Avertir le modérateur

28/08/2009

France : Coca-Cola sous la pression d'associations musulmanes

L'article du Figaro reproduit ci-dessous met en lumiere un phénomeme inquiétant, auquel j'ai donné le nom [tres politiquement incorrect] d'islamisation des esprits. Retour des rumeurs (antijuives et autres), appels au boycott de produits accusés d'être 'contraires a l'islam' ou de 'financer le sionisme'... Tout cela est loin d'être anodin. Et il y a un lien évident entre ces rumeurs islamistes et le discours anti-israélien, lui aussi fondé sur la rumeur et sur la calomnie qui se développe actuellement en Europe. P.I.L.

Une canette de Coca-Cola écrite en arabe (photo Aziz1005, domaine public).
Une canette de Coca-Cola écrite en arabe (photo Aziz1005, domaine public).

 

Tout commence il y a deux ans, par une rumeur insistante : le Coca-Cola contiendrait de l'alcool. Accusation farfelue mais immédiatement reprise par les sites musulmans, de forums en articles plus ou moins étayés. Associations et médias communautaires, dont le blog Al-Kanz, très en vogue, assaillent Coca-Cola France de questions. Et reçoivent une réponse standard : «Nos boissons sont reconnues comme non alcoolisées par les autorités gouvernementales de chaque pays.» Une missive qui laisse insatisfaits les plus intransigeants. La législation française considère en effet qu'une boisson est «sans alcool» lorsqu'elle en contient moins de 1,2 %. Qu'en est-il alors du fameux breuvage à la recette secrète ?

Après quelques hésitations, la direction de Coca-Cola France décide de faire appel à «l'organisme de certification de la mosquée de Paris», explique Philippe Marty le porte-parole de la firme. Celle-ci commande une analyse du Coca par un laboratoire indépendant. «Ensuite, nous avons garanti que Coca Cola était parfaitement sans alcool et donc halal», détaille le chef de la certification à la mosquée, Al Sid Cheikh, qui regrette de voir fleurir «beaucoup d'accusations sans aucun fondement religieux. C'est plutôt politique. Mais les sociétés s'inquiètent pour leur notoriété».

 

Appels au boycott sur le Net

 

Des listes de produits à boycotter circulent sur le Net, leurs fabricants se voyant accusés de financer l'État d'Israël… Coca-Cola en fait partie. «Coca est haram (“interdit”)», peut-on lire sur des forums, comme celui de Bladi.net où les injonctions comme «Boire Coca revient à encourager la politique de l'État terroriste d'Israël», alternent avec des messages de bon sens, certains s'insurgeant de voir le Coca haramisé parce que «déclaré juif».

Des familles entières «évitent le Coca par précaution» assure le secrétaire de l'Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM 93) qui a convié le PDG de Coca France, Christian Polge, à s'expliquer en juin dernier. L'intéressé s'est présenté à Drancy, espérant clore l'incident avec son certificat Halal. Mais il a dû justifier «la position de Coca-Cola dans le conflit au Moyen-Orient». Il a rappelé que Coca œuvre à Ramallah, «où nous sommes l'un des plus gros employeurs».

Depuis, les gages donnés par l'entreprise semblent avoir calmé les rumeurs et l'UAM assure qu'elle ne prône pas le boycott mais juste la «transparence sur des sujets importants pour que les musulmans puissent former leur jugement».

D'autres marques subissent elles aussi la pression communautaire, entre requêtes sérieuses sur la composition et stigmatisations. Des milliers de SMS ont accusé en janvier McDonald's de reverser ses recettes du jeudi à l'État hébreu pour acheter des obus (sic !). Masterfood, le fabriquant des barres chocolatées Snickers et Bounty, a dû précipitamment démentir l'usage de graisse animale dans ses produits pour éviter la mise au ban. Tandis que médicaments, yaourts et cosmétiques précisent maintenant qu'ils ne contiennent ni alcool ni gélatine animale pour éviter la désaffection d'un public chaque jour plus soucieux de la norme religieuse.

16:24 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : coca-cola, islam, rumeurs, boycott

Commentaires

Coca, l’alcool et le halal, 20 ans déjà !

http://www.al-kanz.org/2007/07/20/coca-cola-alcool-halal/

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 05/09/2009

Ce qu'on ne dit pas, c'est que le paysan Français reverse une somme à l'organisme certificateur Halal, environ 5 centimes d'euros le kilos. Ces organismes islamiques se partagent un marché très juteux, et pourront réinvestir l'argent ponctionné sur les naifs agriculteurs Français dans "la cause" : mosquée, djihad, etc...

Dans un article fouillé, le chercheur Alexandre del Valle a fait le point sur les rivalités entre islamistes pour le contrôle du marché :

Concurrence autour du contrôle lucratif de la viande hallal

[...]Officiellement, les seuls à être habilités à sacrifier sur l’ensemble de l’hexagone par un décret du Ministère de l’agriculture sont les grandes mosquées de Paris et Lyon puis celle d’Evry, à la fois rivales entre elles et contestées par les grandes organisations islamiques de France (UOIF, FNMF, etc). Chaque mosquée touche une part du gâteau : entre 5 et 15 cents par kg de viande hallal vont à ces trois mosquées. C’est que l’enjeu financier du marché des viandes rituelles, aujourd’hui en pleine expansion, suscite les pires jalousies et rivalités. La Grande Mosquée de Paris, qui agrée 120 sacrificateurs un peu dans toutes les régions de France, et qui demeure le principal organisme compétent, même si tous ses interlocuteurs ne s’acquittent pas de la taxe prévue, est principalement concurrencée par l’association de sacrificateurs A Votre Service, structure islamiste radicale proche de l’Union des Organisations Islamiques de France, représentant la tendance des Frères musulmans en France, basée en Seine Saint Denis. Depuis plusieurs années, l’UOIF, qui conteste violemment le monopole actuel des trois mosquées précitées (surtout Lyon et Paris), revendique le droit à devenir le quatrième " sacrificateur " habilité, au nom de sa « représentativité », l’UOIF étant la plus populaire des organisations islamiques de France. Ainsi, les responsables de sociétés proches de l’UOIF, telles AVS et Isla Délice (sise à Gennevilliers), contactent directement des établissements comme Carrefour qui commercialisent par ailleurs des produits hallal agréés par la Mosquée de Paris, chassant ainsi sur les terres en principe réservées. L’association AVS, de plus en plus présente en région parisienne, déclare prélever un droit équivalent à 5 cents par kilo de viande vendue (on estime le pourcentage supérieur). Elle réalise ainsi un chiffre d’affaires situé entre 150 000 et 305 000 euros par an. Une quarantaine de boucheries islamiques de la région parisienne est désormais affiliée à AVS (80 en 2009 selon l'annuaire de l'AVS ). Véritable foyer d’intégrisme islamique, l’association compte au moins 200 membres, issus de structures proches des Frères musulmans ou même de mouvances islamistes radicales algérienne, tunisienne (Ennahda), et marocaine (Mouvement des Jeunesses Islamiques Marocaines).

*** Avec l’argent de la viande hallal, AVS a financé groupes ultra-radicaux, comme celui des terroristes de Marrakech (infra) ou les maquis du GIA.

Aussi, parmi les membres actifs d’AVS, on distingue un certain nombre de convertis français, en général les plus fanatiques et les plus actifs. Les méthodes violentes d’AVS pour le recouvrement des taxes de sacrification ont été dénoncées à plusieurs reprises et confirmées par le responsable du bureau " Label et certification " à la Direction Générale de l’Alimentation du Ministère de l’Agriculture, qui déplore que " Des responsables de sociétés se sont plaints des méthodes d’AVS, dont certaines sont dénoncées comme de véritables " pressions [...]. En vue d’obtenir le monopole du label de ce produit au niveau national, AVS n’hésite pas à utiliser des méthodes d’intimidation pour parvenir à ses fins […]. AVS joue un rôle pivot dans le financement ou l’aide à des associations islamistes, en particulier chez les jeunes musulmans". A la fin des années 90, la « guerre de la viande hallal » et la concurrence pour le contrôle de l’islam de France ont pris une tournure plus dramatique, des règlements de compte extrêmement ayant eu lieu entre les « hommes » de la mosquée de Paris et ceux des mouvances intégristes, ainsi qu’on put le constater le 28 mai 1998 lorsque le directeur de cabinet du recteur de la mosquée de Paris fut tabassé par des hommes de main d’associations islamistes qui le laissèrent quasi mort dans une marre de sang dans le parking de son immeuble après avoir tenté de lui arracher l’œil avec un cuter…"

Article intégral : http://www.nouveau-reac.org/docs/DA/AD_strat.htm

http://www.halal-avs.com/index.php?act=list&cat=b

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 05/09/2009

Bonsoir, merci pour nous faire profiter de cet article complet. pleinement enaccord avec la majorité de ce que tu exprimes avec notamment avec l'approche que tu as. Dans tous les cas, c'est toujours extrêmement profitable d'avoir un cheminement et original, c'est comme ça que l'on peut progesser. Cependant, je reste réjouie d'avoir pu consulter ce t article et j'en apprécie l'essentiel. Je passerai lire les nouveaux articles et même, si mes capacitées le permettent, tâcher de participer avec ma véritable réponse. Biz.

Écrit par : Martine | 25/05/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu