Avertir le modérateur

06/03/2009

Nouvel attentat au bulldozer à Jérusalem

L'arme du crime : un bulldozer et un Coran!

Encore un attentat au bulldozer, qui s'est bien terminé grace au sang-froid d'un chauffeur de taxi qui a abattu le terroriste. La police a retrouvé dans la cabine du bulldozer "l'arme du crime" : un Coran ouvert (on ne sait pas a quelle page). En réaction, le Hamas et l'AP ont rivalisé dans le mensonge et la démagogie : le Hamas a parlé de "réponse naturelle" aux destructions de maisons arabes à Jérusalem-Est, et le ministre de l'Information [sic] de l'Autorité palestinienne, Ryad al Malki, a évoqué pour sa part un simple "accident de la circulation"... (Au fait, quel politologue francais parlait encore récemment du "courageux président" de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas?) Faudra-t-il interdire le Coran??? P.I.L.

2009-03-05T162512Z_01_APAE52419M200_RTROPTP_3_OFRTP-ISRAEL-ATTAQUE-20090305.jpg

JERUSALEM - Un Palestinien aux commandes d'un bulldozer a embouti un véhicule de police pour l'utiliser comme bélier contre un autobus rempli de passagers, jeudi, sur une des principales artères de Jérusalem, avant d'être abattu.

Un Palestinien aux commandes d'un bulldozer a embouti un véhicule de police pour l'utiliser comme bélier contre un autobus rempli de passagers, jeudi, sur une des principales artères de Jérusalem, avant d'être abattu. (Reuters/Darren Whiteside)

Les passagers paniqués ont exigé de leur chauffeur qu'il s'arrête pour descendre de l'autobus, si bien qu'aucun d'entre eux n'a été blessé alors que les deux occupants du véhicule de police l'ont été légèrement.

C'est à ce moment-là qu'un policier et un chauffeur de taxi se sont approchés du bulldozer et ont tiré sur son conducteur, un ouvrier du bâtiment du nom de Mareï Radaïdeh, âgé d'environ 25 ans et qui, selon des Palestiniens, vivait chez sa famille à Beït Hanina, un quartier de Jérusalem-Est.

La police dit avoir trouvé après coup un exemplaire du Coran ouvert dans la cabine de l'engin. "Il semble s'agir d'un attentat terroriste d'après les éléments dont nous disposons actuellement", a déclaré son porte-parole, Micky Rosenfeld,

Le ministre de l'Information de l'Autorité palestinienne, Ryad al Malki, a évoqué pour sa part un simple "accident de la circulation" tandis que le Hamas a parlé de "réponse naturelle" aux destructions de maisons arabes à Jérusalem-Est.

Sur la bande d'une caméra vidéo surveillant la circulation automobile, on voit le bulldozer abaissant sa pelle avant de heurter la voiture de police en stationnement. Le bulldozer pousse alors le véhicule à travers le carrefour, le renversant et l'acculant contre l'autobus.

Il s'agit du troisième incident de ce type en huit mois. Les deux précédents impliquaient aussi des habitants de la partie arabe de Jérusalem, annexée par Israël en 1967 et revendiquée par les Palestiniens comme la capitale de leur futur Etat.

Commentaires

2001 14 fév : 8 Israéliens, dont 7 soldats, sont tués par un Palestinien qui lance son autobus contre un groupe de civils et de soldats près de Tel-Aviv. 18 mai : attentat-suicide à Netanya. Cinq tués, outre le kamikaze. 1er juin : attentat-suicide dans une discothèque de Tel-Aviv. 21 tués, en majorité des adolescents, outre le kamikaze. 9 août : attentat-suicide dans une pizzeria de Jérusalem-ouest. 15 tués, outre le kamikaze. 17 oct : assassinat à Jérusalem du ministre israélien du Tourisme Rehavam Zeevi par un commando palestinien. 28 oct : attaque palestinienne à Hadéra (nord). Quatre tués, outre ses deux auteurs. 1er déc : double attentat-suicide à Jérusalem-ouest. 11 tués, outre les deux kamikazes. 2 déc : attentat-suicide à Haïfa (nord). 15 passagers d'un bus tués, outre le kamikaze. 12 déc : 11 Israéliens tués dans l'attaque à l'arme automatique d'un bus près de la colonie juive d'Emmanuel (Cisjordanie).

2002 17 jan : attaque palestinienne à Hadéra. 6 morts, outre son auteur. 2 mars : attentat-suicide à Jérusalem-ouest. 10 morts, outre le kamikaze. 3 mars : un tireur embusqué palestinien attaque un barrage militaire près de Ramallah (Cisjordanie). 10 morts, dont 7 militaires. 9 mars : attentat-suicide dans un bar de Jérusalem-ouest proche du domicile d'Ariel Sharon. 11 tués, outre le kamikaze. 12 mars : 6 Israéliens tués dans une attaque à l'arme automatique dans le nord d'Israël, près de la frontière libanaise, en plus des deux assaillants. 20 mars : attentat-suicide contre un bus dans le nord d'Israël. Six morts, outre le kamikaze. 27 mars : attentat-suicide dans un hôtel de Netanya au soir de la Pâque juive. 29 morts, outre le kamikaze. 31 mars : attentat-suicide près de Haïfa. 16 morts, outre le kamikaze. 10 avr : attentat-suicide contre un bus près de Haïfa. Huit morts, outre le kamikaze. 12 avr : attentat-suicide à Jérusalem-ouest pendant une visite du secrétaire d'Etat Colin Powell. Six morts, outre la kamikaze palestinienne. 27 avr : cinq Israéliens tués dans l'attaque de la colonie d'Adora (Cisjordanie) par un commando palestinien. 7 mai : attentat-suicide dans un club de billard de Rishon-le-Tzion (sud de Tel-Aviv). 16 morts, outre le kamikaze. 5 juin : attentat-suicide contre un bus à Meggido (nord). 17 tués, dont 13 soldats, outre le kamikaze. 18 juin : attentat-suicide contre un bus à Jérusalem. 19 tués, outre le kamikaze. 19 juin : attentat-suicide à Jérusalem. Sept morts, outre le kamikaze. 16 juil : attaque d'un bus de colons en Cisjordanie. Neuf morts. 31 juil : attentat à la bombe à l'université hébraïque du mont Scopus à Jérusalem. Neuf morts. 4 août : attentat-suicide contre un bus près de Safed (nord). Neuf morts, outre le kamikaze. 19 sept : attentat-suicide contre un bus à Tel-Aviv. Six morts, outre le kamikaze. 21 oct : attentat-suicide contre un bus dans le nord d'Israël. 15 tués, outre le kamikaze. 10 nov : Cinq tués dans l'attaque du kibboutz Metzer (nord) par un Palestinien. 15 nov : 12 tués, dont 9 soldats, dans une embuscade à Hébron (Cisjordanie). 21 nov : attentat-suicide contre un bus à Jérusalem-ouest. 11 morts, outre le kamikaze. 28 nov : six Israéliens tués par deux Palestiniens qui mitraillent une foule devant le siège du Likoud, le parti de M. Sharon, à Beit Shéan (nord), le jour des élections à la direction de ce parti.

2003 5 jan : double attentat-suicide à Tel-Aviv. 23 morts, outre les deux kamikazes. 5 mars : attentat-suicide contre un bus à Haïfa. 17 morts, outre le kamikaze. 18 mai : attentat-suicide dans un autobus à Jérusalem-est. 7 morts outre le kamikaze. 11 juin : 17 morts, outre le kamikaze, dans un attentat suicide contre un bus à Jérusalem-ouest. 19 août : 23 personnes tuées, outre le kamikaze, dans un attentat suicide à bord d'un bus à Jérusalem-ouest. 9 sept : deux attentats-suicide, à cinq heures d'intervalle, devant une base militaire près de Tel-Aviv, puis dans un café de Jérusalem font 15 morts, outre les deux kamikazes. 4 oct : 21 personnes, outre son auteur, sont tuées dans un attentat suicide perpétré par une Palestinienne dans un restaurant de Haïfa. 25 déc : quatre Israéliens tués, outre le kamikaze, dans un attentat suicide du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) à un arrêt de bus près de Tel-Aviv.

2004 14 jan : quatre Israéliens tués dans un attentat suicide au terminal d'Erez, principal point de passage entre Gaza et Israël, et perpétré pour la première fois par une Palestinienne du Hamas. 29 jan : un attentat-suicide dans un bus, à Jérusalem-ouest, fait 11 morts, outre le kamikaze. 22 fév : huit morts, outre le kamikaze, dans un attentat suicide à bord d'un bus à Jérusalem-ouest. 14 mars : double attentat-suicide dans le port d'Ashdod: 10 morts outre les deux kamikazes. 31 août : double attentat-suicide contre deux autobus à Beersheva (sud). 16 morts, outre les deux kamikazes.

2005 25 fév : Un attentat-suicide à l'entrée de la discothèque The Stage à Tel-Aviv fait cinq morts outre son auteur et une cinquantaine de blessés. L'attentat a été revendiqué par le Jihad islamique. 12 juil : cinq Israéliens, outre le kamikaze palestinien, ont été tués et une quarantaine de personnes blessées dans un attentat devant un centre commercial de Netanya au nord de Tel-Aviv. 26 oct : six morts dans un attentat à Hadera (nord) revendiqué par le Jihad islamique. 5 déc : Cinq Israéliens, outre le kamikaze, sont tués et plus de trente blessés dans un attentat devant un centre commercial de Netanya, revendiqué par le Jihad islamique.

2006 17 avril : Cinq personnes sont tuées et des dizaines d'autres blessées dans un attentat-suicide commis dans l'ancienne gare routière de Tel Aviv par un kamikaze qui a aussi péri. L'attentat est revendiqué par le Jihad islamique.

Source AFP/Le Figaro, 15/10/2007

Le " courageux " chef de l'Autorité palestinienne doit ordonner d'arrêter et de traduire devant la justice les auteurs et commanditaires d'attentats contre des civils.

Comment envisager une quelconque respectabilité vis-à vis d'un Etat qui " voudrait " voir le jour demain !

Les attentats palestiniens contre des civils violent les principes fondamentaux de l'humanité définis par le droit humanitaire international.

Certains, toujours les mêmes, ont une vision cyclopéenne de la réalité, comme " LA PAIX MAINTENANT ", voir: Du rôle modérateur des Palestiniens détenus pour terrorisme !!!

http://www.haaretzdaily.com/hasen/pages/ShArt.jhtml?itemNo=313487&displayTypeCd=1&sideCd=1&contrassID=2

Dans le passé, Israël a détruit ou menacé de détruire les maisons familiales d'auteurs d'attentats.

L'Etat juif a annoncé la semaine dernière la prochaine destruction de plus de 80 habitations arabes construites sans permis dans la partie orientale de la ville - une initiative critiquée par Hillary Clinton.

Aujourd'hui le "Mur" est présenté comme une barrière de "sécurité" ; pourquoi ne deviendrait-il pas demain une frontière ?

Ce ne serait pas le premier Etat à le faire,

Depuis la Muraille de Chine, en passant par le mur d’Hadrien, la ligne Maginot, le mur de l’Atlantique ou, plus récemment, les murs de Berlin, de Palestine, de Chypre, de Ceuta et Mellila, du Cachemire, entre les deux Corées, à Bagdad, au Sahara occidental, entre les Etats-Unis et le Mexique, etc. – sans oublier les nombreux projets –, l’histoire et l’actualité prouvent que les murs ont toujours constitué le symbole d’une certaine sécurité pour des Etats ou des empires.

Ils semblent aujourd’hui se multiplier et " emmurent " de plus en plus des portions de territoires à travers le monde avec des formes variées : mur frontière, barrière de sécurité, simple limite, fortification, rempart ou même mur virtuel.

L’anachronisme semble ainsi tout le temps présent à l’heure de la mondialisation, et la logique binaire paraît s’imposer en lieu et place d’une réalité plus complexe. Or, si ce phénomène est souvent traité sous un angle politique, la problématique juridique mérite d’être envisagée : que ce soit sur le questionnement du statut du territoire sur lequel se trouve ce mur et/ou sur le statut du mur en lui-même, sur les intérêts qu’il protège, sur les conséquences juridiques de ce mur en matière humanitaire ou de droits de l’homme, en termes de responsabilité ou de libre circulation des hommes et des marchandises. Il est donc des murs qui interpellent directement le droit international à partir du moment où ils répondent à une certaine situation internationale (gel d’un conflit, séparation d’une population autrefois unie ou vivant sur le même territoire, construction d’une barrière contre le terrorisme et/ou le crime organisé, ou contre l’immigration clandestine, etc.).

Qu'est-il ressorti du Colloque : " Les Murs et le droit international ", Paris, 15 et 16 janvier 2009 ?

I – Historique, Signification et Symbolique des Murs (Sous la Présidence d’Emmanuelle Jouannet, Professeure à l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne)
II - La situation juridique des Murs (Sous la Présidence de Brigitte Stern, Professeure à l’Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne)
III – Les conséquences juridiques des Murs (Sous la Présidence de Jean-Marc Sorel, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur du CERDIN)


Le 21 Octobre 2003, une résolution présentée par les 15 pays de l’Union Européenne et les 10 pays qui allaient les rejoindre le 1er Mai, a été adoptée, Cette résolution, qui esquissait une diplomatie européenne avec quelques mois d’avance sur le calendrier européen, et qui a été adoptée par 144 voix contre 4, avec 12 abstentions, exigeait qu’ " Israël arrête la construction du mur dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est et ses alentours, et revienne sur ce projet qui s’écarte de la ligne d’armistice de 1949 et qui est contraire aux dispositions pertinentes du droit international ".

La question du " mur " n’est pas juridique mais politique et donc elle n’est pas de la compétence de la CIJ.

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 06/03/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu