Avertir le modérateur

Salon du Livre : Tariq Ramadan appelle au boycott d'Israël

Excellent article du journaliste suisse Ian Hamel, qui montre comment l'intellectuel islamiste et petit-fils du Fondateur des Freres musulmans manipule l'opinion publique en Europe.

L'intellectuel genevois invite à déserter le Salon du livre de Turin en mai prochain, selon une déclaration reprise par la presse italienne. Motif: Israël, qui fête ses 60 ans, en est l'invité d'honneur. Mais l'intéressé se dit victime d'une «propagande mensongère» et dénonce une manipulation

 

Ian Hamel - 09 Février 2008
Le Matin Dimanche
Keystone
Tariq Ramadan refait parler de lui. Simple maladresse ou nouvelle provocation?

Pas une semaine sans Ramadan. Les frères Ramadan, Hani et Tariq, n'ont pas attendu l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée pour utiliser eux aussi les médias à leur profit. Après Hani, rétribué sans travailler depuis 2002, c'est au tour de Tariq de se distinguer en appelant au boycott du Salon du livre de Turin (du 8 au 12 mai prochain), qui a choisi pour invité l'Etat d'Israël, fêtant cette année son 60e anniversaire. Une phrase a particulièrement choqué l'écrivain français Pierre Assouline: l'enseignant genevois affirme «qu'on ne peut rien approuver de ce qui vient d'Israël». Pourquoi s'en prendre à tout un pays? De nombreux écrivains israéliens ne cachent pas leur hostilité vis-à-vis de la politique menée par Jérusalem. Sans oublier les Arabes israéliens, également très critiques envers le gouvernement.

Une technique éprouvée
Après avoir fait monter la sauce toute la semaine dernière, l'intellectuel genevois a utilisé sa technique favorite: le 5 février, sur son site Internet*, il affirmait que ses déclarations ont été manipulées, victimes d'une «propagande mensongère». Il en veut pour preuve que le quotidien italien La Repubblica, qui a cité ses propos, ne l'a jamais appelé. Et hier, il déclarait dans la presse que la phrase qu'il avait prononcée était en réalité: «Nous ne pouvons pas tout accepter d'Israël». Massimo Novelli, journaliste à Turin, auteur de l'article sur la campagne de boycott d'Israël au Salon du livre de Turin, reconnaît très volontiers qu'il n'a pas eu d'entretien avec Tariq Ramadan. Comme très souvent, il a puisé ses sources dans une agence de presse. En l'occurrence l'agence italienne Aki-Adnkronos, qui, elle, a bien interviewé Tariq Ramadan.

Un boycottage insensé
La technique utilisée par les Ramadan est fort simple. Elle consiste d'abord à balancer un propos qui fera forcément réagir les médias. Puis, si l'effet est trop négatif, il suffira de prétendre que l'on a déformé vos paroles. La presse peine à se défendre face à cette mauvaise foi. Les enregistrements ne sont pas une preuve, et les journalistes ne réalisent pas leurs interviews en présence d'un huissier de justice. Dans le passé, Tariq Ramadan a pu ainsi jurer qu'il n'avait jamais été contacté par «Le Matin Dimanche», malgré de nombreux appels téléphoniques et l'envoi de multiples messages électroniques. Cette fois, Tariq Ramadan nous a répondu pour dire qu'il contestait les écrits de l'agence Aki-Adnkronos. Toutefois, il n'a pas publié de communiqué pour contrer cette agence de presse.

La question du boycott n'en demeure pas moins un vrai sujet. L'écrivain franco-marocain Tahar Ben Jelloun, tout en dénonçant l'occupation israélienne de la bande de Gaza, considère qu'il est insensé de lancer cette campagne de boycottage. Hafid Ouardiri, l'ancien porte-parole de la grande mosquée de Genève, va dans le même sens. «Il faut que la communauté internationale fasse pression sur l'Etat d'Israël pour qu'il cesse de saboter le processus de paix, déclare-t-il, mais il faut éviter de prendre en otage la culture en boycottant tel ou tel Salon du livre. Ce serait contre-productif, car c'est un espace précieux où les peuples peuvent développer un dialogue porteur d'espoir pour un monde meilleur.»

Pour sa part, Johanne Gurfinkiel, secrétaire général de la Coordination intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation, s'indigne : «Nous ne sommes plus dans le cadre d'une discussion politique, mais dans la pure propagande. Le boycott d'un pays tout entier est prodigieusement scandaleux. De quel droit veut-on dénoncer et punir une population tout entière?»

Commentaires

  • Je confirme Ian Hamel envoie des messages éléectroniques via yahoo...

    Vs entendrez parler prochainement de cette affaire

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu