Avertir le modérateur

Comparer l’islamophobie à l’antisémitisme des années 30 est une obscénité

EXCELLENT EDITO DE CYRANO DE RIPOSTE LAIQUE, QUI REAGIT AUX ATTAQUES DE CAROLINE FOUREST. A LIRE ET A DIFFUSER! P.I.L

RIposle laique.jpgLa pire erreur d’un stratège, c’est de rabattre une situation nouvelle sur une situation ancienne, c’est de voir un problème présent uniquement comme la répétition d’un problème ancien. Ce fut l’erreur des militaires français en 1939, qui croyaient refaire la guerre de 1914, et s’étaient cachés derrière leur ligne Maginot, alors que les nazis menaient une guerre totalement nouvelle. L’Histoire ne repasse pas les plats.

Dans le meilleur des cas, cette erreur gravissime provient d’une paresse de l’esprit, car il est beaucoup plus facile de réutiliser des schémas anciens que d’étudier la réalité que l’on a sous les yeux : le passé est déjà connu dans tous ses détails, et on sait déjà qui a gagné et qui a perdu. Dans le pire des cas, c’est une entreprise de désinformation consciente et calculée.

celebre%20Caroline%20Fourest20.jpgMme Fourest (1) et M. Tariq Ramadan (2) expliquent avec les mêmes mots qu’il y aurait à présent un « danger » en Europe, incarné par « des partis populistes et libéraux », (le BNP en Angleterre, le Parti de la Liberté au Pays Bas, et l’UDC en Suisse), comparable d’après les mots de Ramadan avec la montée du nazisme dans les années 1930. En France, d’après Mme Fourest, mais aussi M. Sifaoui, qui nous qualifie en sous-main de « néo-nazis » (3), la dérive dangereuse, c’est nous, Riposte Laïque.

Selon cette vision qui plaque le passé sur le présent, les musulmans vivant en Europe aujourd’hui, seraient comme les juifs vivant en Allemagne il y a quatre-vingts ans, à la veille d’un grand pogrom. L’islamophobie serait aussi condamnable que l’antisémitisme, comme l’a malheureusement affirmé le Président de la République. (4)

Je suis pour le moins abasourdi que Mme Fourest soit capable de reproduire sans aucune distance critique les analyses politiques de celui qu’elle se targue de démasquer comme un dangereux islamiste. A ce niveau, ce n’est plus de la paresse, mais un servile travail de propagande en faveur de celui qu’elle déclare combattre, mais qui du moins ne se ridiculise pas en accordant le statut de parti politique significatif ou « dangereux » à notre pauvre journal en ligne. Comment peut-on, lorsque l’on a passé tant d’années à pourfendre le « double discours » de Tariq Ramadan, en reproduire un quasi-littéralement, sans se poser la moindre question ni sur sa validité ni sur les intentions de son auteur ? Je ne vois qu’une seule explication plausible : la haine de Mme Fourest pour notre journal doit être plus forte que son amour pour la vérité historique.

 

C’est cette vérité historique que je vais tenter de défendre, car c’est elle la victime collatérale des merveilleux sentiments que nourrit Mme Fourest à notre égard, mais qui nous importent peu. Mme Fourest, comme M. Sifaoui et tous ceux qui ne débattent pas avec nous, mais nous invectivent, ont perdu la partie, c’est pourquoi ils utilisent le dernier stratagème dialectique possible, d’après Schopenhauer : l’insulte. « Si l’on s’aperçoit que l’adversaire est supérieur et que l’on ne va pas gagner, il faut tenir des propos désobligeants, blessants et grossiers. Être désobligeant, cela consiste à quitter l’objet de la querelle (puisqu’on a perdu la partie) pour passer à l’adversaire, et à l’attaquer d’une manière ou d’une autre dans ce qu’il est. Mais quand on passe aux attaques personnelles, on délaisse complètement l’objet et on dirige ses attaques sur la personne de l’adversaire. On devient donc vexant, méchant, blessant, grossier. C’est un appel des facultés de l’esprit à celles du corps ou à l’animalité. Ce stratagème est très apprécié car chacun est capable de l’appliquer, et il est donc souvent utilisé. » (5)

Les mouvements de rejet de l’islam qui apparaissent aujourd’hui en Europe ne sont absolument pas semblables à l’antisémitisme nazi de l’entre-deux-guerres pour plusieurs raisons. La haine des juifs que nourrissaient les nazis se basait entièrement sur un fantasme, c’est-à-dire sur une conception délirante selon laquelle il existait un complot juif visant à dominer l’Allemagne en particulier et le monde en général (voir cette imposture que sont Les protocoles des sages de Sion).

Hitler a forgé à coup de propagande un bouc émissaire sacrifiable qu’il a donné en pâture aux bas instincts déchaînés par ses soins. Les juifs qui vivaient en Europe ont été persécutés sur une base purement délirante, « raciale », qu’ils fussent convertis au catholicisme, athées, juifs libéraux ou orthodoxes. Les nazis n’avaient que faire des opinions particulières des « juifs » qu’ils persécutaient, ce n’était pas en tant qu’individus qu’ils les ont annihilés, mais en tant que « groupe racial ». Les nazis se moquaient du judaïsme des juifs. Ils pouvaient être des anciens combattants de la Première guerre mondiale, et des loyaux citoyens, le monstre froid qu’était la bureaucratie nazie les a traités avec une plus grande cruauté que s’ils avaient été des criminels.

Le propre d’un gouvernement totalitaire, écrit Hannah Arendt, c’est qu’il désigne d’une manière absolument arbitraire ses « ennemis », et qu’il persécute même des personnes qui ne veulent aucunement le combattre, voire qui le soutiennent. C’est cela qui le rend si horrible : c’est un Etat qui se moque complètement de la sympathie ou de l’antipathie de ses sujets. Du jour au lendemain, selon les lubie du Führer ou du Petit père des peuples, on pouvait se retrouver faire partie de la « race inférieure » à exterminer, ou de la « classe condamnée par l’Histoire » à déporter au Goulag (6). Que l’on fût respectueux de lois ne changeait rien : être « juif » de sang était déjà un crime pour les nazis.

le califat.jpgAlors que le « complot juif » n’était qu’un délire, le projet de Califat islamique universel ne l’est pas. On ne compte plus les déclarations d’intention de représentants musulmans éminents appelant à une conquête de l’Europe et du monde entier. L’Organisation de la Conférence Islamique, qui regroupe 57 pays musulmans, a déjà rédigé une Déclaration des Droits de l’Homme en islam, concurrente de la Déclaration de 1948. Elle possède également une Cour islamique internationale de justice, composées de juristes versés dans la Charia.

Alors que les juifs vivant en Europe ne faisaient aucune pression sur les gouvernements pour que ceux-ci modifient leurs lois en fonction de leurs croyances religieuses, les musulmans, où qu’ils s’établissent, accablent les autorités d’accueil de demandes d’accommodements avec leur loi religieuse. Tout le monde est sommé de respecter Mahomet, que l’on soit musulman ou non. Dans ce sens, l’OCI bataille depuis des années dans le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU pour faire passer une résolution condamnant la « diffamation des religions », c’est-à-dire la critique de l’islam, même dans les pays non musulmans.

LIRE LA SUITE SUR LE SITE RIPOSTE LAIQUE...

Commentaires

  • L'islamophobie est un néologisme d'usage controversé en français et dans d'autres langues. Ce terme a été créé pour désigner la peur et les préjugés à l'encontre de l'islam et par la suite la peur et le rejet des personnes de confession musulmane. La confusion entre l'hostilité envers les idées islamiques et celle à l'encontre des pratiquants du culte musulman suscite une controverse qui fait que certains courants de pensée refusent l'utilisation de ce terme. Le débat reste entier car les tenants de l'emploi du terme ont accru la confusion en liant l'islamophobie à la notion de "diffamation des religions" défendue par l'Organisation de la conférence islamique.

    ************************************************
    Lu dans Marianne du 11 septembre :

    "Ben Laden dévoilé, la bande-dessinée de l'ineffable Mohamed Sifaoui, n'a pas fait rire Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po et auteur des "Neuf vies d'Al-Qaida", qui paraît le 7 octobre chez Fayard. Le livre, qui se veut factuel, est selon lui rempli d'erreurs et d'approximations et passe à côté de son objectif premier : démasquer Al-Qaida. Pour lui, loin d'être un brûlot, cette BD est surtout un "pétard mouillé".

    "La liste serait fastidieuse des approximations et contre-vérités. Le roi Fahd d’Arabie Saoudite est supposé avoir reçu Ben Laden en août 1990, juste avant de l’expulser du pays et de le déchoir de sa nationalité (page 40) : cette audience royale n’a jamais eu lieu, le passeport de Ben Laden lui a au contraire été retiré pour lui interdire pendant près d’un an de quitter le pays et il n’a été déchu de sa nationalité qu’en 1994. Ben Laden est présenté comme quittant le Soudan en 1996 pour rejoindre le mollah Omar en Afghanistan (page 53), alors que le chef d’Al-Qaida s’était installé à Jalalabad, dans un fief anti-talibans, et qu’il a négocié, plus tard et sous contrainte, son ralliement au mollah Omar. Atef, responsable militaire d’Al-Qaida, est mis en scène dans les grottes de Tora Bora avec Ben Laden, en décembre 2001 (page 90), tandis qu’il a été tué quelques semaines plus tôt, dans un bombardement américain, à plus de trois cents kilomètres de là. Ben Laden aurait décidé dès février 2003 de nommer Zarqaoui comme chef d’Al-Qaida en Irak (page 93), alors qu’il aura fallu l’invasion américaine de l’Irak, l’insurrection dans le « triangle sunnite », la vague de terreur anti-chiite et l’effondrement d’Al-Qaida en Arabie pour que cette décision soit prise… en décembre 2004."'"

    http://www.marianne2.fr/savoirsvivre/Ben-Laden-devoile,-un-petard-mouille_a111.html

    Mohamed Sifaoui, chouchou des médias du système, se fait passer pour un spécialiste de l'islam radical. Sa stratégie est de critiquer sévèrement les islamistes radicaux( Al-Qaida, Frères Musulmans...) pour mieux faire passer la pilule de l'islamisation "modérée". Il se dit musulman et taxe facilement de racistes ceux qui veulent stopper a déferlante migratoire arabo-musulmane. La solidarité ethnico-religieuse semble primer sur la défense des intérêts français ...

    ************************************************
    Alors que depuis deux jours, à Fréjus, une guerilla urbaine fait rage suite à la mort accidentelle d'un colon musulman ayant fuit un contrôle de police, l'Etat français refuse de réagir fermement. La seule personne capable de juguler les tensions semble être l'imâm du quartier...

    Jets de pierre, cocktails molotovs, vandalisme à l'encontre de commerçants français, le prétexte de la mort d'un délinquant ( s'étant tué tout seul en roulant vite sur une moto interdite à la circulation ) a libéré la haine anti-française d'un quartier arabo-musulman de Fréjus. Comme d'habitude, les consignes données aux forces de l'ordre sont les mêmes, à savoir attendre que l'orage passe derrière casques et boucliers. Attitude considérée comme une forme de lâcheté par les jeunes arabes, incités à continuer à harceler la police d'un pays ayant déclaré forfait face à leur soif de conquête territoriale, politique du zéro blessé oblige. En Italie ou en Espagne, les forces de l'ordre feraient feu. Mais dans la "France d'après", on préfère que l'imâm fasse le médiateur :

    Lu dans le Figaro du jour :

    "Un peu plus tôt, la famille de Mohamed El Mathari, relayée par une intervention en arabe de l'imam de la cité, avait lancé un appel à l'apaisement et demandé aux forces de l'ordre de na pas redéployer de dispositif de sécurité d'envergure afin d'éviter les provocations. "Ce soir, ne cassez rien, ne brûlez rien, je ne veux pas voir même un kleenex brûler", avait dit un cousin, après les violents incidents déjà survenus le dimanche soir."

    Oui, vous lisez bien, l'imâm a le toupet de demander à la police française de se retirer !

    Lu dans Nice Matin :

    "Pourtant, du côté de la municipalité, on fait tout pour maintenir le dialogue. Et faire baisser la tension. Les « autorités morales » de la cité (associations, imam...) ont été longuement réunies hier matin, pour calmer les esprits".

    Depuis 2004, 52 millions d'euros ont pourtant été dépensés pour rénover 20 immeubles du quartier de la Gabelle. Preuve s'il en est encore besoin que le problème ne s'explique pas par des questions de cadre de vie ou de misère, mais bel et bien par des variables ethniques, culturelles et religieuses.

    *************************************************
    Al-Azhar, l'université de l'islamisme mondial qui a aceuilli Barack Hussein Obama.

    L’Université islamique d’Al-Azhar, institution multiséculaire formant des dizaines de milliers d’imams, confirma l’effectivité de la peine de mort pour les apostats dans une fatwa (sentence religieuse) du 21 août 2007 . Cette sentence condamna à mort un jeune de 25 ans, Mohamed Hegazy, et sa femme, qui ont embrassé le christianisme. La fatwa fut lancée par le recteur de la faculté d’études islamiques de la prestigieuse université, Mohammed Tantaoui...

    *************************************************
    "1ière formation en management Prophétique" !!!

    Voici l'intitulé d' une formation proposée par le Centre Islamique Pédagogique du Rhône (CIPR, photo ci-dessus) , émanation de l'association Participation et Spiritualité Musulmanes du Rhône (PSM Rhône) :

    " Le management Prophétique, de coeur et de raison "

    Date: du Samedi 18 Octobre au Samedi 28 Mars
    14h30 - 15h30

    Catégorie: Formation

    Lieu: CIPR (centre PSM), 11-13 avenue de la république, 69200 Venissieux

    Description: 1ière formation en management Prophétique
    à l'intention de toute personne désireuse d'adopter les qualités managériales de notre Prophète (cadre d'entreprise, imam, éducateur religieux, parent,... pour tous !) - pour tout contact: 06 21 50 83 74

    Le site Internet de l'association nous décrit les activités du site :

    L’EDUCATION :
    - Soutien scolaire (primaire, collège et lycée)
    - Cours d’arabe (débutants, niveaux supérieurs, …)
    - Education islamique (connaissances de base, coran, hadith, sirah, dogmes, …)
    - Informatique (utilisation bureautique et internet)

    http://cipr.blogspot.com/

    *************************************************
    Le fait religieux dans les IUFM.

    Voici une note de l'IUFM d'Orléans-Tours datée du 18 janvier 2008 : (Institut universitaire de formation des maîtres)

    Elle concerne la formation des formateurs: Les sujets sensibles à l’école primaire / Le fait religieux

    http://www.orleans-tours.iufm.fr/ressources/le_fait_religieux.pdf

    Cette vision réductrice, révisionniste et idéologique de l’enseignement de l’Histoire en primaire donne une idée du lavage de cerveau auxquels les enfants sont soumis. De ce point de vu l’élection de Nicolas Sarkozy n’a rien changé.

  • L’Observatoire de l’OCI livre son premier rapport sur l’islamophobie. Mars 2008.

    L’Observatoire au Secrétariat de l’Organisation de la Conférence Islamique a livré son premier rapport sur l’Islamophobie. Dans le document long de 70 pages, on trouve un recueil d’incidents et de développements qui justifie l’inquiétude de la Ummah face à la montée de l’islamophobie et des recommandations sur la nécessité de mobiliser la volonté politique nécessaire pour la combattre.

    Créé lors du 3ème sommet extraordinaire de la Mecque en décembre 2005, dans le cadre du Programme d’Action Décennal de l’Organisation de la Conférence Islamique, l’observatoire de l’OCI a pour mission de combattre l’Islamophobie en recensant toutes les formes d’Islamophobie afin d’engager un dialogue constructif en vue de promouvoir les véritables valeurs de l’islam.

    Après sa création, l’Observatoire de l’OCI se doit de remettre chaque année un rapport annuel à tous les Etats membres de l’organisation. Le premier rapport de la structure couvrant la période mai - décembre 2007 vient d’être livré à l’occasion de la 11ème conférence islamique au sommet de l’OCI.

    Le présent rapport a été rédigé dans une perspective historique et met un accent particulier sur la définition et les causes du phénomène de l’Islamophobie avec une présentation des derniers développements survenus durant la période considérée. Créée en 1996 par la commission sur les Musulmans Britanniques, l’islamophobie définie par essence comme les "préjugés à l’encontre des musulmans" est beaucoup plus complexe car elle englobe " une hostilité sans fondement et une crainte vis-à-vis de l’islam " et partant, une crainte ou une aversion manifestée " à l’encontre de tous les musulmans du monde ou la majorité d’entre eux ".

    Pourtant l’islamophobie existe depuis l’apparition de la religion islamique mais au cours des dernières années, le phénomène a pris des " proportions alarmantes " avec la
    " stigmatisation de l’islam et l’intolérance raciale envers les musulmans des sociétés occidentales " qui s’accentuent de plus en plus. Une situation qui découle d’une volonté des "partisans de l’islamophobie" qui, pour une raison ou pour une autre, ont des préjugés de l’islam et des musulmans et qui sont prompts à dénigrer la religion du prophète Mohamed.

    C’est la raison pour laquelle le monde musulman a une inquiétude par rapport au fait qu’au moment où la grande majorité des musulmans adhère strictement aux principes et à l’enseignement de la paix et de la tolérance et s’oppose à toute forme de terrorisme ou d’extrémisme en Islam, ces groupes d’intérêts Islamophobes sont en train de donner une image négative tendant à faire croire que l’Islam et les musulmans soutiennent le terrorisme et l’extrémisme.

    A cet effet, le rapport de l’observatoire relate les activités et les efforts déployés par la dite structure pour lutter contre ce fléau et faire figurer cette question en bonne place sur l’agenda de la communauté internationale en vue de susciter la prise en compte de ses implications dangereuses pour la paix et la sécurité mondiales, mais aussi de souligner l’urgente nécessité de mobiliser " la volonté politique collective nécessaire pour la combattre".

    Parmi les recommandations il y a l’urgence de la mise en place d’un instrument juridique visant à lutter contre la menace de l’islamophobie, la projection de l’image correcte de l’islam comme étant une religion de modération, de paix et de tolérance, une sensibilisation des Etats membres de l’OCI sur tout préjugé et campagne anti musulmans en les exhortant davantage à exprimer leurs préoccupations lors des réunions bilatérales avec les dirigeants occidentaux entre autres.

    http://www.mosquee-lyon.org/spip.php?article324

    ************************************************

    La branche étudiante de l’UOIF, l'EMF (Etudiants musulmans de France), attire de plus en plus de français convertis. Preuve en est la proportion de rédacteurs du journal de l'EMF Cogitons portant des noms français : Jean-Baptiste Bellier, Deborah Hoenen et Aude Ponticelli. Si ces noms ne sont pas des pseudonymes inventés pour besoin de propagande, il y a de quoi s'inquiéter. L'EMF avait encouragé ses troupes à rejoindre la révolte de l’extrême gauche contre le CPE au printemps 2006. Le journal Cogitons dans son édition de février 2008, s'interroge maintenant sur L'Echec d'une révolte universitaire, un article de Bellier et Ponticelli sur la mobilisation contre la loi LRU, qui commence par ces lignes:

    "fin décembre 2007, les portes de l'année se referment sur le mouvement anti-LRU, repoussant dans l'ombre les derniers espoirs de victoire d'une mobilisation entamée deux mois plus tôt, lors de la rentrée universitaire."

    Les "idiots utiles" de l'EMF, Bellier et Ponticelli, reprennent les discours d'extrême gauche en dénonçant la " répression policière " durant le filtrage de la Sorbonne lors des manifestations sur la loi LRU, un an et demi après sa prise en otage par des grévistes minoritaires ( suite au CPE) qui, rappelons le, empêchaient par la force les étudiants sérieux d’accéder à leur cours. Autre indice, la dénonciation de l’interdiction de la projection d’un documentaire intitulé " Universités, le grand soir " (sic) dans un amphithéâtre de la Sorbonne, mesure présentée comme un " acte d’autoritarisme pur et simple" par la feuille de choux islamique.

    Autre élément corroborant cette convergence islamo-communiste, la présence de l’EMF-Amiens dans un collectif réunissant les Jeunes communistes, les Jeunes socialistes, les syndicats SUD et l’UNEF, tel que nous l’indique une affiche annonçant un débat " Etat français, Etat sécuritaire ? ", organisée par ce même collectif, animé par l’adjointe au maire d’Amiens, Emilie Therouin (Les Verts) et un représentant de la Ligue des droits de l’homme. (Colloque qui eut lieu le 9 octobre dans les locaux de la faculté de droit et d’économie)

    Les Jeunesses trotskystes sont elles prêtes à des alliances de circonstances avec les musulmans, comme le révélait, Joachim Véliocas, dans son ouvrage " L’islamisation de la France " (de Bouillon) chapitre XIV L’alliance rouge-vert ; page 278 :


    " L’alliance informelle entre révolutionnaires communistes et islamistes, est décrite de la manière la plus sincère qui soit sur le site Internet des JCR , le mouvement jeune de la LCR d’Alain Krivine et d’Olivier Besançenot . Il s’agit pour eux de récupérer un électorat socialement précaire et révolté envers l' état impie, afin de dévier cette haine vers la " lutte ". On peut y lire :

    " Le rôle des révolutionnaires est de contester la direction des masses aux fondamentalistes en montrant dans l’action que leur programme est le seul à pouvoir apporter une solution à leurs problèmes. C’est aussi en démontrant que la politique des fondamentalistes musulmans ne conduira en rien à une émancipation du prolétariat ou à un changement de société que nous pourrons convaincre leurs partisans. Cela signifie, en pratique, ne pas refuser, par principe, de nous retrouver à côté de fondamentalistes musulmans dans certaines luttes, mais sans se faire d’illusions sur les buts réels de leurs directions et sans renier notre identité en se privant de développer une politique autonome. Car c’est dans les luttes que nous pourrons convaincre cette base que c’est notre politique qui est la plus juste."

  • Bonsoir,
    Je salue votre blog. C'est sympa, c'est frais. Cela me rappelle lorsque j'allais acheter ma viande chez le boucher à Lyon. Mon père me disant : "chez lui, je sais que c'est casher". Et puis un jour, j'ai vu à la porte le nom d'un boucher chez qui le Grand Rabinat "demandait de ne pas s'y rendre" car sa viande n'était plus certifiée. Il n'y avait pas les photos. On ne pouvait le voir en vrai. Je sais qui est la Passionaria Olivia Zemor. J'avais vu Madame Fourest. Moi, je suis, comment dites-vous déjà ? une "racaille islamiste" rmiste. Je vous remercie pour les qualificatifs. Moi qui ai toujours voulu le dialogue avec le Peuple de Palestine. Où va-t-on ? Il est heureux de lire Jean Daniel encore et encore. Il est bon de voir que des personnes s'élèvent pour dénoncer ce qui est à dénoncer : Merci Monsieur Cluzet de dire que le jeune Salah Hamouri n'est pas un Islamiste mais bien un jeune homme aux mêmes aspirations que les juifs du début de l'Etat d'Israël. Il vous faut donc un ennemi. Avec mes amis, nous formons un peuple de laïcars hébreux, musulmans et chrétiens. tous issus du même arbre. Qu'à cela ne tienne. On n'est pas dans une dynamique de guerre comme l'évoquent vos propos. Oui à la discussion. Non aux insultes d'où qu'elles viennent. fayçal

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu