservateur en France et à la gauche de la gauche en Israël... Et le Juif en vous n'est pas moins pétri de contradictions. Dans votre livre le plus sincère, Le Juif imaginaire, vous évoquiez votre nostalgie du Yiddishland de vos grands-parents que vous n'avez pas connus. Depuis lors, vous vous êtes souvent illustré en tant que défenseur d'Israël, parfois courageux, mais toujours dans les limites intellectuelles et territoriales très restreintes de ce que vos amis israéliens de "Chalom Archav" vous dictent.

 

Je ne vous conteste pas le droit de choisir votre camp politique en Israël. Vous lisez sans doute (sur Internet)Anat-Kam.jpg Ha'aretz, le "journal des gens qui pensent", et vous êtes politiquement plus proche d'un Ouri Blau ou d'une Anat Kam que des fils de Myriam Peretz, ces affreux "colons" qui avaient le toupet de prétendre vivre en Samarie, et qui ont donné leur vie pour que nous ayions tous le droit de vivre libres sur notre Terre ! Je ne veux pas épiloguer sur la trahison que constitue à mes yeux le fait de vouloir contourner les choix démocratiques d'un peuple en appelant à des pressions étrangères sur son gouvernement. J'ai déjà dit tout le mal que j'en pensais et d'autres que moi l'ont dit aussi. Une simple question me taraude. Qui êtes vous? C'est la question que vous posait Benny Levy, malheureusement trop tôt disparu, qui vous aurait sûrement dit ce qu'il pensait de votre signature. (Il n'était pas sioniste à proprement parler, mais il aimait la Terre d'Israël. Un jour que je le croisai à Paris, il s'enquit des raisons de mon séjour prolongé hors d'Israël. "Et Eretz Israël ?" me demanda-t-il, avec son éternel sourire...)

 

bennylevy.jpgJe voudrais croire que vous n'êtes pas sincère quand vous signez cet appel. Que votre fameuse et "redoutable" sincérité – que vantait il y a peu Kundera, devant les centaines d'admirateurs parisiens venus vous écouter religieusement – et votre intelligence ont été prises en défaut, et que vous avez été abusé par les manoeuvres de Chalom Archav, ce grouspucule financé par l'Union Européenne (encore elle!) pour saborder la démocratie israélienne. La prochaine fois qu'une pétition contre le gouvernement israélien circulera dans votre cellule de La Paix Maintenant, assis au café de Flore ou aux Deux Magots, réfléchissez-y à deux fois. Au lieu d'appeler David Grossman pour lui demander son avis, ayez plutôt une pensée pour Benny Lévy, ancien maoïste devenu un Juif authentique, qui vivait à Jérusalem. Benny s'était souvent trompé dans sa courte vie, mais il avait le courage et l'honnêteté, lui, de savoir reconnaître ses erreurs...

 

Pensez aussi à Emmanuel Lévinas, dont vous revendiquez l'héritage intellectuel, et qui avait un jour répondu, à un journaliste qui l'interrogeait sur la politique israélienne (espérant lui faire exprimer une "critique du gouvernement israélien" – c'était déjà de bon ton à l'époque), "Je m'interdis de critiquer Israël, car je n'ai pas fait le choix de cette noble aventure". Belle leçon d'humilité pour vous et vos amis du Jcall, Monsieur Finkielkraut.

 

Pierre Itshak Lurçat

Jérusalem

22:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : jcall, finkielkraut

Commentaires

Bravo, Pierre ! vous avez tout dit de ce qu'il fallait dire à cet "égaré" qui nous a tous déçus.
Il faut croire que le travail de sape des soit -disant "juifs amis d'Israël" a contaminé même les meilleurs !

Gisèle Grynberg

Écrit par : Gisèle Grynberg | 11/05/2010

excellente répartie à cet égaré !

Écrit par : AISH | 11/05/2010

Egaré , le mot est juste .
J Call n'a été pensé qu'en vue de semer division et haine dans nos rangs .
Le premier objectif de cette pétition n'est pas atteint , loin de là !
Il ne faut pas qu' une onde de choc meurtrisse les amoureux d' Israel , de quelque opinion soient-ils .
De l'égarement à la perte pure et simple , la marge de pensée est étroite .

! עם ישראל חי

Écrit par : joel | 12/05/2010

a quand une :: lettre ouverte :: a bernard heuri levy ? ces positions ne sont pas tres sympatiques non plus vers israel .

Écrit par : salomon | 12/05/2010

L'histoire de notre peuple est pleine de ces(comment dites vous:égarés)gens qui croient pouvoir nous montrer le chemin de la raison dans notre long parcours. Ce n'est pas tellement le dérapage qui me gène, que cette Houtspa de vouloir donner des leçons ou vouloir influencer, par personnes interposées, un peuple souverain et un gouvernement élu démocratiquement. Nous tous, israéliens, sommes disposés à faire une tribune à cet illustre juif, pour qu'il vienne nous exposer ses idées, mais comme un bon citoyen, bien de chez nous et au milieu de nous et de nos problèmes. Il est si facile de crier de si loin que personne ne l'entend. Combien avons nous perdu de ces valeureux juifs qui ont cru peut-être de bonne foi nous éviter un faux pas. Mais regardez notre peuple est encore debout et avance avec assurance.

Écrit par : youdi | 12/05/2010

je vous conseil a tous de lire naomie klein!!!!!!!!!!
CA REMETTRA QUELQUE IDEE EN PLACE

Écrit par : Itta | 12/05/2010

Je suis contre l'attitude de certains de droite qui poussent un peu loin l'extrémisme mais de l'autre coté a gauche croyez vous qu'il n'y est pas de personnes, ou d'ONGS peu fréquentables qui dénaturent la vision d'Israël dans le monde et qui nous font CERTAINEMENT beaucoup plus de mal.
je suis officier de tsahal et j'ai guerroye deux fois en douze ans !je profite en ce jour penible pour les 3800 morts tombes sur le champs de bataille et dont nous fetons la liberation de jerusalem aujourdh'ui! Et pour dire a ceux qui on signe ce torchon de quel droit vous vous engage contre mon pays VOUS qui etez meme pas israeliens ?vous qui n'avez meme pas donne votre vie pour cet etat !VOUS QUI N'HABITEZ MEME PAS CETTE TERRE !!!!!
De quoi je me mêle ?a BHL, vous a-t-on promis un poste au gouvernement si vous retourniez votre veste ? Alain Filkentraut, quelle mouche vous a piqué ? avez-vous perdu la tête pour vous comporter comme un "traître" ? Vous, Peillon, puisque vous avez des "ambitions" politiques, occupez-vous de balayer devant la porte de la France arabe, puissante hier, tombée au rang des pays en voie de développement aujourd'hui. Vous ne manquerez pas de boulot ni de balais. Je suis israélien et je suis effaré du manque de tact et d'intelligence (en général l'un de va pas sans l'autre) de ces clowns dont l'égo déborde tant qu'ils se permettent, bien calés dans leur fauteuil ce qu'on appelle de l'ingérence ou des critiques vis à vis d'Israël. Sont-ils israéliens ? Non ! Votent-ils dans ce pays ? Non ! ont-ils versé leur sang pour cet Etat ? Non ! ont-ils participé aux guerres pour sa défense ? Non ! encore et toujours non ! En tant qu'officier, en tant qu'israélien, en tant que citoyen qui vote pour mon pays, je leur demande de se taire, de se faire oublie et d'oublier surtout Israël qui ne s'en portera que mieux.

Écrit par : YOSSI DE JERUSALEM | 12/05/2010

Pierre bravo moi j’avais écris à BHL toi à Finkielkraut la boucle est bouclé.
Moi qui suis de cette génération qui est connue Benny dans notre jeunesse gauchisante on en était revenu moi je suis sioniste à sa différence.
Comme tu l’as dit en se renseignant dans leur microcosme intellectuel de gauche les conseils qu’ils reçoivent les ont emmenés à cette impasse intellectuelle.
Le soir de leur présentation à Bruxelles je les avais trouvés pathétiques et malheureusement ils le seront irrémédiablement.
Dommage ils auraient pu avoir un destin bien meilleur au lieu de sombrer lamentablement.
Il s auraient du avoir le courage de soutenir Israël au lieu d’en appeler à une communauté Européenne anti-israélienne pour nous obliger à renoncer chose de toute façon vaine dans le contexte actuel.
Finkie reprends toi vite, tu le peux, ne t’enfonce pas plus dans l’ornière.

Écrit par : Shoto Yves | 13/05/2010

Que dire après l'admirable texte de Pierre et aux internautes qui l'ont commenté. Je suis triste pour Finkelkraut, l'égaré, mais fière et heureuse des différentes réactions des Juifs Français, dont je suis.

Écrit par : germon | 13/05/2010

cet appel auras eu au moins le merite de faire tomber les masques et de juger des reelles motivations qui se cache derriere ces soi disant defenseurs d' israel
en tout cas bravo pour votre lettre

Écrit par : laurent zerbib | 13/05/2010

lAdmirable article hélas très pertinent!
Cela fait longtemps que M.Finkelkraut se renie lui même:il fraye avec La paix maintenant"il écrit un "livre"avec le collabo Roni Broman le juif anti-juif!
Que c'est triste!
Merci encore à M.Pierre Itschac Lurçat il exprime exactement ce que je ressent.Myriam.

Écrit par : Tartiere Myriam | 13/05/2010

* La raison peut nous avertir de ce qu'il faut éviter, le coeur seul nous dit ce qu'il faut faire.

De l’encensement de Staline à celui de Fidel Castro, de mai 68 au PACS, de l’anticolonialisme à la défense des sans-papiers, les campagnes de diabolisation menée par une certaine gauche à l’encontre de ceux qui ne partagent pas son point de vue sont légions. Le terrorisme intellectuel, qui marque tellement le paysage politique de ce tournant de siècle, n’est pas, chose nouvelle. Le procédé revient à intervalles réguliers dans des affaires intérieures ou internationales : intimidation de l’adversaire par la véhémence du discours et l’opprobre moral.

Pour ceux qui le pratiquent, le terrorisme intellectuel n’est efficace que parce qu’il défend une cause juste, d’abord au regard de l’histoire : ils vont dans le sens de l’histoire, leurs adversaires vont à l’encontre et sont donc passéistes, ringards et, s’ils s’obstinent, réactionnaires, mais aussi au regard de la morale : la justice et le droit d’un côté, l’abjection de l’autre.

Aujourd’hui, le nombre d’ex' soixante-huitards aux postes stratégiques, singulièrement dans les médias, explique en partie l’ampleur prise par le terrorisme intellectuel depuis quinze ans.

L’appel à la raison "benbassaïste".

De nombreux juifs intellectuels, dans et hors Israël, débattent des questions philosophiques sur l’ensemble des fondements sur lesquels l’Etat, et tout particulièrement un gouvernement comme celui de Mr Netanyahu, conduit sa politique.

L’historienne française, Esther Benbassa a publié un livre - remarquable -, "La souffrance comme identité". Elle y affirme que les juifs doivent se tourner vers l’avenir et non le passé, et cesser de définir leur vision du monde en fonction de l’Holocauste, impitoyablement politisé depuis les années 1950.

"Comment Israël peut-il fonder toute une identité nationale sur le génocide," demande-t-elle, "et lier sa jeunesse à cette histoire de souffrance qui transforme la paix avec ses voisins en une notion de plus en plus abstraite ?"

"Les Israéliens ont-ils le droit de parler au nom de ceux qui sont morts dans le génocide ? Ont-ils (les morts) jamais approuvé l’usage que certains fonts de leur destin tragique, le mettant au service d’aspirations nationalistes aux dépens des Palestiniens, qui ne sont en aucune manière responsables de la catastrophe qui frappa les juifs d’Europe ?"

Comme le disait en mars, le secrétaire général de la Ligue arabe, le Qatariote Amr Moussa, il est temps que la communauté internationale assume ses responsabilités, évoquant pour la première fois des sanctions internationales contre Israël.

Certains dirigeants arabes se sont inquiétés des risques d’un conflit armé dans la région. Mahmoud Abbas a mis en garde contre des guerres qui risquent d’éclater si les violations israéliennes à Jérusalem se poursuivaient. Peu avant lui, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait affirmé que si Jérusalem brûle, ceci signifie que la Palestine brûle. Et si la Palestine brûle, ceci veut dire que le Proche-Orient brûle.

BHL, grand "botuliste" devant l’éternel, nous énonce, comme dans son dernier livre : "La vraie question pour une philosophie, c’est de savoir où sont vos adversaires, et non où sont vos alliés". Dont acte, c’est à M. Abbas qu’il faut lancer cet appel !

Pour un véritable appel à la raison, philosophons !

Le concept de "raison" serait approximativement aujourd’hui et d’après les définitions, la faculté de penser permettant la compréhension des choses, et donc de juger, de distinguer le vrai du faux, et serait opposée à l’affectif.

Certaines expressions faisant - apparemment - référence au sens premier, constituent des "glissements", ou des détournements de sens involontaires. Ainsi et notamment "avoir raison" qui, logiquement au sens premier, signifie que ce que l’on dit coïncide bien avec la part de réalité concernée (l’"objet"), peut également vouloir dire "paraître avoir raison", "gagner", "vaincre quelque chose ou quelqu’un", ou encore "imposer une situation" (avoir raison de).

De la même manière [ vouloir avoir raison ], qui devrait logiquement signifier "chercher à avoir réellement raison", c’est-à-dire chercher à dire une vérité (quelque chose de juste), signifie en fait chercher à imposer son point de vue, à le faire reconnaître comme juste, et ce, quel qu’en soit sa justesse (c’est à dire son degré de véracité).

Les dirigeants des pays musulmans inondent les Palestiniens de belles paroles, mais ne font rien pour leur venir en aide. Les Palestiniens leur sont beaucoup plus précieux dans le rôle de victimes. Les Palestiniens sont au monde musulman ce que furent les "réfugiés" de Gaza à la direction de l’OLP. Pour les dirigeants musulmans, la victimisation des Palestiniens est un aiguillon émotionnel auquel ils recourent régulièrement pour transformer la contestation politique intérieure en haine à l’égard d’Israël.

Il est de notre devoir d’établir une paix perpétuelle entre les Etats. Il ne s’agit donc pas ici d’énoncer les moyens de faire simplement la paix lorsque nous sommes en guerre, mais de rendre la guerre "hors la loi" afin d’établir une paix définitive même si cela peut paraître un vœu pieux.

"Attention Tanger", BHL, leader du "prêt à penser".

En acceptant le principe d'un Etat palestinien, Benjamin Netanyahu a effectué une avancée, aussitôt tempérée par des conditions jugées inacceptables par les Palestiniens. Interrogé par Le Figaro en décembre 2008, il déclarait : " Je ne veux pas qu'Israël gouverne les Palestiniens. Ils doivent se gouverner eux-mêmes et disposer de tous les pouvoirs pour cela, à l'exception de ceux qui menacent la sécurité d'Israël. Cela concerne le pouvoir d'avoir une armée, de contrôler l'espace aérien ou l'espace électromagnétique. L'étendue des pouvoirs qu'ils auront sera l'objet des négociations pour un règlement final. La grande majorité des Israéliens est d'accord avec moi pour dire que les Palestiniens ne doivent pas disposer de pouvoirs qui menacent Israël." (19 décembre 2008). Netanyahu est un pragmatique. Ce n'est pas un idéologue. Et le "gouvernement Netanyahu 2" ne sera pas forcément le même que le premier. Malheureusement, en Europe et ailleurs, Netanyahu est considéré comme un "revenant", avec les mêmes réflexes et les mêmes obsessions avec en plus une aigreur qui s’est développée pendant la décennie de sa traversée du désert et qu’il a du mal à cacher. Il revient avec les mêmes positions qu’avant (pas d’Etat palestinien et pas d’arrêt de la colonisation), et une nouvelle idée fixe : bombarder l’Iran. Entouré de fascistes, représentés par Avigdor Lieberman, d’ultra- orthodoxes fanatiques, représentés par Eli Ychaï du parti Shass, et de va-t-en-guerre, représentés par le travailliste Ehud Barak, Netanyahu n’a personne dans son cabinet pour le raisonner ou pour modérer ses ardeurs agressives. Quoiqu'il en soit, il faut toujours donner une seconde chance aux gens et finalement, au delà de ces perceptions fantasques de nos médias, il faut garder à l'esprit que c'est lui le premier ministre et qu'il a une oppotunité de construire l'Histoire.

Ime zé tsarih' liyote lo , tsarih' ha lélavote

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 13/05/2010

reponse d'un chef de troupeau a sa brebis egaree .
j'irai plus loin.
la terre d'israel n'est pas une terre comme les autres terres,elle a ete donne par le D.. tout puissant (1er rachi de berechit )et qui nous a donne ses frontieres (7 eme rachi de Devarim).
Pourquoi allez vous chercher a crever lcet abces que sont les (palestiniens si ils le sont alors moi je suis maghrebin et revendique la tunisie)pour se la deverser sur notre terre.
Cet abces a ete identifie par l'ancien roi de jordanie en 1970 on connait l'histoire a ete identifie par les egyptiens qui ont refuse de reprendre Gaza apres les accords du km 101(piege a kons dans lequel israel est tombe )car si l'egypte avait recupere cette grangrene on n'en serait pas la et cet abces a ete percu par les libanais apres la guerre de 1982 (et que mitterrand qu il se retourne dans sa tombe )a sauve in extremis et les a exiles en tunisie .
Alors moi je dis obama bibi rabin shamir charon olmert livni de nouveau bibi n'ont fait que passer ou ne font que passer et on doit savoir que l'unique gardien de son peuple veille et lui ne dort pas
et chacun a un certain moment rendra des comptes (que D. nous preserve)et que l'on passera des moments difficiles devant le gros ordinateur et sa grande webcam et son gros micro enregistreur et on ne pourra que se cacher de honte sur chacun de nos actes ou haune de nos paroles ou chacune de nos prises de position sur la terre d 'israel et le judaisme qui ne font qu'un .
on aime ISRAEL ou on la Quitte meme par la pensee.
on doit penser au moins a nos ancetres des dernieres generations qui pleuraient au debut et a la fin de la lecture de la haggada de pessah en disant "" etmol aynou abadims ayom bnei horim"" et la la fin "le chana a baa be yerousahalim "le chana a baa be yerousahalim a benouya ""

OU ETAIENT CES GENS LA QUI REVENDIQUENT MA TERRE AUJOURD HUI
OU ETAIENT ILS QU 'ON ME LE DISE .
BASTA BASTA
C'EST UNE GUERRE DE RELIGION ET NON UNE REVENDICATION POLITIQUE
MOI ET MES ENFANTS SOMMES PRETS A Y REPONDRE .

Écrit par : nadjar hubert | 14/05/2010

tout ce que je lis en ce moment me fait penser que tous les juifs vivant en dehors d'israel se croient le droit de decider de la vie de 7 millions d'israeliens.je vis en israel depyuis deux ans et encore je ne me permettrais pas de juger la situation qui est d'une complexite indescritible.je demande a ces braves gens de venir vivre en israel et non pas de dire de faire ci ou ca assis dans un fauteuil dore.

Écrit par : azria | 16/05/2010

Je suis moi aussi déçu des prises de position qui renforcent les idées anti-sionistes (comprenez 'antijuives' de certains Européens qui ne savent comment assouvir leur haine antique et intérieure). Que ce soit leur position ne me dérange guère. Cependant que des Juifs, peut-être pas encore assimilés mais qui veulent se comporter comme Monsieur-tout-le-monde et se fondre dans le paysage environnant, me dérange profondément. Je voudrais leur dire: le peuple juif, au cours de son histoire glorieuse a connu ce phénomène, et l'a dépassé, la tête haute. Ce n'est pas un Finkelkraut ni un BHL qui montreront depuis la France ou Navarre le chemin que doit emprunter Israël sur sa Terre plusieurs fois millénaire. N'en déplaise à certains !
En conclusion : il est toujours temps pour quiconque d'amorcer un retour au peuple.
Dr Simon Darmon

Écrit par : Darmon Simon | 17/05/2010

La PAIX n'est jamais une défaite, car elle ne saurait être univoque !

Et la prise en compte d'une seule vérité, aussi belle soit-elle, n'a aucune valeur, si elle est incapable de s'harmoniser avec celle d'en face.

Si l'on n'a pas compris cela, et même en s'appuyant sur une sagesse qui nous vient du fond des âges, le véritable sens caché de la vie nous échappera pour toujours.

Écrit par : Santo (Shem Tov) Cappon | 17/05/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu