Avertir le modérateur

29/12/2008

La nouvelle guerre à Gaza : l'heure est au combat

Dans une intervention prémonitoire sur une radio juive parisienne, il y a tout juste une semaine, Luc Rosenzweig dénonçait la "propagande victimaire" des ennemis d'Israël et appelait les amis de l'Etat juif à ne pas laisser le champ libre à cette propagande, en prévision d'une prochaine intervention de Tsahal à Gaza. A peine 48 heures après le début des opérations israéliennes contre le Hamas, ces prédictions s'avèrent entièrement justifiées, alors que les premières fissures se font jour dans l'unité du camp d'Israël.

(PHOTO YNET)tanks.jpg

 

Première défection, peu surprenante : celle de "Chalom Archav", le groupuscule pacifiste dont la branche américaine appelle à un cessez-le-feu, ou plutôt à une capitulation face au Hamas. Les pacifistes ont toujours fait le lit des régimes totalitaires, depuis Hitler, et il est logique que La Paix Maintenant critique la guerre israélienne contre le Hamas, ou la soutienne du bout des lèvres...

TANK.jpg
(PHOTO YNET)

 

Plus étonnante, la réaction d'une grande organisation juive française, qui – tout en soutenant l'intervention israélienne à Gaza – "déplore" les victimes, "notamment civiles" [sic] palestiniennes, dont elle tient, cependant, le Hamas pour responsable. Une telle réaction est pusillanime, pour ne pas dire plus. Imagine-t-on une association juive "déplorant les victimes allemandes, notamment civiles" en 1942 ? (Il y eut bien une intellectuelle juive qui adopta cette attitude à l'époque, la philosophe Simone Weil, mais son cas relevait de la pathologie et de la haine de soi juive).

 

L'heure est au combat, comme l'a dit le ministre de la Défense israélien, et lorsque nos fils et nos frères se battent pour notre pays, toute réaction de faiblesse, ou tout commentaire établissant une symétrie morale entre Israël et ses ennemis (comme celui du Président français Sarkozy, qui renvoie dos-à-dos Israël et le Hamas) portent atteinte au droit d'Israël à se défendre et à sa force militaire et diplomatique, face aux islamistes qui œuvrent à l'extermination des Juifs partout dans le monde.

 

manif_gaza_27_decembre_chatelet.jpg
Manifestation islamiste a Paris

 

En France même, les ennemis d'Israël ont lancé leur offensive de propagande, comparant Gaza au ghetto de Varsovie, comme aux plus sombres heures de la première guerre du Liban. Le journal Le Monde qualifie la juste guerre israélienne de "bain de sang inutile", et les foules musulmanes hurlent leur haine des Juifs dans les rues de Karachi, de Téhéran et (moins nombreuses, certes) de Paris. L'heure est à la guerre et à la défense inconditionnelle d'Israël, et pas aux pleurnicheries sur les "victimes" civiles dans le camp de l'ennemi.

20:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : gaza, guerre, hamas

Commentaires

je suis totalement scandalisée par les prises de position en Europe en faveur du hamas toujours l'ère de la victimisation à outrance..."pauvres victimes palestiniennes" ce sont de véritables assassins ,des terroristes rien d'autre..
...dès qu'il s'agit d'Israel il n'y a aucune logique ...aussitôt on parle d'exactions , surgissent alors les manifestations pro-arabes ...idem pour les médias français plutôt favorables aux Palestiniens...c'est absolument abject, il faut liquider toute cette vermine terroriste
une goy solidaire VIVE ISRAEL

Écrit par : eva | 29/12/2008

Lorsque Winston Churchill a dit « tous les ismes finissent tôt ou tard par passer », il ne savait pas combien il avait raison, ou presque. Au 20e siècle, le fascisme a émergé puis disparu. Le communisme a émergé puis disparu. Le socialisme a émergé puis régressé. Mais, aujourd’hui, plusieurs idéologies en isme d’une extrême virulence occupent toujours la planète : l’antiaméricanisme s’est développé dans le monde entier de même que l’antisémitisme ancestral et sa variante contemporaine, l’antisionisme. Ces deux dernières idéologies de haine et de destruction sont des graffitis sur le mur de l’histoire. Cette nouvelle tendance de l’antisémitisme n’est pas dirigée contre les juifs en tant qu’individus, ni même contre le judaïsme, mais vise plutôt la collectivité juive, l’État d’Israël contemporain.

Le fait qu’Israël mène une guerre d’autodéfense est considéré comme immoral. Mais aucun pays ayant été confronté à des menaces semblables, internes ou externes, n’a jamais accordé les droits de l’homme à ceux à qui ils s’opposaient, comme Israël l’a fait pour les Palestiniens pendant l’Intifada. Les Palestiniens ont réussi à changer le débat. Ils ne se présentent pas comme ayant l’intention de détruire Israël mais simplement de garantir le droit à une petite minorité d’Arabes palestiniens dépossédés de leurs terres. La carte s’est réduite à Gaza et à la Cisjordanie. Les États arabes, de la taille des États-Unis, encerclent et menacent Israël, qui est plus petit que le New Hampshire. Or, cela est loin d’être évident lorsque l’on regarde les actualités télévisées. On considère que ce ne sont pas les juifs qui sont menacés mais les Palestiniens. L’attention s’est déplacée de la sécurité nationale vers les droits de l’homme, c’est-à-dire les violations des droits des Palestiniens par Israël et non pas les droits de l’homme d’un peuple assiégé dans son pays depuis 60 ans. Cette tentative de délégitimisation d’Israël est l’expression idéologique du refus des Palestiniens et des Arabes de reconnaître l’État d’Israël au Moyen-Orient. Les Arabes ont cherché à rejeter la responsabilité de leur propre rejet sur les juifs.

De nombreux membres de l’ONU affirment que l’absence de paix dans la région est due au refus d’Israël de céder suffisamment de territoire. Cela implique qu’Israël a seulement besoin d’un gouvernement éclairé pour que la raison et la rationalité l’emportent. Ainsi, Israël devient responsable de l’agression palestinienne. Mais avec plus 20 000 attaques terroristes depuis le début de la seconde Intifada, le seul moyen qu’Israël a trouvé pour réduire le nombre d’attentats-suicides est d’éliminer leurs sanctuaires en réoccupant la Cisjordanie et en instaurant un bouclage de Gaza. Lorsqu' Israël propose une alternative sous forme d’un mur de sécurité, il est condamné par l’Assemblée générale l’ONU.

Il s'agit bien d'une guerre: quand les "roquettes" peuvent atteindre une portée de 30 km, ce sont des missiles et rien d'autres !

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 29/12/2008

Question à Baghdadi : ما لكم من الفلسطينية

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 03/01/2009

un jour tous se paye........

Écrit par : paul | 04/01/2009

Le malaise qu'on éprouve devant notre poste de télévision vient de notre incapacité à comprendre les règles du jeu au moyen orient. Ces règles sont certainement écrites quelque part dans les cerveaux des éditorialistes de libération, du monde ou de france inter. Il n'y a qu'à écouter et regarder ces journalistes, envoyés très spéciaux, tentant de nous vendre la version d'un conflit dont les forces en présence seraient égales, entre l'une des armées les mieux équipées du monde, qui en plus est soutenue par la première puissance mondiale et entre un pays dépourvu de tout.

Depuis le début de l'intifada, les israéliens morts suite à des tirs de roquettes palestiniennes se comptent sur les doigts de la main. Autant dire qu'un israélien a plus de chance de mourir de la foudre que victime d'une roquette du Hamas. Pourtant on a fini par croire que les roquettes azedine alquassam mettaient en péril l'existence d'Israël.
On croyait, nous les naïfs, qu'un homme en valait un autre. On avait tort, preuve qu'on n'avait rien compris aux règles du jeu.
Ce sont ces règles qui font que la vie d'un soldat israélien n'a pas de prix. La vie d‘un soldat israélien justifie que 477 arabes soient assassinés et qu'une ville comme Gaza soit dévasté, sans qu'on y trouve rien à redire. voici, en exclusivité, ces règles que tout le monde doit avoir à l'esprit lorsqu'il regarde le journal télévisé le soir, ou quand il lit son journal le matin. tout deviendra simple.

Règle numéro 1 : au proche orient, ce sont toujours les arabes qui attaquent les premiers et c'est toujours Israël qui se défend. Cela s'appelle des représailles.

Règle numéro 2 : les arabes, palestiniens ou libanais n'ont pas le droit de tuer des civils de l'autre camp. Cela s'appelle du terrorisme.

Règle numéro 3 : Israël a le droit de tuer les civils arabes. Cela s'appelle de la légitime défense.

Règle numéro 4 : quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l'appellent à la retenue. Cela s'appelle la réaction de la communauté internationale.

Règle numéro 5 : les palestiniens et les libanais n'ont pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépassent pas trois soldats.

Règle numéro 6 : les israéliens ont le droit d'enlever autant de palestiniens qu'ils le souhaitent (environ 11000 prisonniers à ce jours dont près de 400 enfants). Il n'y a aucune limite et n'ont besoin d'apporter aucune preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le mot magique « terroriste ».

Règle numéro 7 : quand vous dites « Hezbollah ou Hamas », il faut toujours rajouter l'expression « soutenu par la Syrie et l'Iran ».

Règle numéro 8 : quand vous dites « Israël », il ne faut surtout pas rajouter après : « soutenu par les Etats-Unis, la FRANCE et l'Europe », car on pourrait croire qu'il s'agit d'un conflit déséquilibré.

Règle numéro 9 : ne jamais parler de « territoires occupés », ni de résolutions de l'ONU, ni de violations du droit international, ni des conventions de Genève. Cela risque de perturber le téléspectateur et l'auditeur de france info.

Règle numéro 10 : les israéliens parlent mieux le français que les arabes. C’est ce qui explique qu'on leur donne, ainsi qu'à leurs partisans, aussi souvent que possible la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s'appelle de la neutralité journalistique.

Règle numéro 11 : si vous n'êtes pas d'accord avec ses règles ou si vous trouvez qu'elles favorisent une partie dans le conflit contre une autre, c'est que vous êtes un dangereux antisémite.

Écrit par : ZEITOUN | 04/01/2009

à mon avis c pas normaler de lancer et de justifier cette guerre par les tirs de requettes de hamas qui ont causer que une dizaines de morts en 08 ans et au moment ou la guerre lancer par israel sur gaza à fait plus de 300 mort parmis pr la plus part des civils!!!!!!!!!!!!!!!!!!est ce que vs voyez ca normal mais une chose est sure nous les musulmans on est sure qu'un jour dieux fera justice sur cette terre

Écrit par : katia | 04/01/2009

katia a raison!
nous avons fait 400 morts en six jours alors que le Hamas n'a fait "que" qq
dizaines de morts en 8 ans
mais elle oublie que la vie d'un Arabe ne vaut rien selon le Hamas
alors que pour nous la vie d'un Juif est sans prix...

Écrit par : itshak | 04/01/2009

Ce soir sur France 2 TV, une invitée de marque en la personne de Mme Leila Chahid !

Très prisée par les journalistes, ne vous en déplaise Zeitoun, digne représentante de la Jet Society palestinienne, seule bénéficiaire des accords d’Oslo ; et grâce à ces accords, Leïla Chahid peut enfin se déplacer sans être inquiétée : toujours entre deux avions - Paris, Londres, Berlin, Madrid -, allers et retours incessants, tailleur Chanel, cocktails, réceptions, le tout aux frais de la princesse qu’est la Communauté européenne...

Le 30 décembre 2008, Mme Chahid accusait la Communauté internationale d’être complice de par son silence avec la guerre menée contre la Bande de Gaza. "Je crois qu’il y a une complicité internationale" a-t-elle annoncé au micro de la radio RTL.

Le 27 décembre 2008, Mme Chahid, accusait Israël de commettre un "crime de guerre" à Gaza et reproché à la communauté internationale d'avoir "laissé tomber la population palestinienne".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/12/27/01011-20081227FILWWW00552-leila-chahid-un-crime-de-guerre.php

Idem le 28 décembre 2008, sur Europe 1 :

http://www.europe1.fr/Info/Actualite-Internationale/Proche-Orient/Leila-Chahid-accuse-Israel-de-crime-de-guerre-a-Gaza/(gid)/190630

Qui se sert de civils comme boucliers humains ?

Qui parle mieux le français: Leila Chahid ou Avi Pazner ?

Qui a toujours tenu un langage empreint de duplicité et de désinformation depuis des décennies ?

Quelle était, Katia, la légitimité de l'OLP en 1964 ?

Qui rencontre la même année, le pape Paul VI : le Vatican ne reconnaissait pas encore l’État d’Israël à cette époque.

Qui a obtenu, entre autres, vingt ans plus tard le Prix Nobel de la Paix ?

Quelle organisation est admise comme membre observateur à l’ONU en 1974, faisant de son leader, le premier représentant d’une organisation non gouvernementale à participer à une session plénière de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies ?

Qui s'allie avec Saddam Hussein en 1989, et ne condamne pas l’invasion du Koweït par l’Irak ?

Qui peut se sentir trahi ? etc ...

Règle numéro 12: ne jamais regarder l'envers du décors.

Règle numéro 13(ça porte bonheur): ne jamais faire son auto-critique.

Écrit par : Gilles-Michel DEHARBE | 04/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu