Avertir le modérateur

Ticha Bé'Av 1938 – Appel de Zeev Jabotinsky aux Juifs de Pologne

458472-5.jpg

NB Voir la conférence du Rav Ben Ishai sur l'appel de Jabotinsky, filmée par Denis Kassel, ici.


Dès 1936, Jabotinsky avait lancé un appel pressant aux Juifs d'Europe, pour qu'ils quittent leurs pays et fuient la catastrophe imminente. Plusieurs écrivains et penseurs sionistes avaient eu le pressentiment de la Shoah et l'avaient parfois annoncée dans des termes prémonitoires 1. Mais Jabotinsky est le seul qui a fait de ce pressentiment un programme politique, auquel il a donné le nom d'évacuation. Dans le texte ci-dessous, inédit en français, le dirigeant sioniste s'adresse aux Juifs de Pologne, le jour de Ticha Bé'Av 1938, et les presse de fuir le "volcan" qui va bientôt tout dévaster... Ces quelques lignes, qu'on ne peut lire aujourd'hui sans trembler, montrent que Jabotinsky était doué, tout comme Herzl, non seulement d'une lucidité politique incomparable, mais aussi d'une capacité de comprendre et de prédire les événements quasiment prophétique. P.I.L

 

 

 

Discours prononcé à Varsovie, 9 Av 5698

 

"Depuis trois ans je m'adresse à vous, Juifs de Pologne, diadème du judaïsme dans le monde... Je vous mets en garde sans cesse, contre la catastrophe qui approche. Mes cheveux ont blanchi et j'ai vieilli, car mon cœur saigne en voyant que vous, mes chers frères et sœurs, êtes aveugles devant le volcan qui va bientôt cracher son feu destructeur...

 

Je vois un spectacle terrible ; il ne reste que peu de temps pour s'échapper. Je sais bien que vous ne pouvez le voir, préoccupés par vos soucis quotidiens. Ecoutez cependant mes paroles, en cette heure ultime : au nom de D.ieu ! Que chacun sauve sa vie, tant que cela est encore possible, et il ne reste plus beaucoup de temps !

Et je souhaite vous dire encore une chose, en ce jour de Ticha Bé'Av : ceux qui parviendront à fuir la catastrophe, auront le mérite de vivre un jour de fête et de grande allégresse juive : la renaissance et le rétablissement de l'Etat juif. Je ne sais pas si je mériterai de le voir, mais mon fils, certainement ! Je crois à cela tout comme je sais que demain matin, le soleil brillera de nouveau. Je le crois d'une foi parfaite".

 

 

 

ghetto.jpg

Notes

1. Voir sur ce sujet l'article de Joseph Nedava, "Les pères fondateurs du sionisme et la prédiction de la Shoah" [hébreu], Bein Hazon la-Hazon, Jérusalem, non daté.

2. Jabotinsky est mort en août 1940, dans un camp du Betar près de New York. Il n'a pas pu – comme il le pressentait – assister à la renaissance de l'Etat juif, et il est mort en exil, loin de la Terre promise à laquelle il avait consacré sa vie, comme Herzl et comme Moché Rabbénou. Dans son testament, il avait demandé à être inhumé en Israël, mais seulement lorsqu'un gouvernement juif y serait installé. Son souhait fut exaucé en 1964, sur ordre de Lévi Eshkol (Ben Gourion ayant refusé obstinément de faire droit aux demandes pressantes qui lui furent adressées pendant 15 ans...). Jabotinsky repose aujourd'hui à Jérusalem, sur le mont Herzl. Son fils, Eri Jabotinsky, s'installa en Israël en 1948 et y devint professeur au Technion. Il avait pris une part active au sauvetage des Juifs d'Europe, notamment au sein du "groupe Bergson".

Itshak Lurçat


NB Ma conférence sur Jabotinsky, filmée par Denis Kassel à la synagogue Emounah est en ligne ici

http://www.youtube.com/watch?v=-jvmZjiSD88&feature=youtu.be

Commentaires

  • Si le Président Obama veut vraiment tendre la main au monde musulman, voilà de quoi lui permettre de mieux doser son geste : une nouvelle tentative de nier la Shoah, de la part du négationniste-en-chef iranien Mahmoud Ahmadinedjad.

    Alors qu’il fait campagne pour un nouveau sacre (comme le souligne mon confrère Michael Ledeen, “réélection” n’est pas vraiment le terme qui convient), Ahmadinedjad a une fois de plus prétendu, mercredi, que la Shoah était une “grosse tromperie”.

    C’est déjà tout à fait horrible, de la part d’un despote cabotin, messianique, obsédé par le nucléaire et appartenant à un régime qui aimerait anéantir Israël.

    Cependant, Elie Wiesel – prix Nobel et rescapé de la Shoah dans laquelle six millions de Juifs ont été assassinés – propose une théorie encore plus effrayante concernant la raison pour laquelle Ahmadinedjad, tout en préparant les conditions d’une seconde Shoah, trouve si important de continuer à nier qu’il y en ait déjà eu une. Prenant la parole à l’occasion du déjeuner de l’Hudson Institute à New York le 30 avril dernier, Wiesel a exposé son idée selon laquelle Ahmadinedjad serait en quête d’une forme monstrueuse de gloire personnelle :

    Wiesel subodore qu’Ahmadinedjad “veut rester dans les livres d’Histoire comme le seul à avoir détruit les Juifs.”

    C’est pourquoi – selon la thèse de Wiesel – dans la vision de l’univers d’Ahmadinejad, il n’est pas possible d’admettre qu’Hitler détient déjà un record.

    Wiesel ajoute que nous avons tendance, de façon chronique, à croire que ce genre de chose ne peut jamais se produire et que, dans le discours de fanatiques comme Ahmadinedjad ou son patron Ayatollah Khamenei, ce ne sont que des mots. Réveillez-vous, nous dit Wiesel : Ahmadinedjad “est tout à fait clair. Ce qu’il dit, il le pense.”

    Traduit de l’américain par Marcoroz

    (http://pajamasmedia.com/claudiarosett/ahmadinejads-real-reason-for-denying-the-holocaust/)

    source : Houmous

  • Kikoo,

    je suis passé par là !

    («Il court, il court le furet, Le furet du bois, Mesdames. Il court, il court le furet, Le furet du bois joli»).

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu