Avertir le modérateur

21/06/2009

COMMUNISTES, COMPLICES DES TERRORISTES!

Une manifestation importante aura lieu mercredi 24 juin devant la mairie de VITRY, sur l'initiative du CCJ, dont je reproduis l'appel ci-dessous (publie sur DESINFOS).

Marwan Barghouti, citoyen d’honneur !

Pour rappel, Marwan BARGHOUTI, chef des terroristes TANZIM, est emprisonné en Israël pour meurtres et tentatives de meurtres de civils juifs israéliens, dans une entreprise terroriste (les brigades des martyrs d’Al Aqsa) sous son commandement. Il est inculpé et condamné notamment pour cinq meurtres par l’intermédiaire d’un groupe armé dont celui d’un moine orthodoxe grec, ainsi que d’attentats suicides, notamment au nord de Jérusalem et à Tel-Aviv. Le CCJ demande que cette affiche soit relayée au maximum auprès de tous vos contacts mails et vos amis facebook et de venir nombreux ce mercredi pour donner du poids à cette action.
 

 

Le PCF et l’art du sophisme ou la nécessité de manifester le 24 juin à Vitry contre une décision scélérate

dimanche 21 juin 2009

Le Parti Communiste Français, dernier des mohicans des partis communistes européens, est devenu le héraut des palestiniens, mettant à leur service leur art du sophisme. Le PCF a substitué le conflit palestino israélien à la vieille dialectique de la lutte des classes (version tiers-mondiste) et les combattants palestiniens au prolétariat révolutionnaire.


Nombre de municipalités communistes, pour exister, font de ce conflit leur fonds de commerce. Ils organisent à foison des évènements pro palestiniens (expositions, conférences débats, voyages, jumelages, articles sur des bulletins municipaux...) recherchant le spectaculaire, l’émotion en misant sur les frustrations pour construire de toutes pièces un message accusateur contre Israël. Leur nouvel étendard est celui du néo pacifisme fondé sur la compassion sélective pour les victimes palestiniennes. Euréka, le PCF a trouvé l’homme providentiel, apte à conclure la paix avec Israël, en la personne de Marwan BARGHOUTY. Il est régulièrement promu citoyen d’honneur de mairies communistes (Stains, Gennevilliers, Valenton, Ivry et maintenant Vitry).

Marwan Barghouty est présenté par le PCF comme un martyr, soit disant prisonnier politique qui aurait été victime "d’un enlèvement" par l’armée israélienne pour être déféré devant un tribunal pénal à Tel Aviv. La justice israélienne, dont l’équité est incontestable et incontestée (même par les palestiniens) l’a condamné à cinq peines d’emprisonnement à perpétuité pour des attentats terroristes qui ont fait des dizaines de tués civils et militaires. A l’annonce de son verdict, il a déclaré : « La poursuite de "l’intifada est la seule voie vers l’indépendance. Cette occupation est la pire occupation coloniale que l’humanité ait connue mais elle se meurt et ils (les israéliens) feraient mieux de se préparer à ses funérailles ».

Autisme, cécité, tels sont les maux dont le PCF est atteint. A cela s’ajoute la sénilité au point de confondre un assassin avec un combattant de la paix, lequel, si c’était le cas, ne transformerait pas des enfants en bombes humaines pour détruire d’autres vies humaines. Le PCF n’en a cure. S’est il intéressé au sort des victimes de Barghouti ou à celui de Guilad SHALIT ? Le PCF a une lecture manichéenne du conflit palestino israélien : il y a d’un côté les "bons" comme Marwan Barghouty dont les mains sont pourtant trempées de sang ; de l’autre les "méchants" : l’Etat d’Israël qui cumule toutes les tares possibles : sioniste, guerrier, capitaliste, exploiteurs, colons… C’est sur cette base que fonctionne l’antisionisme absolu et le « palestinisme » compassionnel. Ce militantisme palestinophile et antisioniste qui a pour géniteur le PCF dérive gravement vers l’appel à la haine et à la violence contre les juifs.

Car il faut le reconnaître, hélas, la carte des villes communistes, qui s’illustrent par un déchaînement anti-sioniste proche de l’hystérie, épouse trop souvent la carte des incidents antisémites (Saint-Denis, Bagneux, Valenton, Ivry, Vitry-sur-Seine, etc.).

J’invite le PCF à s’approprier la conclusion des Réflexions sur la question juive de Sartre : "Pas un français ne sera en sécurité tant qu’un juif en France et dans le monde entier, pourra craindre pour sa vie".

André BENAYOUN

Président du CCJ 94

Appel à manifester lancé par la Communauté de Vitry-sur-Seine (présidée par le Dr David Rouah) avec le soutien du Conseil des Communautés Juives du Val-de-Marne (CCJ 94) et de l’ensemble des institutions juives d’Ile-de-France

Renseignements : 01 56 20 26 26 – 06 19 70 00 87 – Mail : ccjif@free.fr

 

 

Commentaires

Plus qu'une simple affaire de politique étrangère, le Proche-Orient agit comme un miroir pour la société française et les communautés qui l'habitent. C'est pourquoi toute prise de position prend un caractère passionnel. Depuis le parrainage d'Israël par la IVe République jusqu'au caillassage du Premier ministre Lionel Jospin à l'université de Bir Zeit, en passant par la fameuse déclaration du général De Gaulle en 1967 à propos du peuple juif "sûr de lui-même et dominateur", et le "sauvetage" de Yasser Arafat par François Mitterrand en 1982, les débats et polémiques ont souvent divisé l'opinion française et ses responsables politiques.

L'emprise du communisme demeure beaucoup plus forte que ne le laissent suggérer les seuls résultats électoraux du PCF.
Le communisme est sous perfusion, mais il est encore vivant, et ce d'autant plus, qu'il existerait toujours en France une culture communiste partagée par des personnes parfois tout à fait étrangères au cercle des militants et des sympathisants communistes. Anticapitalisme et anti-impérialisme continuent de prospérer sur les ruines du PCF. Le succès des mouvements antimondialisation n'en est qu'un des symptômes.

C’est toujours la même absence mentale et pratique de vraie alternative à gauche.

A lire : islamistes-communistes-Verts, tous ensemble contre Israel !

http://www.juif.org/blogs/11795,islamistes-communistes-verts-tous-ensemble-contre-israel.php

Dès 1937, Trotski allait jusqu’à imaginer l’assimilation et donc la disparition des Juifs et de leur culture (dont leur langue traditionnelle, le yiddish) au sein de leurs pays respectifs. La question d’un espace de regroupement sur le territoire même de l’URSS fut évoquée : le malheureux exemple du Birobidjan, mais cela ne semblait pas recevoir l’assentiment de Trotski qui parlait de " farce bureaucratique "… Plus généralement, le socialisme à venir semblait pouvoir résoudre la question juive (culture, langue… ) par l’assimilation générale.

Trotski reconnaissait cependant l’existence d’une nation juive capable de se maintenir par l’adaptation à la modernité.

La solution dite de l’État binational, si elle paraît irréaliste, paraît toujours la plus souhaitable historiquement, et en particulier à la LCR. Ce fut la position initiale de plusieurs courants de gauche (dans la communauté juive également) opposés à la partition de 1947. Il s’agissait de reconnaître des droits linguistiques, culturels, scolaires, collectifs aux deux communautés dans le cadre d’une structure étatique commune (en s’inspirant des thèses d’Otto Bauer sur l’autonomie culturelle).

Devant l’enterrement des accords d’Oslo, des voix minoritaires ont commencé à s’élever de nouveau en faveur d’une telle solution, du côté juif comme du côté palestinien (dont celle d’Edward Saïd). On peut se reporter sur ce point au livre (entre autres) de Michel Warshawski, Israël-Palestine, le défi binational (Textuel, 1999), ainsi qu’aux documents qu’il a réunis avec Michèle Sibony dans " À contre-chœur " : les voix dissidentes en Israël, (Textuel, 2001). On y trouvera notamment un intéressant post-scriptum d’Elias Sanbar redoutant que la notion d’État binational ne serve de prétexte à une nouvelle partition territoriale, au lieu de fonder une citoyenneté commune sur une rigoureuse égalité des droits.

La IVe Internationale n’a jamais dissimulé son soutien aux mouvements palestiniens et à une certaine époque, dans les années soixante-dix, au FDPLP (Front démocratique pour la libération de la Palestine.

La montée en puissance du fondamentalisme islamiste pourrait devenir dans les années à venir un danger pour les Palestiniens eux-mêmes. En définitive : Israël ne constitue-t-il pas, paradoxalement, un rempart démocratique face à la montée de l’islamisme radical ? Pour ceux qui connaissent plutôt bien les débats au sein du courant trotskiste, il est étonnant que, d’une façon générale, peu de critiques aient été émises sur les pays arabes limitrophes antidémocratiques : pas d’élections, pas de partis, presse muselée, antisémitisme d’État (Égypte… ), misère permanente des populations, esclavagisme (Arabie saoudite), statut d’infériorité des femmes, etc.

Un ami de Freud, R. Bienenfeld, soutenait en 1937 que " chez les Juifs sans religion certains traits fondamentaux de la religion juive continuent d’agir à leur insu, qui déterminent le sens de leur vie et leur spiritualité malgré leur mépris endémique pour les traditions juives. Les Juifs sans religion forment un groupe très particulier justement à cause de ce maintien spirituel, en eux et dans leur entourage, de leur religion ancestrale, mais cela inconsciemment ".

Cela peut-il concerner les Juifs appartenant à des organisations communistes ?

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 22/06/2009

il faut tous etre la..remuer vous

Écrit par : sellam denis | 23/06/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu