Avertir le modérateur

Affaire Guigue : MRAP, Le Pen, Benbassa, meme combat!

Je reproduis l'excellent billet de Clement Weill-Raynal sur RCJ, paru sur le site de l'Association France-Israël.

Affaire Bruno Guigue : le Mrap, Le Front National et Esther Benbassa sur la même longueur d’onde...
   068a4679ffa6129e3b0082729d6df568.jpg

Le limogeage du sous-préfet Bruno Guige qui avait publié un texte anti-israélien, et pour tout dire anti-juif, a provoqué quelques réactions à l’extrême gauche et à l’extrême droite.

 

Ainsi, le Mouvement contre le Racisme et pour l’amitié entre les Peuples (Mrap)  a  demandé la réintégration immédiate du sous préfet présenté comme « un homme de courage et de conviction et qui ose dire des vérités qui dérange. Dans son communiqué, le Mrap poursuit : « La critique d’Israël demeure un tabou qu’il est dangereux de transgresser. On a le droit de critiquer n’importe quel pays mais il existe une exception inadmissible concernant Israël ».

Il est intéressant de noter que pour une fois l’organisation de Mouloud Aounit et le Front National sont exactement sur la même longueur d’onde. Le parti d’extrême droite a lui aussi protesté contre le renvoi du sous préfet de Charente Maritime en utilisant la même argumentation: « Un fonctionnaire a le droit de publier des analyses politiques sauf s’il critique la politique d’Israël… Les foudres ministérielles s’abattront alors sur lui. Le FN proteste contre la servilité du ministre Michèle Alliot Marie », indique en substance le parti de Jean-Marie le Pen .

Mais à l’égard de quel mystérieux groupe le ministre de l’intérieur aurait-il ainsi fait preuve de servilité ? Ni le Mrap ni le Front National n’ont poussé l’audace jusqu'à nommer ces mystérieux commanditaires.

 

Qui donc alors a obtenu la tête du sous préfet ? L’historienne Esther Benbassa, elle, en a une petite idée : Dans une tribune  publiée sur le site internet « Rue 89 » Esther Benbassa a mis en cause « l’influence croissante  de groupes de pression communautaires auprès du ministre qui ont fait limoger le sous préfet. ».

 

« Influence- groupe de pression-communautaire ….», En langue politiquement correct, cela veut dire « les juifs », « les sionistes ».

 

Quand des accusations aussi graves sont formulées, on aimerait quand même en savoir un peu plus. S’agit-il du Crif, du Bnai Brith, du consistoire ou peut-être des Sages de Sion …? En tout cas, je mets solennellement au défi Mme Benbassa de nous dire qui précisément a fait pression sur le ministre de l’intérieur et de quelle façon.

Et qu’elle n’hésite surtout pas  à consulter ses acolytes du Mrap et du Front National afin de peaufiner son dossier et pour étayer ses accusations. 

Clément Weill-Raynal

Diffusé sur RCJ le 31 mars 2008

Commentaires

  • il a forcément fallu que quelqu'un demande cette sanction. on ne sanctionne les gens que si ils ont des propos portant atteinte à Israël. Vous pouvez critiqué ouvertement n'importe quel pays européen, américain, africain, asiatique ... mais pas Israël
    Si on prend le cas du Tibet aujourd'hui, personne ne vient limoger les personnes parlant du problème sino-tibétain, les représentants du pouvoir appuie la demande des tibétains
    On critique les américains et leurs lois anti-terrorisme leur permettant d'emprisonner et de torturer
    On peut même procéder à la critique du système francais
    On hésite avec aucun pays, sauf Israël

  • je compte bien écrire sur Israël, c'est tout l'objectif de mon blog mais je n'y serai que dans 2 semaines, ce qui explique le manque actuel de notes..!
    à bientôt

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu