Avertir le modérateur

Israël denonce une "intervention grossière d'un Etat étranger dans ses affaires intérieures"

INCROYABLE "HOUTZPA" du Président Sarkozy, qui non content de dicter à Israel sa politique, voudrait aussi décider de la composition de son gouvernement... On constate ainsi le mépris de Sarkozy pour la démocratie israelienne...

JERUSALEM (AFP) Un porte-parole du ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Lieberman a critiqué mardi dans un communiqué des propos attribués au président français Nicolas Sarkozy lors d'un entretien avec le chef du gouvernement Benjamin Netanyahu à Paris.

Ce communiqué a été publié à la suite d'informations diffusées par la deuxième chaîne de télévision privée israélienne affirmant que le président français avait conseillé à M. Netanyahu lors d'un entretien mercredi dernier à l'Elysée de se débarrasser de M. Lieberman, chef d'un parti d'extrême-droite.

"Si ce qui est attribué au président français est exact, il s'agirait d'une immixtion d'un président d'un Etat démocratique respecté dans les affaires d'un autre pays démocratique, une chose grave et inacceptable", a affirmé le conseiller médiatique de M. Lieberman.

"Nous espérons qu'au-delà des positions politiques de chacun, tous les partis en Israël condamneront une intervention aussi grossière d'un Etat étranger dans nos affaires intérieures", a ajouté le conseiller.

Selon les informations diffusées par la chaîne israélienne, le président Sarkozy aurait affirmé à M. Netanyahu: "débarrasse toi de lui (Lieberman) et prend à la place Tzipi Livni (la chef de l'opposition). Avec elle et Ehud Barak (le ministre travailliste de la Défense) tu pourras faire l'histoire".

M. Netanyahu a pris la défense de son ministre des Affaires étrangères en affirmant qu'en "privé c'est quelqu'un de pragmatique". A quoi le président français, selon les médias israéliens, a répliqué: "lors de discussions privées Jean-Marie Le Pen (chef du Front National, un parti d'extrême-droite) est quelqu'un de très agréable".

Commentaires

  • La rupture dans la continuité : Sarkozy, un ami d'Israël, sûr de lui et dominateur !

    Chaque nation a la politique étrangère qu'elle mérite ; ses relations avec les États étrangers sont déterminées par son caractère, les fondements moraux de son idée d'État, ses attaches et sa réputation dans le monde. Cependant elle ne peut échapper à la servitude qui lui est imposée par sa situation géopolitique et par le jeu complexe des influences des grandes puissances qui atteignent aujourd'hui les points les plus isolés du monde.


    On est, qu'on le veuille ou non, un rouage dans un immense mécanisme où tout se tient. L'État d'Israël est indépendant parce qu'il a le désir de l'être, parce qu'il essaie continuellement de se frayer un chemin qui lui soit propre. A force de volonté, il peut résister à certaines pressions, mais bien vite il est sujet à d'autres. Tout en tendant à s'orienter sur lui-même, il se trouve obligé de se soumettre aux fluctuations des relations politiques internationales.

    Il existe cependant des facteurs permanents qui marquent la ligne politique d'Israël. C'est d'abord son caractère d'État juif avec toutes les conséquences qui en découlent.

    C'est le fait d'être placé au cœur du monde arabe et musulman qui constitue la plus grande préoccupation de l'État d'Israël et qui détermine ses relations aussi bien avec ses voisins qu'avec les autres États du monde, proches ou éloignés.

    De facto, ceci crée nécessairement une interdépendance avec les communautés juives du monde entier. Certaines de ces communautés n'avoueraient jamais leur sensibilité profonde à l'égard des faits et gestes de l'État juif.

    Les juifs français sont solidaires, ont un sens du devoir, qui doit prendre la priorité sur certains facteurs qui correspondent à l'intérêt douteux de la politique étrangère de la France.

    La marche d'Israël vers son indépendance n'a pas toujours été très facile à comprendre pour l'observateur ordinaire parce qu'elle n'entre pas dans les conceptions et les habitudes de cette ère de libération des peuples. Malgré son amitié proclamée, ses origines avariées, M. Sarkozy est passé de l'ordinaire au vulgaire !

    Que des Juifs venant de tous les coins du monde, riches d'une civilisation millénaire, persécutés pendant des siècles, déterminés à se découper un petit coin sur la terre, forment une nation et un Etat, c'est encore un processus historique que soixante et un ans après la création d'Israël nous sommes condamnés à expliquer et à justifier !

  • Les gens sages vivent a l'Israel - ils n'ont pas besoin de control.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu