Avertir le modérateur

29/05/2008

Enderlin accuse le CRIF et s'enfonce dans la theorie du complot

Acculé, désavoué par le Cour d'appel de Paris, Charles Enderlin s'affole et accuse le CRIF de complot! C'est le journal israélien francophone Hamodia qui divulgue l'information en page 2, dans sa derniere édition. Le journaliste de France 2, qui semble perdre les pédales apres la décision de la Cour d'appel de Paris qui a donné raison a ses détracteurs en estimant fondées les accusations de manipulation et de mise en scene portées contre France 2, n'a pas trouvé mieux que de réagir en recourant aux théories du complot juif... La direction de France 2 serait bien inspirée, au lieu de se pourvoir en cassation, d'admettre enfin son erreur et de renvoyer son correspondant dans le placard dont il n'aurait jamais du sortir! P. LURCAT

Le journaliste Charles Enderlin accuse le CRIF de « complot » !

De plus en plus acculé par ceux qui l’accusent de « supercherie » dans l’affaire Al-Dura, Charles Enderlin se pose désormais en victime d’un « complot ». Sur son blog, en effet, le correspondant de France 2 à Jérusalem accuse en effet rien moins que le CRIF de « vouloir sa tête » - sans doute le contrecoup du sévère camouflet que vient de lui infliger la justice française…

 Mercredi dernier, huit ans après la diffusion du reportage controversé sur la mort de Mohammed al-Dura, Charles Enderlin a finalement perdu devant la cour d'appel son procès en diffamation contre Philippe Karsenty, qui affirmait que le reportage avait été « truqué ». « Cette campagne est soutenue par des organisations de droite pro-israéliennes, américaines et françaises, ainsi que par le CRIF dont le président, Richard Prasquier, était présent aux côtés de Philippe Karsenty lors de la dernière audience, accuse ainsi le journaliste de France 2 dans un billet publié sur son blog le dimanche 25 mai […]. Le message que ces organisations envoient aux professionnels qui sont sur le terrain est clair : “Si vous diffusez des images ou publiez des informations qui portent atteinte à l’image d’Israël, nous lâcherons la meute”… » C’est pourtant la 11e chambre de la cour d’appel de Paris – une instance peu soupçonnable d’être « sous influence sioniste » - qui a estimé que Philippe Karsenty, le directeur de Media Ratings (www.m-r.fr), une agence française de notation et d'évaluation des médias, avait « exercé de bonne foi son droit de libre critique », et « n'a pas dépassé les limites de la liberté d'expression ». Mieux, dans son arrêt, la cour relève que « l'examen des rushes [de ce reportage-NDLR] ne permet plus d'écarter les avis des professionnels entendus au cours de la procédure » - avis qui avaient mis en doute l'authenticité du reportage. Voilà en tout cas un sacré coup porté à la réputation de Charles Enderlin, puisque la justice française reconnaît implicitement que sa version de la mort de Mohammed al-Dura, diffusée au tout début de la seconde Intifada en septembre 2000, était peut-être un « bidonnage » et une « pure et simple mise en scène », comme l’affirme Philippe Karsenty. Une hypothèse également soutenue par plusieurs enquêtes menées aussi bien par des journalistes comme Denis Jeambar, Daniel Leconte, Luc Rozenszweig ou l’agence de presse « Mena », que par des experts militaires israéliens comme le général Yom Tov Samia. Mais pour Charles Enderlin, un tel acharnement à vouloir sa perte ne peut être le fait que d’une « campagne déclenchée » contre lui par des forces obscures… Il se garde pourtant – pour l’instant ? - d’évoquer un « complot judéo-sioniste » contrairement, par exemple, à un Dieudonné. Mais la frontière avec un éventuel délire de persécution est mince… surtout lorsqu’Enderlin insinue sur son blog que « visiblement, cette campagne est destinée à occulter la réalité que je présentais à mes lecteurs et à mes téléspectateurs ». Auteur de plusieurs ouvrages mettant en cause le discours officiel et le « double langage » israéliens, Charles Enderlin avait pourtant cru bon de placer en exergue de son blog une citation du journaliste américain Thomas Friedman : « Au Moyen-Orient, si vous ne pouvez pas expliquer une chose par la théorie du complot, n’essayez pas de l’expliquer ! Les gens, là-bas, ne vous croiront pas ». Mais c’était avant que sa version de l’histoire ne s’ébrèche sérieusement : le voilà désormais lui aussi contraint d’utiliser les « grosses ficelles »… Serge Golan

Commentaires

Il est un fait dans l'affaire Al Dura que je n'ai vu relevé nulle part qui est le suivant : Al Dura père était protégé par le fameux tonneau; le fils lui est derrière le père. Si j'étais dans la même situation, j'aurais mis l'enfant derrière le dit tonneau pour que celui-ci soit protégé et moi derrière le fils pour lui donner une double protection. Or c'est l'inverse qui a été fait, comme on peut le constater sur la fameuse vidéo. Pourquoi ?
Tout simplement parce que l'enfant n'aurait pas été visible par la caméra du "journaliste" palestinien, ou très peu. Dans ce scénario grossier, c'est l'enfant la vedette, pas le père. CQFD.
CLAUDE SALOMON COHEN

Écrit par : cohen claude | 29/05/2008

A Claude Salomon Cohen. Merci pour votre pertinente observation. Vous venez de m'apprendre quelque chose. Par ailleurs. Pourquoi ne pas simuler sur ordinateur à quoi pourrait ressembler un mur canardé durant 45 mn comme le prétend ce menteur né de Tallal abou Rahma que je soupçonne d'être à l'origine de tout, même des malheurs d'Enderlin qui lui a fait confiance. Mais aussi à quoi pourrait ressembler un corps ayant reçu ne fût-ce qu'une balle. Je doute qu'un linge puisse rester blanc.
Autre idée. Je pense qu'Enderlin a peur de dire la vérité parce que tout simplement sa vie est menacée par les Palestiniens. Il parle, il est mort. Cet aspect des choses est peu dit dans les médias.

Écrit par : Albert | 29/05/2008

Le père revendique des blessures graves, provoquées par 8 à 12 balles qu'il aurait reçues dans la fusillade et il a exhibé depuis de nombreuses cicatrices. Une seule balle d'arme de guerre suffit le plus souvent à tuer, alors imaginez l'effet de 8 à 12 balles ... Par ailleurs, un hôpital de Tel Aviv a publié son dossier médical : les cicatrices suivent des coups de couteaux reçus lors d'une rixe en 94, et c'est donc Israël qui l'avait soigné.
Quant aux impacts de balle, plusieurs spécialistes ont déjà démontré que si les israéliens avaient tiré depuis leur position, les tirs auraient été obliques et donc les marques sur le mur seraient allongées, or elles sont bien rondes. Les impacts de balle sur le mur proviennent donc vraisemblablement du camp palestinien. Par ailleurs on a vu sur les rushes le passage à la fin de la vidéo où l'enfant supposé mort lève la tête vers la caméra (l'air de demander si c'est fini). On peut donc être tout à fait rassué sur son sort.

Écrit par : ER | 29/05/2008

Dans n'importe quel pays mr enderlin aurait dégagé à coups de pied dans le cul pas en Israel.
je propose donc le goudron et les plumes et oust....

marc partouche

Écrit par : partouche marc | 30/05/2008

Enderlin n'est qu'un menteur, il déteste ISRAEL, s'il était correspondant dans un pays arabe, il y a longtemps qu'il l'aurait expulsé, au Mieux___

Écrit par : samuel | 30/05/2008

LOL c'est clair quand les juifs lâchent leur leur lobby ça fait mal, demandez à dieudonné ... Enfin tout le monde sait que les israëliens sont des tueurs d'enfants. Même leurs momes écrivent des messages de haine sur les bombes qu'ils envoient massacrer les palestiniens, ils sont trop glauques ça rappelle les méthodes et le vice des nazis, heur h

Écrit par : PasDupe | 31/05/2008

Je crois que pour calmer les esprits, rien ne vaut une véritable enquête publique sur cette affaire. A2, Charles Enderlin et pour la liberté de la presse tout le monde gagnerait à savoir la vérité.

Écrit par : vielle | 21/06/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu