Avertir le modérateur

29/01/2010

L'homme et l'arbre dans la Kabbale, réflexions à l'occasion de Tou-Bichvat

Rabbin Alexandre Safran

 

arbre.jpgA l'occasion de Tou-Bichvat, le "Nouvel An des Arbres" qui tombe ce soir, je mets en ligne ces extraits du beau livre du rabbin Alexandre Safran, Sagesse de la Kabbale, paru chez Stock. Hag Saméa'h et chabbat chalom ! P.I.L.

 

L'arbre et l'homme. Leur commune destinée.

 

La Kabbale voue donc à l'arbre une attention particulière, en raison de la similitude qu'ell voit entre lui et l'homme. Plus qu'une ressemblance, c'est une véritable parenté qu'elle vit entre la couronne du monde végétal, l'arbre, et la couronne du monde animal, l'home. Cette parenté entre les représentants de ces deux mondes amis s'exprime à travers leur aspect et leur vocation : tous deux sont "debout", "porteurs de fruits", et tous deux offrent leur protection à ceux qui en éprouvent le besoin.

Se dressant verticalement, l'arbre regarde vers les cieux ; l'homme "debout devant Dieu", "lève les yeux vers les hauteurs". L'arbre nourrit et réconforte les hommes grace à ses fruits ; l'homme, et plus particulièrement le tsaddik, le "juste", aide et fortifie ses semblables par ses fruits qui sont ses bonnes actions, car, dit la Bible, "il y à du fruit pour le juste" et "le fruit du juste est un arbre de vie"...

Oui, la Bible affirme que "l'arbre des champs, c'est l'homme lui-même". A une différence près, observe le Maharal (XVIe siècle) : l'arbre a ses racines enfouies dans la terre et dresse ses branches vers les hauteurs, tandis que l'homme a ses racines dans les cieux et dirige ses branches vers le bas...

Cependant, une communauté de destin s'établit entre l'arbre et l'homme. Ce dernier la ressent et c'est pourquoi il manifeste son attachement envers l'arbre. Le Juif l'exprime en célébrant, outre le nouvel an de l'homme, Roche HaChana La-Chanim, ("Tête de l'année pour les années"), le nouvel an de l'arbre, Roche Hachana La-Ilan ("Tête de l'année pour l'arbre").

Le nouvel an des Années et le nouvel an de l'arbre se distinguent l'un de l'autre par la saison durant laquelle ils sont célébrés. Le nouvel an des Années est feté en automne et le nouvel an de l'arbre au printemps. L'automne rappelle à l'homme sa finitude et la durée limitée de sa vie ; le printemps lui offre la renaissance de l'arbre, le renouveau de la vie. Ainsi, d'une part, l'homme est rendu conscient d'être mortel, d'autre part, l'arbre, en ressuscitant, est un signe pour l'homme que sa mort pourrait ne pas être définitive.

 

Commentaires

Le 13 février 2006, le corps d’un jeune homme est retrouvé sans vie, en gare de Sainte- Geneviève-des-Bois. Brûlé à 80%, couvert d’hématomes, portant une trace de plaie à la joue et deux plaies à l’arme blanche sous la gorge, ce corps est celui d’Ilan Halimi. Enlevé trois semaines plus tôt, le jeune homme a été séquestré, battu et torturé par une bande de jeunes au nom prémonitoire : le gang des Barbares. Dans un contexte politique troublé, marqué par la montée en puissance de fortes tensions communautaires, l’annonce du décès d’Ilan soulève très vite une vague d’indignation générale. Le 26 février 2008, près de 200 000 personnes défilent dans la rue, en mémoire d’Ilan.

Signe des temps, le meurtre d’Ilan est aussi le symbole d’une France qui vacille, perd ses repères et se délite peu à peu ; d’une France qui, à force de renoncements, de lâchetés et de consentements à des idéologies mensongères et mortifères, laisse se développer en son sein des comportements de plus en plus violents, de plus en plus cruels et de plus en plus inhumains. Au terme d’une enquête fouillée et d’une analyse minutieuse, l’auteur sonde ici les causes proches et lointaines qui ont conduit hier et conduiront demain à la production réitérée d’une telle barbarie. Avec cette conclusion sans appel : autrefois, les barbares étaient à l’extérieur des sociétés civilisées. Désormais, c’est de l’intérieur même de ces sociétés qu’ils opèrent, prospèrent et se déploient. Ils le feront demain d’autant plus que nos sociétés décadentes ont-elles-même mis en place les outils technologiques, les instruments médiatiques, les règles politiques et les choix économiques qui rendent inévitable la production de cette barbarie. Sans doute est-il encore possible de réagir ! Mais pour combien de temps ? En attendant d’autres drames et d’autres Ilan : bienvenue en Barbarie !

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 31/01/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu