Avertir le modérateur

13/08/2009

La légion d'honneur pour le faux 'journaliste' Enderlin, pion du quai d'Orsay

C'est le site de FRANCE 2 (repris par celui de l'UPJF) qui l'annonce [voir ci-dessous] : ENDERLIN vient de recevoir officiellement les insignes de la LEGION D'HONNEUR [sic], ici, chez nous, à Jérusalem, des mains du Consul de France... Preuve supplémentaire, si besoin était, que le correspondant de France 2 n'est pas un 'journaliste', mais un acteur de la diplomatie française, comme je l'écrivais déja en novembre 2002 [voir ici]. Le 'journaliste' a en effet été décoré non pas pour ses prouesses journalistiques (dont meme la justice française a reconnu, à plusieurs reprises, qu'elles n'honoraient pas la profession de journaliste) mais pour sa participation aux basses oeuvres de la diplomatie française. Enderlin, comme Ratti-Menton dans l'affaire de Damas, a servi d'exécutant (et il est possible qu'il ait réellement été abusé par son caméraman, mais cela ne change rien à l'affaire...) et de pion de la politique antijuive du Quai d'Orsay, adversaire du sionisme et des Juifs, en 1840 comme aujourd'hui. P.I.L.

Charles Enderlin décoré de la Légion d'honneur

- Charles Enderlin -

Charles Enderlin

© France 2

Charles Enderlin a reçu officiellement les insignes de chevalier de la Légion d'honneur mercredi à Jérusalem

Le journaliste, qui dirige depuis 1991 le bureau de France 2 à Jérusalem, fait partie de la promotion de la Légion d'honneur du 14 juillet.

Charles Enderlin finit actuellement un livre à paraître en octobre chez Albin Michel, "Le grand aveuglement, Israël et l'irrésistible ascension de l'islam radical".

Grand spécialiste du Proche-Orient, Charles Enderlin a écrit plusieurs livres sur le conflit israélo-palestinien. Parmi ceux-ci : "Le rêve brisé : Histoire de l'échec du processus de paix au Proche-Orient" (1995-2002) et "Les années perdues : Intifada et guerres au Proche-Orient 2001-2006". Sur le même sujet, il a aussi réalisé des documentaires : "Le Rêve brisé. 2002", "Les Années de sang. Le conflit israélo-palestinien 2000-2006".

Voir aussi :
-> Le blog de Charles Enderlin

Commentaires

Le XXIe siècle devait être le siècle de l’émergence d’un quatrième pouvoir, à savoir le pouvoir des médias, porteurs de la parole libre. Le XXIe siècle s’est bien révélé être le siècle des médias, mais ils ne constituent malheureusement pas un quatrième pouvoir car leur parole s’avère généralement contrainte dans la mesure où ils disposent de conditions de communication particulières. Contraints par un temps limité (télévision, radio) ou un nombre de signes limité (journaux écrits), l’autonomie des médias est bien relative, sans considérer les pressions politiques et économiques très présentes respectivement dans le monde arabe et en Occident.

Le rôle des médias dans les conflits armés, qu’il s’agisse de la presse écrite, de la radio, de la télévision ou d’Internet, est essentiel en termes de communication politique. Les médias, qui touchent un public large de par l’étendue de leur diffusion, disposent d’un pouvoir considérable car ils forgent les opinions, ils influencent les sociétés. Mais, alors qu’un des fondements du journalisme est la publication d’une information émancipée et libre, force est de constater que les médias s’éloignent de leur rôle de défenseur de la démocratie. En fait, les médias sont censés défendre la liberté d’expression, pas la démocratie pour s’instituer en outil politique.

Dans un conflit, par exemple, ils déterminent qui est l’agresseur et qui est la victime. Ils façonnent l’opinion publique en fonction de la position
gouvernementale de leur pays et de leurs objectifs commerciaux.

Les médias sont également de puissants outils politiques pour diaboliser l'ennemi.

L’image a beaucoup d’impact et notamment l’image télévisée. Les médias engendrent des victimes, ils montrent l’innocence en proie à des attaques diaboliques. De ce fait, le récepteur ressent de la haine pour un camp, de l’empathie pour l’autre. Les médias contribuent donc activement aux guerres et aux clivages. C’est notamment le cas au Moyen-Orient, cela l’a été tout particulièrement pendant la guerre de Gaza.

La subtilité, c'est qu'on a tôt fait de parler de "désinformation": or il n'en est rien, il n'y a pas "absence " d'information, mais "défomation" de l'information. C'est plutôt de la "dysinformation", et c'est plus toxique en termes de manipulation. Il est plus aisé de dénoncer l'absence de couverture d'un évènement, que d'aller prouver qu'il y a eu détournement avec intentionalité, sur la couverture du même évènement.

Que cette décoration, quelque soit la valeur qu'on peut ou non lui reconnaître, soit remise à Jérusalem, constitue une double agression symbolique à l'encontre d'Israël. Qu'elle soit remise à Enderlin en est une, sur le sol hébreu, une seconde.

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 14/08/2009

Quand on connaît les conséquences gravissimes à l'échelle planétaire du reportage d'Enderlin sur l'Affaire Al-Doura, Enderlin par ailleurs absent des lieux au moment où les scènes ont été filmées, on se dit qu'il y a de quoi être inquiet de le voir ainsi décoré de la Légion d'Honneur. Napoléon doit se retourner dans sa tombe !

Mademoiselle Véronique Archer.

Le 09.11.09-

Écrit par : Archer Véronique | 09/11/2009

Charles, vous aurez la guerre ( procès), la honte, et le désohnneur

Écrit par : jean vercors | 31/05/2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu