Avertir le modérateur

13/01/2009

La guerre de la Emouna et du Kiddoush Hashem

 

Cette guerre commencée à Hannoukah et qui se poursuit, à ce jour, restera peut-être gravée dans la mémoire collective d'Israël comme la guerre la plus juste et la plus indispensable que l'Etat juif aura dû mener, contre des ennemis impitoyables, qui tuent femmes et enfants – y compris les leurs – au nom d'une idéologie islamiste apocalyptique et mortifère.

gaza_hamas_demonstration.jpg

 

Mais elle restera sans doute aussi gravée dans la mémoire collective comme une guerre remplie d'héroïsme, de dévouement, d'amour gratuit et de Emouna. "Emouna" : il n'existe pas de traduction appropriée de ce terme en français. Ce n'est pas vraiment la "foi", ni la "confiance". Mais ce mot exprime ce que ressentent des milliers d'Israéliens, des soldats, des parents de soldats, des mères, des pères, et tout simplement des citoyens qui ont (re)découvert à l'occasion de cette guerre que nous étions tous membres d'une même famille...

 

TANK.jpg

Plusieurs reportages ont déjà été consacrés aux nombreux soldats sionistes-religieux qui prennent part aux combats, et aussi – hélas -  à ceux qui sont déjà tombés pour le Kiddoush Hashem (la Sanctification du Nom) et pour défendre leur pays. Mais en vérité, l'incroyable Emouna qui se manifeste actuellement ne concerne pas que les soldats religieux. Nous avons vu de nombreux Juifs non pratiquants redécouvrir le livre des Psaumes et le pouvoir de la prière, à l'occasion de cette guerre. Peut-être parce que nous nous battons contre un ennemi qui invoque lui aussi le nom de Dieu –mais d'un Dieu de mort et de folie – le peuple d'Israël s'est mis soudain – en pleine guerre, à redécouvrir sa vocation et son identité profonde, et il a compris qu'il se battait Leshem Shamayim et que c'était Dieu qui lui donnait la victoire.

tanks.jpg

*

*     *

 

 

L'association Hasdei Avot de Hébron (sous la direction du Rav Dov Lior) distribue des Talitoth et des "kaméot" aux soldats qui entrent à Gaza. Je relaie ici leur témoignage et leur appel aux dons.

 

Shalom,

Nous avons passé une dure journée, mais une super journée, un melange de rire et de larmes…
Nous avons croisé des centaines de soldats entrant se battre à Gaza ou sortant se reposer une heure ou deux…

Ils nous ont tous dit:
” Nous avons la force de nous battre grace à votre soutien et amour pour nous..”. Ils pleuraient de joie en recevant les cadeaux que nous leur avons offerts grace à vos dons.. Nous devons recommencer la semaine prochaine…
Nous leur devons bien ça…

Ce qu’ils ont le plus aimé et se sont empressés de prendre, ce sont les kamaot du Ben Hich Hai, protection Kabbalistique très puissante qui protege les soldats…

Pour un soldat pas très religieux, un kaméa, c’est très important car il sent D’ plus proche de lui… Un kaméa c’est pour lui la certitude qu’il reviendra vivant du combat… Je vais mettre sur Paypal un don en ligne special kaméa.

Je m’engage à mettre dans chaque kamea, votre nom, prénom et numéro de téléphone pour que chaque soldat puisse vous rappeler s'il le souhaite.. Nous avons besoin de centaines de Kameot…

Film sur le site de l'association Hasdei Avot de Hébron

21:55 Publié dans Heroisme juif | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : emouna, guerre, israel

Commentaires

Être juif , c'est accepter l'autre , même non-religieux .

Mais dans tous les cas être juif , c'est avoir une foi intense .

אין רשע בישראל

Écrit par : joel | 14/01/2009

Joël a entièrement raison.

L'Alliance que Dieu a contractée avec les hommes engage l'homme dans l'accomplissement de la création et l'ouvre à la responsabilité vis à vis d'autrui. Cet engagement suppose altérité et identité, l'articulation extériorité-intériorité rendant ainsi compte du schéma de la médiation : la participation de l'autre dans la découverte de soi.

La liberté individuelle fait penser au concept de libre arbitre, et donc de responsabilité humaine dans l'histoire. Mais cette même liberté nous entraîne aussi à nous poser la question de savoir si, le Judaïsme étant une religion de Lois et de pratique, il nous est possible, sous le prétexte de cette liberté, de rejeter tout en bloc et de décider de vivre notre Judaïsme sans se sentir " obligé " par les commandements.

La liberté de chacun étant à la base de la pensée juive, il est possible d'utiliser cette liberté pour rejeter le Judaïsme. Mais la question qui véritablement se pose est de savoir si en agissant de la sorte, nous créons les conditions qui permettront aux générations suivantes, et pas seulement à la notre, de vivre dans la liberté ?

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 14/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu