Avertir le modérateur

03/07/2009

Rencontre avec Bat Ye'or à Jérusalem

 

le califat.jpg

Le dernier livre de Bat Ye'or, paru en Italie 

La librairie Vice-Versa recevait hier Bat Ye'or pour présenter ses livres au public francophone. Dans un cadre intime et devant un auditoire restreint, l'historienne d'origine égyptienne a présenté de manière concise ses travaux et analysé la situation actuelle. "Quand j'ai commencé à travailler sur la dhimmitude" [thème de son livre Les chrétientés d'Orient entre djihad et dhimmitude], a-t-elle rappelé, "je pensais que c'était une vieille histoire... Mais quand j'ai écrit Les chrétientés... j'ai compris que c'était un problème actuel. Nous vivons déjà à l'ombre du Califat".

 Bat Ye'or (Photo de Paul Landau)

BAT YEOR (PHOTO Paul Landau).jpgBat Ye'or expose ensuite le thème de son dernier livre, paru en Italie, intitulé "Vers le califat universel, comment l'Europe est devenue complice de l'expansionnisme musulman" (éditions Lindau). Ce livre porte essentiellement sur l'OCI (Organisation de la Conférence islamique) et sur son projet politique, que Bat Ye'or désigne comme étant l'instauration du "Califat universel". Parmi les objectifs déclarés de l'OCI, figure celui de transférer son siège de Djedda, en Arabie saoudite, où il se trouve actuellement, à Al-Quds (Jérusalem). L'OCI a aussi pour but de construire l'Oumma universelle, tout d'abord "dans les cœurs et les esprits" des populations musulmanes en Occident, puis – dans une seconde étape – en tant que réalité politique. Enfin, elle vise à proclamer le "message universel de l'islam" [par la da'wa, c'est-à-dire la propagande et le prosélytisme] et à éradiquer l'islamophobie, c.-à-d. à interdire toute critique de l'islam, et à obliger les Occidntaux à reconnaître les "Droits culturels" des Musulmans en Occident. Derrière cette expression ambigue se cache en fait l'objectif d'islamiser l'Occident, et notamment l'Europe, au moyen de l'instauration de la charia (1). Bat Ye'or conclut son intervention en affirmant que la dhimmitude est le problème essentiel du XXIe siècle.

 

Après cet exposé bref mais intense, Bat Ye'or répond aux questions du public. Elle rappelle le rôle essentiel et néfaste de la France dans l'instauration du "dialogue euro-arabe", euphémisme désignant en fait l'alignement de la politique étrangère des Etats européens sur celle de la ligue arabe, dans le cadre du processus qu'elle a décrit dans son livre capital, Eurabia. Elle évoque aussi des souvenirs personnels, comme ses relations avec la journaliste italienne Oriana Fallaci, qui s'est nourrie des travaux de Bat Ye'or, ou ses rencontres en Italie avec Magdi Allam (que j'évoquais dans ces colonnes) et avec Geert Wilders. Bat Ye'or remarque à ce sujet que l'Italie est un des rares pays d'Europe qui reste libre et qui a conservé le sens de la liberté, sans doute, observe-t-elle, en raison du combat politique qu'elle a mené pour acquérir son indépendance politique au XIX e siècle. (2).
EURABIA.jpg

 

 

En conclusion, et malgré le constat très lucide et peu encourageant qu'elle dresse de l'état de l'Europe et de l'Occident face à l'expansionnisme musulman, Bat Ye'or conserve un espoir, car, explique-t-elle "si on ne fait rien, on est pessimiste, mais si on agit, alors on demeure optimiste". Merci à Bat Ye'or pour cette leçon de courage et de clairvoyance. Merci aussi à la librairie Vice-Versa d'avoir organisé cette rencontre et souhaitons que, lors d'une de ses prochaines visites en Israël, Bat Ye'or puisse intervenir en français devant un public plus nombreux.

Pierre Its'hak Lurçat

 

 

Notes

1. A ce sujet voir le compte-rendu de la conférence donnée récemment à Paris par Paul Landau, sur le sujet de "L'islamisation de l'Europe", sur le site Riposte Laïque.

2 Il est intéressant de rappeler à ce sujet que plusieurs dirigeants sionistes ont été inspirés par l'exemple du Risorgimento, – au premier rang desquels Vladimir Zeev Jabotinsky – admirateur de Garibaldi, de Giusti et de Leopardi.

LES CHRETIENTES.jpg

12:36 Publié dans Islam | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : bat ye'or, eurabia, dhimmitude

Commentaires

Le menu est copieux, Pierre !

Il faut bien commencer par un bout, et l'aspect financier m'a interpellé par association avec le concept de matérialité, d'une part, et avec la responsabilité de l'Occident, d'autre part.

En 2008, Hervé de Charette, a signé la préface d'un livre collectif : "La finance islamique à la française : un moteur pour l’économie, une alternative éthique" édité par Secure Finance.

Extraits :

« La finance islamique, loin de représenter un recul, ou une abdication face à la religion, est, au contraire, le signe que l’on peut, avec un peu d’imagination et de savoir-faire, marier tradition et modernité, religion et économie. De ce point de vue, la finance islamique représente une véritable opportunité géopolitique. »

« La France a besoin de financer son effort d’investissement et doit être en capacité d’accueillir favorablement les investisseurs originaires du monde musulman qui souhaitent contribuer au développement de notre appareil productif et de recherche. C’est la clef de la croissance d’aujourd’hui et de demain. »

Texte intégral sur : http://oumma.com/La-finance-islamique-un-moteur

A voir : http://www.financeislamiquefrance.fr/

Le site de la Chambre de Commerce Franco Arabe :

http://www.ccfranco-arabe.org/french/index.php

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 05/07/2009

Si l'Europe a toujours connu une certaine diversité religieuse, elle reposait néanmoins sur un socle judéo-chrétien avéré.

Cette diversité, qui semble s’accélérer notamment sous l’effet de nombreux flux migratoires, atteint ponctuellement des proportions surprenantes selon certains chiffres, qu’il convient parfois de prendre avec circonspection, au regard du TABOU que constituent les données relatives aux religions (notamment concernant le nombre de personnes de confession musulmane). De grandes tendances se dessinent cependant, expliquées par quelques grands événements et phénomènes des cent dernières années : chute de l’Empire ottoman, formation de l’URSS et migrations internes, Seconde Guerre mondiale et génocide des Juifs d’Europe, éclatement de l’URSS et flux migratoires consécutifs, retour du fait religieux, immigration extra-européenne vers l’Europe de l’Ouest et du Nord, élargissement de l’Union européenne et circulation accrue des personnes, évolution démographiques internes aux États… les raisons de ces évolutions sont multiples et ont touché tous les grands courants confessionnels.

L'Islam, issu d’une immigration parfois européenne (Balkans) mais souvent extra-européenne (Maghreb, Machrek, Turquie, Iran, Pakistan, Afrique sub-saharienne), l’islam (presque exclusivement sunnite malgré quelques communautés chiites, alévies ou yézidies en Allemagne ou en Suède) s’est rapidement développé dans les États d’Europe occidentale et notamment dans les grandes agglomérations d’Europe du Nord.

Cette entrée de l’islam en Europe occidentale, relativement récente et nouvelle (à l’exception de l’Espagne et du Portugal qui furent partiellement musulmanes) n’est cependant pas la seule présence musulmane en Europe. Ainsi, de Sarajevo à Istanbul, l’islam balkanique est multiséculaire et se trouve à cheval sur de nombreux États (Bosnie-Herzégovine, Serbie, Monténégro, Kosovo, Macédoine, Albanie, Bulgarie). Il profite en outre, notamment dans les régions albanophones, d’une dynamique démographique très à son avantage.

Au sein de l’ex-URSS, l’islam, très souvent religion des peuples turco-tatars, est porté dans les régions européennes de l’ancien Empire par les Tatars (de Kazan ou de Crimée), les Bachkirs, et par de nombreux peuples caucasiens dont les Tchétchènes, les Avars ou les Azéris (ces derniers étant majoritairement chiites). L’immigration à l’époque soviétique et postérieure de ces populations a notamment contribué à faire de Moscou (dont la population est en constante augmentation) la première agglomération musulmane d’Europe (à l’exclusion évidente d’Istanbul, dont on ne va pas à nouveau parler de son opportunité d'adhérer à l'U.E.), juste devant Paris et Londres, avec environ 2 millions de musulmans, certaines estimations avançant même un chiffre de 3,5 millions de musulmans pour l'agglomération moscovite.

Il est à noter que la proportion de musulmans, souvent relativement faible dans les États, bien que croissante, atteint des pics dans certaines villes, de par son caractère presque exclusivement urbain. Ainsi, alors que la Suède compte moins de 5 % de musulmans, Stockholm et Malmö comptent chacune environ 20 % de population musulmane tandis que ces chiffres semblent supérieurs en ce qui concerne le Benelux, même si les estimations y sont variables, voire parfois fantaisistes, symbole de l’enjeu mais surtout du TABOU qu’elles semblent représenter : entre 13 et 25 % à Amsterdam ; entre 20 et 33 % à Bruxelles ; entre 13 et 40 % à Rotterdam ! Idem en France où les estimations globales varient entre 3,8 et 6 millions de musulmans, fruit semble-t-il d’une difficulté à définir clairement les termes, et d’un manque de sources.

À lire :

* Balkanologie, vol. IX, n°1-2, décembre 2005 (dossiers consacrés aux « diasporas musulmanes balkaniques dans l’Union européenne » et aux « orthodoxies balkaniques »)
* Barnavi, Elie, Les religions meurtrières, Flammarion, collection Café Voltaire, Paris, 2006
* Gauchet, Marcel, Le désenchantement du monde, Gallimard, collection Folio essais, Paris, 2005
* Gauchet, Marcel, Un monde désenchanté ?, Pocket, collection Agora, Paris, 2007
* Huntington, Samuel, Le choc des civilisations, Odile Jacob, collection Poche, Paris, 2007
* Laruelle, Marlène, Peyrouse, Sébastien (dir.), Islam et politique en ex-URSS : Etude comparée des cas russe et centrasiatique, L’Harmattan, Paris, 2005
* Willaime, Jean-Paul, Europe et religions : les enjeux du XXIème siècle, Fayard, collection Les Dieux dans la Cité, Paris, 2004

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 05/07/2009

* Non à la charia en Grande-Bretagne.

http://www.objectif-info.com/index.php?id=1205

* L'islam, première religion à Bruxelles dans vingt ans.

http://www.lefigaro.fr/international/2008/03/21/01003-20080321ARTFIG00068-l-islam-premiere-religiona-bruxelles-dans-vingt-ans.php

* Le phénomène Geert Wilders .

http://www.valeursactuelles.com/public/valeurs-actuelles/html/fr/articles.php?article_id=4724

* Emeutes musulmanes à Athènes.

http://www.bivouac-id.com/2009/05/21/emeutes-musulmanes-a-athenes/

* L'arabe deuxième langue étrangère à Copenhague.

La mairie de Copenhague veut introduire dès la rentrée l'arabe comme deuxième langue étrangère après l'anglais, et au même titre que le français et l'allemand. Elle entend ainsi aider à l'intégration des jeunes d'origine arabe (SIC), a indiqué un responsable.

"Il est très important que l'on propose aux élèves un choix de langues incluant l'arabe, car il y a un besoin de donner un coup de pouce aux jeunes issus de pays pratiquant cette langue et renforcer ainsi leur éducation et intégration dans la société danoise" a souligné le maire-adjoint en charge de la jeunesse.

L'arabe, qui devrait être proposé dans toutes les écoles de la capitale danoise, ferait ainsi partie des disciplines soumises à un examen comptant pour l'accès au lycée, a-t-il ajouté. Dix pour cent (3.166) des 31'000 élèves des collèges de la capitale danoise ont l'arabe comme langue maternelle, selon la mairie.

Source: Observatoire de l'islamisation.

** Finance islamique : Christine Lagarde revient à la charge.

http://www.bivouac-id.com/2009/07/06/finance-islamique-christine-lagarde-revient-a-la-charge/

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 06/07/2009

Dans " La Tyrannie de la Pénitence ", Essai sur le masochisme occidental, Grasset, 2006, Pascal Bruckner s’interroge sur un phénomène européen : s’attribuer la culpabilité de tous les maux de la terre, tout en pardonnant ou en tentant d’expliquer les actes parfois monstrueux commis par d’autres populations d’Afrique ou d’Orient.

Sous le couvert de l’analyse laïque invoquée par certains intellectuels, cette attitude est typiquement judéo-chrétienne : c’est celle du péché originel, que l’Homme doit payer de génération en génération. Ce mode de pensée présente les caractéristiques suivantes :

* il censure : il est interdit au bloc occidental de critiquer, en raison de ses crimes passés.

* il rassure : il est plus facile de ne rien faire que de prendre position.

* il distingue : l’Occident se divise en deux : d’un côté, l’Europe, qui regarde demanière neutre, et de l’autre, les Etats-Unis, qui se mêlent de tout. Cette rhétorique aboutit à un paradoxe : tout le monde frappe aux portes de l’Europe, et l’Europe n’a de cesse de " macérer dans sa propre honte de soi ".

Tout en restant circonspect vis-à-vis des thèses avancées par Brukner, force est de constater que l’interdiction de critiquer l’Islam, rend UNE religion inattaquable, alors que toutes les autres le sont. Le but de cette sémantique est à la fois de nier l’offensive du radicalisme islamiste sur le monde, mais également de faire taire les modérés de l’Islam, qui sont alors stigmatisés comme les ennemis de leur propore culture.

Dans la continuité de celà, l’Europe se cherchera un bouc émissaire pour expier ses péchés. Elle en trouvera deux : Israël, et les USA. Parallèlement, l’Europe se cherche une icône : le Palestinien, qui deviendra la représentation de la haine de l'Occident.

Ce qui est en fait reproché au Juif, ce n’est pas son comportement en Israël, mais plutôt, en fait, d’être sorti de lui-même, de sa situation de victime pour prendre son destin en main. Ce mode de pensée se manifeste avec beaucoup d’acuité en France : alors que celle-ci accepte progressivement les abominations de la colonisation, elle continue à fermer les yeux devant la collaboration avec les nazis, cette faute se réduisant au fur et à mesure que les Juifs en Israël se révèlent "inhumains". Fermer les yeux également sur les nouveaux "nazillons" antisionistes: mais ne sont-ils pas les clones de leurs ancêtres si récents encore et présents dans nos mémoires, ou n'ont-ils jamais cessé finalement d'exister comme une seule et même entité ?

Par ailleurs, il y a plus de Musulmans en France que de Juifs. Le monde musulman représente donc un foyer électoral plus important que les Juifs. Cela explique, pour partie la complaisance des autorités françaises vis-à-vis du terrorisme palestinien et du terrorisme pro-palestinien sur son propre territoire. ( cf. le boycott d'Israël et de tout ce qui en provient )

L’autre bouc émissaire sera les USA : critiquer les USA permet de haïr l’Europe à travers un tiers. Or, critiquer sans cesse les vainqueurs revient à se complaire dans le rôle de vaincu.

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 07/07/2009

L'Europe et l'Amérique sont en train de devenir musulmanes, l'occasion de propager l'islam chiite.

http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-16737-134-6-europe-amerique-en-train-devenir-musulmanes-occasion-propager-islam-chiite.html

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 07/07/2009

* La politique d’immigration a, bien entendu, eu pour conséquence l’islamisation de l’Europe et de la France. Cela fait des dizaines d’années que l’islam est devenu la deuxième religion de France. Les Français n’ayant pas le droit de connaître le nombre de musulmans présents sur le territoire national, comme d’ailleurs les effectifs de toute autre communauté religieuse puisqu’il est interdit de spécifier l’appartenance religieuse sur les recensements, force est d’utiliser les rapports établis à l’étranger pour avoir une vision plus exacte de ce qui se passe dans notre pays et en Europe . Un décompte exact du nombre de musulmans serait fortement utile pour l’analyse de nombreux problèmes nationaux et internationaux, comme les récentes émeutes afro-maghrébines qui ont embrasé la France, mais le politiquement correct interdit toute démarche scientifique en ce sens.

Les analystes américains s’accordent sur le chiffre de 23,2 millions de musulmans installés dans toute l’Europe , soit 5% de sa population, sans inclure la Turquie. En incluant celle-ci, le nombre de musulmans atteindrait le chiffre de 90 millions soit 15% de la population européenne. En 1945, elle n’en comptait qu’un million. La population musulmane européenne a plus que doublé en trente ans et son accroissement ne fera que s’accélérer. Un nouveau doublement de cette population devrait intervenir d’ici à 2015, soit dans les dix années à venir.

Les musulmans ne sont pas également répartis entre les pays européens, ils se concentrent principalement sur quatre pays : la France, l’Allemagne, la Belgique et les Pays–Bas. Le décompte serait de 5 millions pour la France, 4 millions pour l’Allemagne, 364.000 pour la Belgique et 886.000 pour les Pays-Bas. Il est à remarquer qu’en vingt ans, la population musulmane de l’Allemagne a plus que doublé passant de 1,8 million à 4,9; pour les Pays-Bas le nombre est passé de 400.000 à 886.000 . Cette population se concentre également dans quelques aires urbaines, ainsi la région Ile-de-France arriverait en tête avec 38 % de musulmans dans sa population , Paris intra-muros et Bruxelles compteraient un pourcentage de 15% de musulmans dans leurs populations, Marseille 25% et Amsterdam 10% .

Le nombre de musulmans en France est l’objet de nombreux débats puisque aucune statistique vérifiable n’est disponible. Les chiffres donnés par les analystes se basent sur le pays d’origine de la personne et de ses parents. Les convertis ne sont donc pas comptés. Les immigrés clandestins ne sont pas comptabilisés par définition et la part des musulmans parmi ceux-ci ne doit pas être négligeable. Rappelons que la population française compterait 15% d’immigrés, sans compter les immigrés clandestins .

Les chiffres publiés indiquent de 4 à 6 millions de musulmans en France. 4 millions est un chiffre qui semble sous-estimé, 6 millions est un chiffre certainement plus réaliste. Ce dernier chiffre est d’ailleurs avancé par le Cheik Abbas de la Grande Mosquée de Paris . L’U.S. Department of State, dans son rapport annuel international sur les religions, conserve le chiffre de 5 millions de musulmans en France. Selon les chiffres retenus, soit 3 millions, 4 millions ou 6 millions nous obtenons des pourcentages allant de 5 à 10% de la population. Nous nous rangeons à l’avis du Cheik Abbas et nous estimons qu’un chiffre de 6 millions de musulmans installés en France est un chiffre réaliste, cela nous donne un pourcentage de 10% de la population française .

Quelques indices peuvent faire penser que ce chiffre sous-estimerait la situation réelle. Ainsi l’armée française estime qu’elle compte dans ses effectifs de 10 à 20 % de musulmans , ce qui est considérable. Si nous appliquons cette fourchette à la population totale de la France, nous arrivons à des chiffres de 6 à 12 millions. Cependant l’armée peut effectivement avoir une sur-représentation de musulmans par rapport à l’ensemble de la population française par le simple fait que cette population est plus jeune et donc plus présente dans les effectifs militaires.

Un point sur lequel tous les analystes sont d’accord est que la France détient le record du pourcentage de musulmans dans sa population totale. Nous estimons qu’ils sont au minimum 10%, mais même en retenant un chiffre plus bas comme 5 millions de musulmans, nous obtenons un taux de 8% de la population qui reste le taux le plus élevé d’Europe, ensuite viennent les Pays-Bas avec 5,5% de musulmans et l’Allemagne avec 4,9% de musulmans . Les analystes s’accordent sur le doublement du nombre de musulmans installés en France en vingt ans (de 1983 à 2003), passant de 2,5 millions à 5 millions, si nous retenons ce dernier chiffre. Approximativement 50% des musulmans vivant en Europe y sont nés car l’immigration a changé de nature, ce ne sont plus des travailleurs qui viennent pour quelques années, ce sont des familles entières qui s’installent. En ce qui concerne la France, la politique de regroupement familial instaurée par le Président Valéry Giscard d’Estaing en juillet 1974 a évidemment stimulé l’immigration. Si l’immigration de travail ne représente que 5 % des entrées en France en 2004 et 7 % en 2005 comme nous l’avons déjà relevé, le regroupement familial totalise quant à lui 73 % des entrées ! . La France est confrontée à une véritable colonisation de peuplement. Cette population musulmane est beaucoup plus jeune que l’ensemble de la population et beaucoup plus féconde. 1/3 des musulmans vivant en France ont moins de vingt ans et plus de 15% des jeunes de 16 à 25 ans seraient musulmans . Ils bénéficient d’une fécondité beaucoup élevée que la fécondité moyenne des femmes vivant en France qui s’établit à 1,94 enfant par femme en 2005 : La fécondité des Algériennes serait de 4,4 enfants par femme, à la deuxième génération cette fécondité se situerait à 3,5 enfants par femme, en ce qui concerne les Marocaines leur fécondité s’établirait à 5,8 enfants par femme puis à 3,5 pour la deuxième génération, les Tunisiennes auraient une fécondité qui s’établirait à 5,1 et à 4,2 à la deuxième génération . Rappelons que si aujourd’hui la France a la fécondité la plus forte de l’Union européenne c’est grâce à l’apport de la fécondité des femmes issues de l’immigration.

Ces informations conduisent au constat suivant: la part de la population musulmane ne pourra que s’accroître dans l’avenir tant en Europe qu’en France, d’abord par son dynamisme démographique, car elle a l’avantage d’être plus jeune et d’avoir un indice de fécondité beaucoup plus élevé que l’ensemble de la population européenne, et d’autre part par la poursuite de la politique d’immigration massive menée par les différents gouvernements afin de compenser le déficit démographique de l’Europe et le vieillissement de sa population. Ce vieillissement de la population incitera de plus en plus les politiques à poursuivre et à accroître l’entrée des étrangers en France.

* D’après l’INSEE, en 2050, la France devrait compter 64 millions d’habitants avec 35% de la population âgée de plus de 60 ans. Cette population âgée sera en très grande majorité française «de souche», suivant l’expression consacrée, alors que les actifs et les jeunes auront un pourcentage beaucoup élevé qu’aujourd’hui d’individus d’origines étrangères et en particulier arabo-musulmane. Cela sera la conséquence du départ en retraite des grands contingents de Français nés dans les années du baby boom qui a commencé en 2005, remplacés en partie par les générations creuses qui ont suivi. La part des immigrés ou des Français issus de l’immigration sera de plus en plus importante au sein de la population active. En 2050, une grande proportion de la France active sera d’origine étrangère, surtout si le gouvernement applique une politique de discrimination positive pour les «minorités visibles», c’est-à-dire noire et arabe, en oubliant les Asiatiques. Certains analystes américains estiment que la part de la population musulmane de l’Europe s’établirait en 2050 à 20%.

Cette situation et ces prévisions amènent des analystes américains à estimer que la part des musulmans dans la population française atteindra, en 2025, le quart de sa population et en 2050, la moitié de sa population . Cette accélération de l’islamisation de la France se doublera d’une autre accélération: celle des départs des Français les plus actifs. Cela fait plusieurs années que de nombreux Français quittent leur pays pour fuir une pression fiscale trop forte, les jeunes hauts diplômés trouvant plus facilement à l’étranger des emplois au niveau de leur qualification avec des salaires plus élevés et de meilleures conditions de travail. Il y aurait aujourd’hui près de 2.200.000 Français installés à l’étranger dont près de 50% de jeunes de moins de 35 ans . Les conséquences des émeutes de novembre 2005 devraient d’ailleurs accélérer cette fuite car celles-ci auront des conséquences économiques et fiscales, le coût des dégâts subis et de la paix sociale dans les banlieues émeutières devant être financé d’une manière ou d’une autre, c’est-à-dire par les contribuables.

* L’ouverture des frontières aux immigrés provenant des pays arabo-musulmans s’est faite quelques années seulement avant que la ré-islamisation de ces populations ne s’engageât, c’est-à-dire à partir de la révolution iranienne de 1979. Ce processus, les musulmans installés en France l’ont connu et il ne fait que progresser par l’apport constant de nouveaux immigrés. Cette présence de plus en plus affichée de l’islam en France a entraîné un processus de conversion d’un certain nombre de Français à cette religion.

Beaucoup d’immigrés de cette religion refusent l’intégration, celle-ci est devenue une notion parfaitement dépassée à moins qu’elle ne soit considérée par les plus perspicaces comme une arme de conquête. Les musulmans revendiquent une place de plus en plus grande pour leur culture politico-religieuse et veulent imposer les règles de celle-ci à l’ensemble de la société . En effet, un musulman ne peut vivre pleinement sa foi que dans une société musulmane. Il ne peut pas manger n’importe quelle nourriture, il doit prier cinq fois par jour, il doit respecter les fêtes musulmanes, il ne doit pas fréquenter de femmes ni même les voir, etc. D’où le refus de la mixité, la demande récurrente de l’introduction de la viande halal dans les écoles, le refus de certains élèves de chanter ou de dessiner des personnages, la revendication de pouvoir porter le voile dans tous les lieux publics y compris dans les établissements scolaires, la revendication d’heures de pose dans les entreprises afin de pouvoir prier, la revendication de ne pas avoir d’examens ou de contrôles pour les élèves le jour de leurs fêtes, etc.

Les musulmans considérant posséder la religion la plus juste, puisque créée par le dernier des prophètes, le «sceau des prophètes», Mahomet, pourquoi devraient-ils s’intégrer à une civilisation occidentale qui, pour eux, correspond à la tolérance de l’homosexualité (punissable de la peine de mort dans les pays appliquant la charia), à la tolérance de l’adultère (punissable de la peine de mort suivant le Coran, sourate IV, verset 15), à la tolérance des rapports sexuels entre célibataires de sexes opposés, ce qu’ils appellent: «la fornication» (punissable de cent coups de fouet , sourate XXIV, verset 2). De plus, la civilisation occidentale pose le principe de l’égalité des droits entre les hommes ce qui est parfaitement incompatible avec l’islam, puisque le Coran stipule qu’un musulman est supérieur à un non-musulman (sourate III, verset 139), elle prône aussi l’égalité entre les femmes et les hommes ce qui est également contraire au texte du Coran (sourate IV, verset 34), etc. En résumé, la civilisation occidentale est une civilisation décadente et perverse, responsable de l’apparition du sida et de sa transmission (ce qui n’est pas vraiment faux puisque l’Occident a scandaleusement vendu des pochettes de sang contaminé à certains pays d’Afrique noire et du Maghreb). La solution à tous ces maux est l’islam . Nous voyons donc que la présence d’une communauté musulmane de plus en plus importante en France entraînera automatiquement de plus en plus de pressions pour que la société française évolue vers une société en accord avec les préceptes coraniques.

Cela fait quatorze siècles que les musulmans ont été orientés vers la bonne voie et libérés de l’erreur par leur prophète et ils n’attendent rien du monde occidental. Dire que les Occidentaux vont leur apporter la démocratie ou les Droits de l’Homme se traduit pour eux par une volonté de l’orgueilleux Occident d’appliquer des principes issus d’une société décadente et laïque. Ils considèrent, au contraire, que ce sont eux qui ont quelque chose à apporter à l’Occident: l’islam, car c’est l’Occident qui est prisonnier de ses erreurs puisque majoritairement non-musulman. Dans cette optique, par exemple, le but connu des Frères musulmans est de conquérir l’Europe chrétienne et d’en faire un continent musulman. La haine de la civilisation occidentale et des croisés est de plus en plus alimentée et encouragée par les prêches d’imams virulents dans certaines mosquées. À cette virulence, s’ajoutent un antisémitisme et un anti-sionisme de longue date. L’augmentation des actes antisémites ces dernières années en France en est le reflet.

Comme l’a fait si justement remarquer Denis Lambert: Ne nous trompons pas de siècle. Les grandes invasions ne se font plus en chars (…), mais en charters. Les grandes agressions ne se font plus par canonnades mais par immigration, par attentats ou par missiles.

Les émeutes de novembre 2005, véritables «pogroms anti-français», menées par des afro-maghrébins à majorité musulmane aux cris: Allah Akbar! et de Sarkozy sale juif! , mettent en évidence le fait que la France est en état de guerre depuis plusieurs années. Le pays est en effet confronté à un conflit de basse intensité et asymétrique.

Ce conflit qui n’engage pas des corps d’armées et des divisions blindées est un conflit plus politique que militaire et a pour but de vaincre l’adversaire par sa dé-légitimation. Ce conflit de basse intensité se caractérise par la mort de citoyens tout simplement parce qu’ils sont là au mauvais moment , par des agressions comme dans le train Nice-Lyon du 1er janvier 2006, des incendies de voitures qui atteignent une moyenne journalière de plus d’une centaine d’automobiles , des destructions régulières d’équipements et d’établissements publics, des destructions d’établissements privés, des agressions répétées et régulières contre les forces de police, les pompiers et généralement de tout représentant de l’Etat ou des collectivités locales. Il se caractérise aussi par le développement de territoires que l’Etat ne contrôle plus et de la remise en cause des valeurs républicaines comme la laïcité, la mixité, etc. Le terrorisme intellectuel est l’arme la plus utilisée dans le conflit que connaît la France, il prend la forme du politiquement correct, d’accusations de racisme parfaitement non fondées, de la volonté de culpabiliser la France pour son passé colonial, etc. L’objectif est toujours le même: rendre illégitime le pouvoir politique afin de le conquérir ou tout au moins de le contrôler, ce qui est en passe de se réaliser. Dans ce conflit, aucun citoyen n’est à l’abri, car les crimes, les agressions, les destructions et les troubles de toutes natures se perpétuent au sein de la population civile afin d’y détruire les liens sociaux. L’objectif est également de parvenir à asseoir le contrôle sur une partie des institutions de la société française, l’école étant une cible privilégiée. Il arrive que ce conflit ait des poussées de fièvre qui le généralise géographiquement et l’aggrave momentanément comme lors des émeutes de novembre 2005. Les morts , les incendies de voitures, d’autobus, d’écoles et de bâtiments divers que causèrent ces émeutes ne furent pas des nouveautés en soit, ce furent l’ampleur et la durée de ces évènements qui en ont fait l’originalité.

Ce conflit de basse intensité est aussi une guerre asymétrique. Car les moyens sont disproportionnés entre ceux de l’Etat français et ceux des délinquants. Le principe de la guerre asymétrique consiste à attaquer un adversaire beaucoup plus puissant que vous et de parvenir à le paralyser idéologiquement, l’empêchant ainsi d’utiliser les moyens dont il dispose. L’Etat français entre dans ce cas, ce qui explique que les émeutes de novembre 2005 aient pu durer quatre semaines. L’Etat français, cinquième puissance mondiale, a été incapable de maîtriser les émeutiers des banlieues et les émeutes se sont relativement apaisées sans que l’action de la police y soit pour quoi que ce soit.

Il n’est pas impossible que dans l’avenir ce conflit de basse intensité que connaît la France ne mute en une véritable guerre civile. Les stocks d’armes de guerre découverts régulièrement dans les banlieues, comme en décembre 2005 à Clichy-sous-bois, commune où ont débuté les émeutes de novembre 2005, démontrent l’existence d’un danger très réel de guerre civile. L’exemple de la Côte d’Ivoire devrait nous avertir, la guerre civile que connaît ce pays est liée à la présence de 26 % d’étrangers sur son sol (estimation de 1998) et certains hommes politiques ivoiriens parlent de 40% d’étrangers présents dans le pays. Cette population étrangère veut tout naturellement prendre une partie du pouvoir politique et pour cela n’hésite pas à utiliser la force armée.

Avec des musulmans qui représenteraient, en 2025, 25% de sa population, la France atteindrait un seuil de non-retour et dans cette perspective, si les prévisions démographiques se réalisent, les musulmans devraient à un moment donné prendre le contrôle politique de la France. En effet, l’accroissement du nombre de musulmans en France s’accompagnera d’une prise de conscience de leur poids politique et d’une volonté de détenir les instances représentatives du pays; conscience qui a déjà pris naissance lors des manifestations de 2004 contre la loi sur les signes religieux à l’école, lorsque des femmes voilées brandissaient leurs cartes d’électrices.

D’un point de vue géostratégique, l’apparition d’une France à majorité musulmane bouleverserait les données. Le fait que les musulmans prennent à terme le contrôle de la cinquième puissance mondiale avec sa force nucléaire entraînerait le risque d’un renversement d’alliance avec les pays anglo-saxons. Si les relations entre la France et les Etats Unis ont connu des crises, les mêmes principes démocratiques et les mêmes valeurs culturelles leur permettaient de surmonter ces crises et de rester alliés. Ce ne sera plus forcément le cas si la France devient majoritairement musulmane.

L’évolution de la politique française vis-à-vis de la situation au Proche-Orient serait inéluctable. Une France musulmane ne pourrait qu’accentuer une politique étrangère déjà pro-arabe.

L’anti-américanisme qui s’est développé en France ces dernières années ne devrait pas rendre très difficile ce retournement d’alliance dans une opinion déjà conditionnée par les médias à voir dans les Etats Unis les causes des maux de ce monde.

L’islamisation ne se cantonnera pas à la France, elle se poursuivra en Europe, comme les Frères musulmans le prévoient , et la France ne serait que le premier maillon d’une série de pays européens à se transformer en pays musulman, d’autres états la suivront: la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne sont les mieux placés pour connaître, eux aussi, ce scénario. Dans cette perspective, l’Union européenne s’ouvrirait non seulement aux Turcs, mais aussi aux pays du Maghreb et de l’Afrique du Nord: l’Eurabia deviendra ainsi une réalité concrète et signera la fin de la civilisation occidentale en Europe.

L’avenir de la France se jouera dans les trente prochaines années parce que l’islamisation s’inscrit plus dans son avenir que dans son présent. Sa survie dépendra de la capacité des responsables politiques français à avoir le courage de reconnaître le danger et à avoir la volonté de le combattre. Le pays où vivront nos enfants et nos petits-enfants aura un visage différent selon que cette volonté existe ou non.

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 07/07/2009

Les islamistes avancent voilés.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-islamistes-avancent-voiles_772990.html

Un danger, la burqa et le niqab ? Une chose est sûre : en France, les musulmans modérés peinent à enrayer la montée des intégristes.

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 08/07/2009

La filière islamiste toulousaine condamnée.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/07/10/637156-La-filiere-islamiste-toulousaine-condamnee.html

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 10/07/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu